AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Valise rigide à roulettes pivotantes ...
Voir le deal
43.48 €

(stella), you could rattle the stars

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
(stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 21:20)
- stella kinsley -

Who could ever leave me, darling; But who could stay?

Image 1 Image 2
nom : patronyme kinsley, synonyme d'outrance et de grandeur- elle se sentait être la princesse d'un roi siégeant dans la grande ville où elle est née et a toujours vécu. prénom(s) : le prénom lui va bien, stella, un peu comme si on savait déjà qu'elle capterait toute l'attention- stellaire à sa façon, un astre brillant, peut-être trop fort. rose, son second prénom est un classique, rien d'extravagant. âge : la brune a passé le cap des trente ans et presque comme si elle était psychotée par ce fait, elle se verrait des rides par dizaines sur le visage. une étape difficile pour elle- l'âge doré de la jeunesse s'éloigne, et on attend d'plus en plus d'elle, sans qu'elle ne délivre forcément. naissance : gamine des temps chauds australiens, stella est née le 18 octobre d'une année trop lointaine à son goût. c'est ici, à wellington qu'elle a vu le jour et qu'elle a tourné en rond. peut-être qu'elle aurait dû partir, à l'époque où elle a rêvé d'ailleurs. nationalité : c'est une néo-zélandaise pure et dure, jusqu'à l'accent qu'on reconnaît bien. origines : historiquement, elle n'serait pas choquée de découvrir des ancêtres anglais dans son arbre généalogique- sa famille n'est pas "native d'ici, ça se voit bien. du côté de sa mère, elle a hérité d'ailleurs de sang australien. statut civil : dans un coin d'sa tête, elle rêverait bien d'un mariage tout en blanc comme elle en envie beaucoup chez les autres. mais stella est une célibataire, plus volage que capable de s'engager. plus capable de s'faire briser le cœur que de garder quelqu'un qu'elle voudrait vraiment. ses parents la jugent un peu comme une calamité, à son âge. orientation sexuelle : c'est une bisexuelle, fièrement, elle dit qu'elle aime tout essayer. occupation : une paumée qui a abandonné un job stable dans un bureau ennuyeux au rythme assommant, pour se lancer dans des projets ambitieux qui n'ont jamais fleuri en quelque-chose. aujourd'hui, elle n'est rien d'autre qu'une simple employée (femme à tout faire, qu'elle se sent être) dans un magasin de vêtements. par ailleurs, depuis quelques années déjà, elle est une comédienne amateur, actrice qui ne fait aucun sens et qui ne joue que des p'tites pièces qu'on ne remarque pas. argent : $$$$ toute adulte qu'elle est, elle n'a jamais eu de problème d'argent, grâce à la volonté de son père de rattraper ses erreurs passées et de rétablir une relation quelconque avec sa fille. on pourrait croire qu'elle en joue, stella, mais c'est un maigre réconfort pour des années d'abandon. caractère : joviale, fêtarde, superficielle, volage, pétillante, sociable, sensible, émotionnelle, extravagante, tape à l’œil, insouciante, passionnée, rancunière, caractérielle, loyale, empathique, audacieuse, maligne, directe, tendre, romantique, énergique, impatiente, impliquée, persévérante, pudique (avec ses sentiments, du moins), spontanée, susceptible, têtue, gaffeuse, créative. groupe : carpe diem. the fortune teller : faites vous plaisir (y). avatar : emilia clarke, the unburnt. crédit images : @morrigan (avatars) / tumblr (gifs).

let me know your darkest secrets

[un] grignoter à tout moment de la journée, ça s'excuse; c'est un peu son mantra à stella, ça. pour les petits maux, on peut toujours la consoler avec un bon quelque-chose à se mettre sous la dent. quand elle est clouée dans son canapé à râler sur les crampes de ses règles? la première personne se pointant à sa porte avec un jungle curry de chez chow tory (restaurant végan), sera la bienvenue, même avec le sourire. quand elle a un coup de blues, rien ne vaut la glace ben & jerry's, peanut butter and cookies - végane, elle aussi. stella, elle n'se cache pas, naturelle qu'elle est quand il est question de montrer à quel point son estomac peut gouverner sa vie. elle n'compte pas passer sa vie à se nourrir de salade et de crudités, bien sûr. c'est d'ailleurs pour ça qu'elle sait si bien cuisiner, et qu'elle aime ça - en temps normal: sa curiosité et son amour pour la gastronomie n'ont pas de limite. [deux] joviale, c'est un peu le premier mot que beaucoup utiliseraient pour décrire stella; on la dirait volontiers "stellaire", lumineuse, souriante, un peu dans les étoiles. sourire, c'est un peu sa façon de vivre, sa philosophie, et à la fois le masque derrière lequel elle se cache. il n'y'a que les gens qui la connaissent qui peuvent prétendre lire en elle comme dans un livre ouvert - ou presque - et avoir à faire à la stella un peu plus "moody", honnête. fragile. peu de gens entrent dans son intimité, la pure et dure, celle qu'on met à vif quand on s'met à nu et qu'on laisse l'autre bien nous regarder: les trahisons, les brisures de cœur n'en sont que plus douloureuses. elle a été trahi par ses parents, déjà. par des amours à qui elle a laissé le privilège de conquérir son cœur. ce qu'elle sait, c'est que l'amitié est généralement infaillible. qu'elle a des amis, au moins. elle, elle est la camarade souriante, attentive, énergique, qui vivrait mal de voir son petit cercle privilégié exploser en mille morceaux. l'amitié, c'est son refuge- là au moins, elle sait que personne ne l'a jamais poignardée dans le dos et que même, on l'accepte comme elle est, à cent pour cent. [trois] les apparences qui guident sa vie, atteignent leur paroxysme quand stella est sur les réseaux sociaux: là-bas, elle est la fille qui prendra trente selfies avant d'en poster un. celle qui ne livre ni ses doutes, ni ses peines à sa "communauté de followers" - tout est toujours parfait, sur twitter, instagram, son blog et d'autres choses. c'est le faciès par excellence qu'elle offre au monde extérieur, avec son style chic, son air malin, son p'tit caractère de pitre qui n'se laisse pas marcher sur les pieds. stella, elle aime s'habiller joli, se coiffer, se maquiller, enrobée dans ce cocon-là, elle est parfaite pour courir dans un monde parfait, où ses tracas disparaissent, où, grimée de rose sur les lèvres et de paillettes aux coins des yeux, on n'voit pas les effets de la nausée dans son ventre ou des larmes qui ont coulé, quand elle était solo. et finalement, elle s'est rendue compte déjà, que même si elle s'apprête autant qu'ça, même si elle se couvre de bijoux et de vêtements trop chers, stella, elle reste plus honnête que certaines personnes qui sont déjà entrées dans sa vie. [quatre] la chanson qu'elle chante le plus, c'est flux d'ellie goulding. sa chanson préférée, qu'elle dirait volontiers- un p'tit côté sensible hérité des années de piano qu'elle a faites, plus jeune, petite fille modèle dans une famille avec beaucoup d'exigences. si elle l'avait voulu, si elle le voulait encore aujourd'hui, la brune pourrait devenir une chanteuse musicienne, avec sa voix délicate, son aisance à apprendre des instruments de musique - avec un petit ami de lycée (ou plutôt, pour un petit-ami de lycée), elle avait appris la guitare facilement, se débrouillant en quelques mois à peine. le piano reste son premier amour, quand bien même, malgré l'extravagance dans laquelle elle vit, la kinsley n'en ait pas chez elle. en tout et pour tout, les goûts musicaux de la brune reflètent peut-être plus qu'elle ne l'imagine, de son côté neu-neu, comme elle l'appellerait - un peu niaiseux, idéaliste. romantique. ça, et queen. queen, les mythiques. la dernière chanson qui lui tourne en tête, c'est speechless du film aladdin. [cinq] elle est une adepte du "body positivity", la première à pointer du doigt les exigences irréalistes que la société a sur les femmes. on peut la dire engagée, que ce soit en matière de féminisme et d'actions dans la cause de la communauté lgbtq+. sur le net et autour d'elle, on la sait bisexuelle, et elle en est fière, du genre à publier des photos de la gay pride, son beau drapeau bisexuel assemblé en un bracelet qu'elle porte toujours sur elle. difficile d'imaginer qu'elle a pu mettre du temps à sortir du placard avec une de ses ex petites-amies, face à ses parents, quand elle avait été plus jeune. elle est du genre vocale dans ce qui la passionne- stella, elle marche comme ça: capable d'être une pile électrique dans tout ce qui la passionne et semble être une cause importante pour laquelle se battre. son truc, c'est choose kindness - elle a beau avoir l'air de planer à dix mille kilomètres de la réalité, avec ses belles affaires, son appartement qu'elle ne paie pas, il n'en reste pas moins qu'elle est très empathique dans l'âme. [six] immature, un mot que les plus critiques pourraient choisir pour la décrire aussi, stella. elle n'frappe pas comme étant la fille la plus terre à terre qui soit: au moins, elle fait preuve d'un optimisme qui peut en aider plus d'en. adulte qu'elle est, à vingt-huit ans déjà, elle n'a pas laissé la vie la faucher d'plein fouet. probablement parce qu'elle a, pendant longtemps, eu l'opportunité de n'pas vivre avec le réel. de continuer à faire comme elle voulait, oisive, sans jamais manquer d'argent sur son compte en banque. pourtant, elle s'en est prises, certaines gifles dans la figure. des choses dont elle n'parle pas des masses, réalités toujours masquées derrière des sourires, des "ça va" qui marchent si bien. c'est vrai, elle l’admettrait elle-même, mieux vaut n'pas lui confier un bébé à garder pendant de longues heures. les responsabilités de c'genre, ça la terrifie - le simple fait de changer une ampoule l'effraierait plus qu'on ne pourrait le soupçonner. indépendante qu'elle est, sans vraiment l'être. peut-être se sous-estime t-elle. après tout, elle a un chien et l'animal n'est toujours pas mort: au contraire, elle le dorlote comme la prunelle de ses yeux. [sept] les séries netflix, ça la connaît: oui, elle est une série-vore dans l'âme- après tout, quand on a pas de boulot auquel se rendre de 8h à 18h entre cinq et six jours par semaine, on a beaucoup de temps libre! alors elle s'y connaît beaucoup en séries- même en séries de "geeks" comme certains diraient. les répliques de friends n'ont plus aucun secret pour elle, unagi est une référence qu'elle n'manquera pas. et oui, évidemment qu'elle adore stranger things, comme n'importe quelle personne saine d'esprit, qu'elle dirait. niveau cinéma, les seuls vieux films pour lesquels elle a une quelconque affection, ce sont les buster keaton. le reste l'endort. bien sûr, les films romantiques à deux sous la font pleurer, les téléfilms la font rigoler et elle est le cliché de la fille qui a besoin de se réfugier contre quelqu'un devant un film d'horreur. en tout et pour tout, stella est une bonne spectatrice, pas particulièrement critique - sauf contre ben affleck, pour certaines raisons - toujours consommatrice, loin d'être acerbe. reste que son film préféré demeure être the big lebowski, un fait que peu de personnes devinent à son sujet. ses "dates" restent persuadés que the notebook est le film idéal pour la pécho parce qu'elle pleure devant (évidemment, parce qu'elle a une âme). mais rien ne vaut un film des frères coen, franchement. paradoxalement, elle déteste les séries médicales, elles l'inquiètent facilement: pour des raisons bien valides. [huit] stella, elle aime l'attention. assez pour avoir toujours été un poil capricieuse, exigeante, jalouse en bien des occasions. douloureusement jalouse, en d'autres. elle est la fille qui sait faire mal, contre toute attente- celle qui a toujours la pique qui va droit au cœur et qui n'mâche pas ses mots, presque trop égoïste, trop concentrée sur ses propres peines pour se poser des questions sur celle des autres: celle de ceux qui l'ont blessée, en tout cas. elle s'en fiche d'leurs raisons à eux, ils ont planté l'premier coup de canif à la confiance qu'elle avait en ces gens: son père, loevan, certains de ses ex. la brune, elle est celle qui veut toujours s'en sortir avec panache, celle qui garde la face, celle qui mord plutôt que de s'laisser rabaisser de plus en plus bas par les autres. seize ans plus tard, elle n'a toujours pas pardonné son père pour sa double vie- c'est plus fort qu'elle, qu'elle dirait volontiers. [neuf] son téléphone, c'est toute sa vie. sans exagération aucune, on pourrait facilement dire que son univers s'écroulerait sans celui-ci - ou que la personne ayant son téléphone entre les mains pourrait avoir un contrôle quasi-absolu sur tout à savoir sur elle. si tant est que ce voleur arrive à "craquer" son mot de passe. contrairement à toute attente, stella n'est pas une niaiseuse prévisible à ce niveau-là: aujourd'hui plus que jamais, la brune est particulièrement précautionneuse sur ses choix de mots de passe et de numéros à entrer pour pénétrer sur son téléphone. un soin tout particulier qui est devenu quasiment de la paranoïa, ces derniers temps. la jeune femme se promène toujours avec un chargeur sans fil dans son sac- c'est quasiment plus important que ses papiers. stella, elle est la fille connectée par excellence, celle bien contente qu'il y ait tout un cloud planant par-dessus wellington pour lui permettre de ne jamais perdre le contact avec quoique ce soit ou qui que ce soit. si son téléphone devait finir en rade alors qu'elle est loin de son appartement, elle s'en sentirait presque complètement paumée. elle, elle aime se voir comme un mélange entre deux mondes: un univers très studieux propre aux livres poussiéreux qu'elle parcourt avec envie, et la modernité à laquelle peu de ses collègues ou prof d'université touchent. [dix] vingt-trois ans, fleur de l'âge, jeunesse tout juste commencée: stella a eu un accident de voiture qui a bouleversé sa vie. passage à l'hôpital, quelques opérations dont elle s'est remise, plongée dans un sommeil assommant. des cicatrices encore sur le corps, et des souvenirs froids et violents de la nuit où tout cela s'est passé. depuis, elle ne conduit plus, et surveille constamment les alentours quand elle est dans un véhicule- le genre de passagère chiante qui critique tout. on fait avec, dans son entourage; mais généralement, stella préfère éviter les voitures. au fond, sa plus grande peur, c'est que l'histoire se répète, qu'elle revive tout ça et que la mort la frappe de la sorte, sans crier gare.

behind the screen

pseudo/prénom : MARY-W./marie; toujours la même (stella), you could rattle the stars 3782170742 âge : j'ai décidé d'arrêter de vieillir. pays : le pays des gens décalés de leur heure normale. et d'ceux qui procrastinent beaucoup trop (y). connexion : 5j/7 (stella), you could rattle the stars 1318934201. où as-tu connu le forum ? : un p'tit oiseau appelé anaïs, my love, y paraît que j'suis sa passion en plus (stella), you could rattle the stars 2969373730. personnage inventé/scénario/pré-lien : inventé. dernière bafouille : (stella), you could rattle the stars 1661991543
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 21:20)

[july 2019] wellington, Ça s'était joué comme une scène dans les films- un silence assourdissant résonnant à ses oreilles, son esprit fuyant des mots évidents. Loevan était venu, comme ça, avec ses bagages, ses complications, des justifications à peine murmurées pour expliquer pourquoi il lui brisait le cœur de la sorte. Il aurait pu y avoir d'la pluie dehors, pour ajouter au drame de la situation : comme un carambolage explosant en pleine rue, frappant le mur du son d'un 'boom!' destructeur. Elle le sentit, son palpitant dans sa poitrine, se réduire en mille morceaux alors que sa voix s'envolait, qu'les mots lui manquaient. Elle s'était perdue dans cette histoire et même au moment fatidique où il la laissait toute seule, la brune n'avait aucune voix. Rien d'autre qu'une expression hébétée à offrir. Elle n'l'avait pas vue venir, cette rupture- comme ça, la désertion du brun, elle qui avait ses doigts qui se refermaient dans le néant. Après tout ça, tout ça- un an de chasse dans le vide, à la recherche d'un bonheur qui n'viendrait jamais. Peut-être aurait-elle dû toujours savoir. Mieux savoir. Offrir son cœur aux autres, ça n'faisait jamais bon ménage : combien de fois devait-elle apprendre cette leçon ? Dans le mariage désastreux de ses parents, ses histoires minables à elle- comment avait-elle pu croire que ce serait différent, avec lui ? Peut-être parce qu'ils avaient papillonné un temps, presque ignorés, oubliés du monde dans les coins discrets de Wellington. Elle avait cru qu'ils n's'étaient jamais perdus- mais c'était à croire qu'la vérité avait été toute différente ; elle n'l'avait jamais eu, jamais trouvé tout court. Dans la frénésie de son sang battant à ses veines comme pour empêcher l'explosion complète de son cœur, Stella ne sut même pas si elle réussit à avoir un mot- si elle hurla, si elle le supplia, si elle pleura tout simplement. Si elle lui avoua l'ardeur avec lequel elle le détestait pour lui dire des choses comme ça- pour lui infliger ça, à elle. Comme ça. Parce qu'elle n'valait pas plus que ça, hein ?
Combien d'hommes dans sa vie allaient lui envoyer ce même message avant d'la pousser au bord du gouffre ? C'était donc ça, l'monde aujourd'hui ? Elle était usée, et abusée- désabusée jusqu'à l'os, marionnette de tous ceux qui s'en fichaient. Et au fond, ceux qui s'moquaient d'elle dans son travail, ç'avait été une chose. Mais lui. Avec son cœur, ce cœur qu'il avait tenu entre ses mains, si fragile, si jeune, si mélancolique d'une époque qui était révolue depuis longtemps. Peut-être aurait-il dû lui dire tout ça depuis l'début. Qu'il n'l'aimait pas, n'l'avait sans doute jamais fait et ne l'ferait jamais. Qu'il avait une femme et que c'était ce qui importait dans cette vie-là, les desseins qui se profilaient à l'horizon, les séparant éternellement. Et qu'il s'en fichait, parce qu'il avait déjà tout c'dont il avait besoin. Elle, elle n'était qu'une pièce rapportée, une douce et désirable distraction. Maintenant, il s'était lassé d'elle.

[august 2019] wellington, Tu étais belle aujourd'hui, dans cette robe. Naïvement, Stella avait ramassé le bouquet de fleurs déposé devant la porte de son appartement, entrant en dépliant la carte qui avait été accrochée à une petite épingle. Rien de plus anodin qu'un simple cadeau, hein ? Les possibilités avaient déjà fusé dans sa tête, quant à savoir de qui il pouvait s'agir. Qui pouvait avoir de telles attentions pour elle, quand elle se sentait, le cœur lourd, parfois si invisible ? Difficile d'y croire, ouais – il suffisait qu'elle referme la porte de son chez elle, pour que la lourdeur d'une solitude insidieuse n'lui retombe sur les épaules. Plutôt que de gonfler, pourtant, son cœur se serra contre son poitrail, fusant contre ses côtes en s'emballant à toute vitesse. Depuis quelques semaines déjà, elle recevait des messages sur son téléphone : d'abord curieux, suspicieux ensuite. Alarmants, maintenant. Et cette carte, ce bouquet, cette écriture ; deux mois plus tôt, elle en avait reçu un similaire, un mot de c'genre – conne, elle avait cru que ç'avait été de Loevan. Sa seule relation stable, depuis un moment. Son histoire qui lui avait fait miroiter un avenir bienheureux : elle avait été loin, loin d'imaginer que des cauchemars pouvaient l'attendre au tournant. Mains tremblantes, Stella arriva jusque dans sa cuisine, balançant la carte et les fleurs dans sa poubelle : hors de sa vue, elle pourrait les oublier maintenant, hein ? Oublier tout ce qui allait avec. Effacer, ouais. Le sentiment âpre de nausée, lui, ne disparut pas – pas tout d'suite, pas comme ça, collant à sa langue jusqu'à ce qu'elle aille à une de ses fenêtres. Personne. Personne de suspicieux en tout cas. Personne non plus aux autres. C'était comme une ombre, qu'elle se disait si souvent, quand elle regardait par-dessus son épaule. Cette présence insaisissable, elle n'faisait que la faire se sentir plus seule que jamais. Déjà, sa tête allait loin, ses inquiétudes comme un essaim d'insectes bourdonnant contre ses oreilles, jusque dans son crâne. Elle allait perdre la boule- perdre la boule, ouais. Mais personne n's'en préoccupait, de ça. Il n'y avait qu'elle, et rien qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 21:29)
Rebienvenue (stella), you could rattle the stars 2221190684
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 21:34)
@lana, merciii (stella), you could rattle the stars 2221190684 (stella), you could rattle the stars 180640823
Revenir en haut Aller en bas
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 1115
› faceclaim : lauren german + faith.
› multinick : (sutton fitzgerald)
› âge : trente sept ans, elle approche doucement de la quarantaine.
(andrew + intrigue + jocelyn + isaac + phoebe)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité :
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t9887-emilia-i-ll-be-your-girl http://www.thegreatperhaps.org/t9891-emilia-be-strong-and-fight-back#427202

(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 21:54)
emilia est si parfaite (stella), you could rattle the stars 2227089788 rebienvenue à toi (stella), you could rattle the stars 2227089788


- - If you desire something, just take it.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 22:28)
@emilia, merciiii (stella), you could rattle the stars 843243092
désolée pour le lien perdu, j'espère qu'on pourra s'en trouver un quand même (stella), you could rattle the stars 180640823 (stella), you could rattle the stars 2221190684
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Mer 21 Aoû - 22:50)
re (stella), you could rattle the stars 2201629221
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Jeu 22 Aoû - 1:45)
re-bienvenue ici :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Jeu 22 Aoû - 2:54)
emilia est un super choix (stella), you could rattle the stars 4135354924
rebienvenue (stella), you could rattle the stars 2201629221
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - (Jeu 22 Aoû - 9:03)
Rebiiiiiiiiiienvenue parmi nous (stella), you could rattle the stars 613702535
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma



(stella), you could rattle the stars Empty
Re: (stella), you could rattle the stars - ()
Revenir en haut Aller en bas
(stella), you could rattle the stars
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sauter vers: