AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-23%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 watts – 12000 BTU)
499.99 € 649.99 €
Voir le deal

beautiful trauma (lua)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



beautiful trauma (lua) Empty
beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 11:53)
- Lua Jenkins -

when you left you forgot your shadow

Image 1 Image 2
nom : Jenkins, nom porté comme une médaille, nom qu’elle a toujours voulu voir briller un peu plus, apporter sa pierre à l’édifice. prénom(s) : Concentré de souvenirs. Lua, honneur au voyage où elle a été conçue, lune brésilienne témoin de l’événement. Diana, hommage à cette tante qu’elle a l’impression de connaître malgré l’absence. âge : La trentaine à la porte, vingt-neuf au compteur, chiffre quelque peu irréel par moments. naissance : Yeux ouverts dans la lumière artificielle d’une des salles d’accouchements de l’hôpital de Wellington, cordes vocales testées pour la première fois le 21 septembre 1990. Début du printemps, début de sa vie. nationalité : Passeport aux couleurs des deux îles, néo-zélandaise. origines : Origines atlantiques dans le sang paternel, soleil portoricain dissimulé dans les traits, famille maternelle pure produit néo-zélandais. statut civil : Célibataire, mère avant tout d’un petit démon de dix ans au sourire angélique, Finn. Coeur méfiant, coeur blessé, elle s’en est remise dit-elle. Peut-être qu’à force de se le répéter cela deviendra vrai. orientation sexuelle : La question ne s’est jamais réellement posé, regard attiré depuis le début par les lignes masculines. occupation : Formation dure, formation où les nuits ont été courtes, où plus d'une fois elle s'est demandé si elle y parviendrait. Période compliquée qu'elle a pu surmonter, diplôme fièrement accroché sur le mur du salon. Avocate, elle s'est spécialisée dans le droit familial, un choix personnel évident pour tous ceux qui la connaissent. argent : Préoccupation majeure pour la toute jeune mère qu’elle était, fierté évidente de pouvoir dire qu’elle s’en est bien sortie, assurance qu’elle et son fils ne manqueront de rien. caractère : déterminée, patiente, optimiste, loyale, méfiante, terre-à-terre, maternelle, têtue, souriante, maladroite, malicieuse, sens du détail, rancunière, souriante, pile électrique, sarcastique, réfléchie. groupe : positive minds. the fortune teller : Son fils avant tout et son travail  avatar : Ana de Armas crédit images : hn-avatars & dannapacla

let me know your darkest secrets

Partie anecdotes :(1) Lua a une petite cicatrice en bas du dos. Moment de folie si propre aux enfants, vitesse folle à la fin abrupte. Plus de peur que de mal, un vélo saccagé et un peu trop de sang pour une fillette de sept ans. Evénement qui lui a appris à réfléchir deux fois avant de faire quelque chose.  

(2) Diana. Elle n’a jamais réellement utilisé ce prénom. Impression de le voler. Diana, ça sera toujours cette tante partie trop tôt, celle qu’elle n’a pu rencontrer qu’à travers les souvenirs de sa mère et les photos de famille. Celle qui n’a connu autre chose que la jeunesse. Fantôme qui hantera toujours le regard de sa mère. Elle veut être digne de le porter cependant, digne de porter le souvenir de cette vie manquée.

(3) Petite, elle rêvait de Broadway. Comédienne sur les planches, chantant et dansant à longueur de temps. Un mirage, consciente qu’elle n’a jamais eu le talent nécessaire pour y parvenir. Passable pour une amatrice, heures passées à chanter chanson sur chanson supportables pour son entourage. Une manie qu’elle a gardé au fil des ans, différents musicaux comme bande son de ses humeurs. Elle aimerait aller à New-York, voir enfin un de ces nombreux spectacles qui l’ont tant fait rêver enfant. Un jour.

(4) Ses mains ont tendance à envoyer valser tout et n’importe quoi. Elle ne sait pas vraiment pourquoi, mais elle est incapable de passer une journée sans un objet à ses pieds. Parfois petit, parfois grand. Par chance entier, mais c’est rare. Malédiction héritiée du père, duo terrible qui font le bonheur des fabricants de vaisselle.

(5) Elle n’a jamais pu tenir en place. Toujours quelque chose à faire, à voir, à tenter. Son emploi du temps faisait peur à voir lors de sa scolarité, volonté de faire tout ce qui était possible de faire. Plus d’une activité s’est soldé en échec mais elle s’en moquait, heureuse d’avoir pu tester quelque chose de nouveau. Esprit curieux qu’elle a gardé, weekends souvent peuplés de choses à faire, souvent en compagnie de son fils. Et il faut bien avouer que la mère a parfois plus d’énergie que le gamin, sourire de petite fille illuminant ses traits.

(6) Tapis au sol et postures aux noms qui prêtent à sourire. Elle a découvert le yoga  pendant sa grossesse et n’a jamais arrêté depuis, petite source de détente qui aide à évacuer la vapeur accumulée au quotidien.

(7) Les matins n’ont jamais été des amis. Réveil difficile, cheveux en bataille et voix rauque, état quotidien contre lequel le café semble être le seul capable de le combattre. Elle s’est améliorée, stratégie perfectionnée pour être caféinée avant que quiconque pose les yeux sur elle. Les avantages d’avoir un enfant, cela vous oblige à garder un minimum de prestance.

(8) Un jour brune, l’autre blonde. Cheveux longs, cheveux courts. Lisses, bouclés. Sa chevelure aura tout vu, petite indécise face au miroir. Elle est incapable de vous dire combien de temps une coupe restera. Sa mère n’arrête pas de répéter à qui veut l’entendre que sa fille va se détruire les cheveux à force, tirade familière où elle hausse les épaules. Simple envie de changement dit-elle. Mais c’est plus que cela. Envie de retrouver quelque chose qu’elle a perdu peut-être, envie de regarder dans la glace et voir qu’elle est bien elle-même. Interrogation à laquelle elle n’a toujours pas de réponse.

(9) Après beaucoup, beaucoup, de supplications et de yeux de chiot, Finn a réussi à la convaincre d’accueillir un colocataire à quatre pattes. Pas le chien qu’il aurait voulu cependant. Petite frayeur de l’enfance, elle n’a jamais été à l’aise avec eux. Mais ils se sont mis d’accord pour le chat roux s’enroulant autour de leur jambes à peine ils ont mis un pied au refuge. Pirate. Le petit a insisté pour le nom. Impression amusé qu’il est parvenu à la lui faire à l’envers. Car il a de chat que le corps et les heures de sommeil, comportement affectueux et joueur d’un petit chiot envers elle et Finn. Surtout Finn. Une vraie teigne ceci dit pour tout autre être vivant qui ose mettre le nez dans l’appartement, petit dictateur aux griffes bien acérées quand l’envie lui prend.

behind the screen

pseudo/prénom : vixx ou ana, faites votre choix! âge : heu...on demande pas l'âge d'une dame? Non? Bon...26 (et j'ai mal en écrivant ça, j'avais à peine 20 hier, c'est quoi cette arnaque beautiful trauma (lua) 2990373140 )  pays : pays des vaches, donc ne vous inquiétez pas si je fais des bruits étranges parfois connexion : J'ai envie de dire tous les jours mais l'IRL a tendance à me jouer des tours le week-end donc...on va partir sur du 5/7 avec envie de 7/7 où as-tu connu le forum ? : heu...je m'en souviens plus?  beautiful trauma (lua) 2215919510 il me semble que c'était PRD mais j'avais trop d'onglets ouverts  beautiful trauma (lua) 1979559171  personnage inventé/scénario/pré-lien : scénario de @Ash Howell dernière bafouille : que dire? vous gérez la fougère, ce forum est magnifique et l'ambiance qui se dégage est folle, j'ai hâte de vous rejoindre  beautiful trauma (lua) 585086537
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 11:53)


Once upon a time is a fact. Happily ever after is a myth.

C’est l’histoire d’une petite fille. Une petite fille pleine de rêves, étoiles dans les yeux par centaines. Mais les rêves sont traîtres lui dit-on, les histoires ne sont que cela, des histoires. Des jolis mots, des utopies qu’on aimerait vivre mais qui ne sont malheureusement pas faisables, pas comme on le souhaiterait. La petite fille s’efforce de suivre les conseils, de garder les pieds sur terre malgré ses envies de toucher le ciel. Mais elle ne comprend pas. Pas complètement. C’est peut-être elle qu’on ne comprend pas? Car elle sait que les contes ne sont pas réels. Pas tels quels. Il n’y a pas de dragon, pas de ville sous l’océan, pas de portail vers une forêt où les animaux parlent, pas de royaume aux malédictions millénaires, pas de chaussures qui vous téléportent en claquant les talons. Elle ne demande pas que tout cela soit réel, même si elle adorerait le voir. Elle sait que pour toujours est impossible, elle le voit bien quand sa maman lui parle de cette tante qu’elle n’a jamais connu, elle sait que la vie n’est pas toujours joyeuse. Mais les contes ne sont pas toujours joyeux. Il y a du malheur dans les contes, il y a de la tristesse, des épreuves. La petite fille est perdue parfois. Pourquoi veulent-ils séparer la vie des contes? Ils se ressemblent plus que ce que les adultes peuvent bien penser.

Elle regarde ses parents et elle voit une belle histoire d’amour. Ils ne sont pas un prince et une princesse mais ce n’est pas cela qui est important. Ce qui est important ce sont les regards dont la petite fille est témoin, les sourires si semblables à ceux qu’elle voit parfois dans ses films. Elle regarde sa grande soeur et elle voit cette aventurière sans peur, prête à conquérir le monde. Elle n’a pas d’épée, certes, mais qui a besoin d’une épée dans leur monde? Elle regarde leur maison, les photos sur les murs, elle se souvient des repas de famille, les Noëls avec tout le monde, les excursions en bord de mer. Elle voit une fin heureuse, une histoire qui se finit aussi bien que les légendes qui l’endorment chaque nuit. La petite fille pense qu’ils ont oublié tout cela, l’essence de ce qu’est un conte. C’est peut-être ça le prix à payer, elle ne sait pas.

La petite fille grandit. Elle comprend un peu mieux avec le temps qui s’écoule mais son âme d’enfant est toujours là. Elle continue d’y croire. Les années défilent, la vie devient moins abstraite, le poids du quotidien, des responsabilités un peu plus facile à sentir au fur et à mesure. Mais la petite fille vit toujours dans le coeur de celle qui est maintenant adolescente. C’est elle qui chuchote toute émue quand elle croise son regard, quand ce garçon lui lance un timide sourire dans le couloir. Elle ne l’avait jamais vu jusque-là, ne sait absolument rien de lui et pourtant la petite fille est sûre. C’est lui, c’est lui, c’est lui. Du coup elle essaie. Parce qu’elle veut toujours essayer, refus d’avoir le moindre regret, la moindre occasion manquée. Deux adolescents maladroits qui se découvrent, s’effleurent, apprennent ensemble ce qu’est l’amour. Elle pensait le savoir, mais elle ne l’avait jamais ressenti jusque-là. Et elle sait que son conte à elle commence. Elle en est persuadée.

Le temps continue sa course. Elle grandit, mûrit. Elle se demande ce qu’elle veut faire, de quoi sera faite sa vie d’adulte. Volonté d’aider, honneur à sa mère, celle qui a toujours soigné. Mais elle ne se voit pas médecin, elle ne pense pas avoir la force nécessaire. Alors elle cherche, elle part en quête, une quête où elle tourne, où elle parcourt une forêt de pages internet, où elle discute avec tout son entourage. Et elle finit par trouver. Le droit. S’assurer que le monde soit un peu plus juste, aider les autres mais dans un domaine qu’elle se sent capable de naviguer. Et elle se sent capable de tout. Compagnon de route trouvé dans ce garçon croisé dans un couloir, coeur chantant en sa seule présence, elle a une flamme que rien ni personne ne semble pouvoir éteindre.

Puis le conte prend un tournant. Un tournant qu’elle n’a pas su prévoir, qui la déstabilise. Qui lui fait peur aussi. Peur de voir les choses s’effondrer, peur de se retrouver seule. Peur de prendre la mauvaise décision. Mais Ash est là. Ash est toujours là, doigts fermement serrés autour des siens. Ils ont pris la décision avant même d’en avoir conscience, regard brillant échangé dès que la nouvelle est tombée, dès qu’ils ont su qu’une vie faisait doucement son chemin. De la folie selon certains. Que savent-ils à dix-neuf ans? Comment peuvent-ils s’imaginer devenir parents? Et pourtant ils le font. Elle sait que cela sera difficile, elle sait que les choses ne seront jamais les mêmes. Mais aucune histoire ne vaut la peine d’être vécue sans des chamboulements, des épreuves, des batailles. Ce n’est pas l’épreuve qu’elle aurait souhaité. Pas ainsi, pas si jeune, si peu préparée. Mais elle l’aime cet enfant, elle l’aime et elle sait qu’elle mourrait sans lui. Un regard de Ash suffit à lui faire comprendre qu’ils sont dans le même bateau. Alors ils serrent les dents, trouvent des solutions, s’inventent une nouvelle vie. Une vie qui se concrétise à l’arrivée de Finn, un petit être qui devient leur monde, l’axe qui fait tourner leur univers. Tous les jours ne sont pas évidents. Etudes, enfant, amour, famille. Beaucoup de paramètres à gérer, fatigue attendant au tournant, stress guettant non loin. Mais ils ne baissent pas les bras. Jamais. Leurs parents aident, beaucoup. Et ils y arrivent, malgré les obstacles, malgré les embûches, malgré eux-mêmes. Ils sont une famille. Le soleil à l’horizon, futur qui se dessine de couleurs douces. Et la petite fille chante victorieuse. Elle hurle son bonheur au creux de sa poitrine, extatique. Les contes existent. Regardez-la, regardez-les.

Aujourd’hui, elle ne chante plus la petite fille. Elle ne dit plus rien depuis longtemps, larmes silencieuses dans un coin de son coeur. L’illusion - car c’était une illusion comme on lui avait dit il y a si longtemps - n’est plus qu’une collection de morceaux, complètement brisée. Brisée aussi violemment que l’accident qui a tout précipité. La mère de Ash, morte. Et Ash meurt aussi. Car il ne sait pas vivre sans cette personne si fondamentale, si essentielle, si irremplaçable. Et elle voit son monde s’écrouler. Elle se bat, elle tente tout et plus pour éviter le naufrage mais c’est inutile. Ash n’est plus. Et elle meurt à son tour. Un peu. Car elle refuse de se laisser aller, elle refuse de partir à la dérive comme il le fait. Car elle est mère. Et pour Finn, elle est prête à tout. Même à sacrifier son coeur. Son conte. Elle saigne le jour où elle chasse celui qu’elle a tant aimé (qu’elle aime), ce moment cauchemardesque où elle lui a ordonné de partir. Jamais elle n’a pleuré autant, nuit blanche où elle n’arrivait pas à émettre le moindre son, pétrifiée pendant des heures derrière cette porte qu’elle s’est obligé à claquer. Funérailles muettes de tout ce en quoi elle a voulu croire.

Les cicatrices restent. Elle sourit, mais plus comme avant. Plus jamais comme avant. L’innocence envolée sans doute. L’adulte règne désormais. Sa vie a continué. Son fils a grandi. Elle a pu devenir avocate, travail prenant mais qu’elle aime, un salaire qui lui permet d’élever Finn en toute quiétude. Des amis. Une famille toujours aussi aimante, mais avec des tensions. Victimes eux aussi de cette explosion huit ans en arrière, inquiets pour celui qu’ils considèrent toujours comme leur beau-fils. Un reproche en sous-texte de l’avoir laissé à la dérive, bien qu’ils comprennent ses priorités. Car il est à la dérive Ash et cela lui brise le coeur chaque jour autant que la rage brûle dans ses veines. Car elle a appris à le détester. Le détester d’avoir brisé leur famille, le détester de l’avoir poussé à choisir entre lui et Finn. Et elle s’en veut de le détester, car dans le fond elle sait qu’elle se voile la face, qu’elle cache sa douleur derrière une colère qui n’est pas réelle. Pas complètement. Elle a appris à vivre avec, elle a appris à vivre seule, sans lui. Elle a appris à ouvrir son coeur à d’autres. Peu nombreux. Jamais longtemps. Sauf un. Lui, il est resté un moment, elle a même entrevu un possible avenir. Cela ne s’est pas fait mais elle l’a vu. Un nouveau départ. Peut-être qu’elle est enfin prête à le laisser, lui et les centaines de souvenirs, derrière elle. Peut-être.

C’est l’histoire d’une petite fille pleine de rêves et de l’adulte qui tente aujourd’hui de vivre parmi leurs cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Candelaria Rodriguez
positive minds › je suis un optimiste
Candelaria Rodriguez
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 1171
› faceclaim : Martina Stoessel + bazzart
› âge : 22 ans (18 août 1997)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : i am open !
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t9109-cande-est-presente#401016 http://www.thegreatperhaps.org/t9113-candelaria-a-besoin-de-vous-o#401270 http://www.thegreatperhaps.org/t9114-need-a-little-talk-candelaria

beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 13:00)
Bienvenue sur le forum :D.



Destiny
Code par Heaven sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 14:29)
beautiful trauma (lua) 843243092 beautiful trauma (lua) 843243092 beautiful trauma (lua) 843243092
je suis tellement heureuse !! beautiful trauma (lua) 2296813410
si tu as des questions ou juste envie de papoter, n'hesites pas beautiful trauma (lua) 107302656
Revenir en haut Aller en bas
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 1115
› faceclaim : lauren german + faith.
› multinick : (sutton fitzgerald)
› âge : trente sept ans, elle approche doucement de la quarantaine.
(andrew + intrigue + jocelyn + isaac + phoebe)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité :
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t9887-emilia-i-ll-be-your-girl http://www.thegreatperhaps.org/t9891-emilia-be-strong-and-fight-back#427202

beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 14:35)
Bienvenuee à toi tu fais un super choix beautiful trauma (lua) 2804261376


- - If you desire something, just take it.
Revenir en haut Aller en bas
Lina Kelley
positive minds › je suis un optimiste
Lina Kelley
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 59
› faceclaim : lizzie olsen (hoodwink)
› âge : vingt-neuf ans


Bad Karma


http://www.thegreatperhaps.org/t10871-boulevard-of-broken-dreams http://www.thegreatperhaps.org/t10897-lina-dream-maker-life-taker

beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 18:17)
Bienvenuuue beautiful trauma (lua) 843243092


daydreamer ♒︎ I can't tell you the key to success, but the key to failure is trying to please everyone. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 18:26)
Merci pour la bienvenue beautiful trauma (lua) 2150563227
Revenir en haut Aller en bas
Lana Choakes
positive minds › je suis un optimiste
Lana Choakes
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 151
› faceclaim : Gabriella Wilde (rosewins)
› multinick : Romi (V. Kirby) + Sully (A. Johnson)
› âge : 28 ans, la trentaine approche à grand pas.

Bad Karma


http://www.thegreatperhaps.org/t10720-lana-memories-bring-back-y http://www.thegreatperhaps.org/t10742-lana-comfort-of-strangers#450189

beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 19:29)
bienvenue beauté beautiful trauma (lua) 2221190684


Feeling used but I'm still missing you ♒︎  Je sais, ça va recommencer, je pardonnerai. On sait comment c'est, je danserai avec toi. Tu me liras des histoires. Ça ira... ©️ endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Bianca Kahnwald
murphy's law › je suis un fataliste
Bianca Kahnwald
murphy's law › je suis un fataliste


Who you are
› posts : 1328
› faceclaim : Elle Fanning ©corvidae
› âge : 20 ans

/ LOUISE ~ ISAIAS ~ ARIEL /
/ CASSIUS /

Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t10532-finir-mal-et-mal-finir http://www.thegreatperhaps.org/t10550-bianca-in-the-middle-of-my-chaos-there-was-you

beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 21:15)
Bienvenue sur le forum beautiful trauma (lua) 2025025955

Hâte de vous lire avec Ash, bon courage pour ta fiche beautiful trauma (lua) 2201629221


more chaotic - - no relief
Revenir en haut Aller en bas
Teddy Salinger
control freaks › admin mimi comme une souris
Teddy Salinger
control freaks › admin mimi comme une souris


Who you are
› posts : 991
› faceclaim : jensen ackles, ©blood eagle
› multinick : gabbie (e. watson), louise (z. deutch),raphaël (m. huisman), evan (c. evans)
› âge : trente-huit ans.
Bad Karma



beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - (Jeu 12 Mar - 21:16)
excellent choix de scénario. beautiful trauma (lua) 2223749420
et ana est si jolie. beautiful trauma (lua) 4207362787 beautiful trauma (lua) 4207362787
bienvenue par ici, n'hésite pas si besoin. beautiful trauma (lua) 2201629221 beautiful trauma (lua) 2201629221
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma



beautiful trauma (lua) Empty
Re: beautiful trauma (lua) - ()
Revenir en haut Aller en bas
beautiful trauma (lua)
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers: