AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

he hit me and it felt like a kiss (rosalie).

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 16:26


Rosalie Blake
feat. Lana del Rey.

Nom Blake. Prénoms Rosalie Christina. Âge Trente-quatre ans. Naissance 17/11 à Marseille. Nationalité americaine. Origines françaises et siciliennes sur fond de pieds-noirs. Statut civil mariée pour le meilleur et pour le pire. Orientation sexuelle les hommes, uniquement. Occupation femme de warren blake, croyez-le ou non, cela rapporte plus que la création de ses bijoux de luxe. Argent beaucoup. Groupe control freak. The Fortune Teller son chien ? Oui, partons sur la petite boule de poil plus précieuse encore que sa collection d'enregistrements originaux de Maria Carlas, pour le reste, amusons-nous. ah si, il y a aussi cette histoire de sextape et de strip-tease.

❇ ❇ ❇

rosalie est d'une hypocrisie sans borne, il ne faut jamais se fier à sa jolie bouche vernie de ce rouge affriolant, rosalie ce sont des paroles doucereuses pour des intentions diaboliques ❇ manipulatrice, elle n'a pas d'état d'âmes quant à obtenir ce qu'elle désire et à protéger ce qui est précieux. ❇ hautement maniaque, elle a besoin que tout soit à sa place et bien sûr irréprochable, ce qui découle d'une necessité de garder le contrôle sur tous les aspects de son existence ❇ sa fierté n'a d'égal que son arrogance, donc s'il vous arrive d'attendre des excuses de sa part, je vous conseille de passer à autre chose, il y a peu de chance que vous les obteniez ❇ elle n'en reste cependant pas douce, attentive et loyale, ce qui fait d'elle une épouse parfaite aux yeux de son mari ❇ entière et idéaliste, elle est capable de bon nombre de sacrifices pour soutenir une idée qu'elle trouve juste ❇ également calculatrice, il est rare que ses actions et gestes soient désintéressées, elle a appris à l'être en gravitant dans cette sphère n'étant pas sienne ❇

don't break me down, I've been travelin' too long.

Rosalie est dotée d'une mémoire incroyable, sont minimes les faits qui disparaissent de ses souvenirs, ce qui explique certainement ses tendances revanchardes ❇ Elle a tourné dans un film pornographique amateur aux allures de sextape, inutile de préciser qu'elle serait mortifiée si cela venait à devenir public ❇ elle a appris à se défendre et manie parfaitement les armes blanches, fut une époque où elle était constamment armée, le métier de strip-teaseuse étant plutôt dangereux quoiqu'on en dise ❇ information fort futile mais originale, rosalie a appris à rapper au contact d'amis qu'elle s'est faite à los angeles, elle a d'ailleurs fait quelques mixtapes et improvisations sur des scènes underground ❇ de nombreuses connaissances à son actif qu'elle se plait à nommer amis, pourtant sont peu ceux qui la feraient hésiter si elle devait gaiement les piétiner afin d'assurer sa réussite ❇ ses moments libres sont axés sur la composition et l'écriture de ses chansons qui ne rencontreront jamais de public ❇ pour se détendre, elle a coutume d'écouter les rappeurs qui ont fait la richesse de la culture urbaine américaine, un joint aux lèvres, fait aussi surprenant que secret ❇ l'on lui a annoncé il y a peu qu'elle avait de fortes prédispositions au cancer du sein ❇ avec un père sourd, rosalie maîtrise parfaitement le langage des signes et elle s'est récemment mise au braille, sans raison profonde, une façon de rentabiliser son temps libre ❇ fut un temps où elle vouait un culte certain à la cocaïne et si elle était un brin honnête, elle avouerait être encore quelque peu faible à sa vue ❇ maria callas est une incontournable de son répertoire, c'est pour mieux comprendre cette reine vénérée et adulée que rosalie s'est mis en tête de parler italien ❇ elle vient de prendre la décision d'arrêter de fumer, pour la huitième fois, persuadée que ce sera la bonne cette fois ❇ elle raffole des alcools forts, dits d'hommes et ne fait un petit entorse à ce régime pour un bon Bordeaux ❇ elle doit sa silhouette parfaite et ses fesses galbées à une pratique régulière du yoga, un peu cliché non ? ❇

Pseudo/Prénom maya fera l'affaire. Âge j'ai arrêté de compter d'puis Galilée. Pays je squatte la Nouvelle-Zélande en ce moment. Connexion souvent, autant que possible mes poulets. Où as-tu connu le forum? top site, il me semble bien. Personnage inventé. Dernière bafouille j'ai un humour chelou et je suis dix heures dans le turfu, mais je suis jamais tombée sur les numéros gagnants au loto, tristesse. bref la bise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 16:26



He hurt me but it felt like true love

Sept-heures trente du matin.
Rosalie quitte son lit avec cette discrétion qui la caractérise, une plainte ensommeillée lui échappe, caractéristique d’une personne arrachée brutalement aux bras de Morphée.  Ses jambes la guident jusqu’à la salle de bain où, après, soulagement de sa vessie, elle s’immobilise devant le miroir. Ses prunelles fixent ce reflet épuisé, ses traits tirés sont des témoins éloquents de sa nuit agitée. Des bleus parsèment sa peau diaphane, un cou et des membres maltraités d’avoir été violemment agrippés. Son regard inquisiteur s’en va examiner ses cuisses raffermies par ses séances quotidiennes de yoga et peut ainsi distinguer une forme disgracieuse qu’elle peine à qualifier, son expression de dégoût en dit long de son avis sur ce spectacle ; la voici donc condamner à devoir se vêtir de vêtements couvrants par un temps aussi étincelant, du moins de veiller à quelques détails. Elle fait glisser sa robe de chambre à ses pieds, la ramasse, la plie et la dépose à sa place habituelle avant de s’engouffrer dans la cabine de douche.

Neuf heures du matin.  
Rosalie trempe ses lèvres dans sa tasse de thé, parcourant distraitement son magazine en quête de l’interview faite le mois dernier, quête réussie. Elle y est présentée comme une créatrice à suivre avec un parcours atypique et des idées novatrices. Une pluie de compliments qu’elle accueille avec un léger sourire enchanté. Dépeinte comme modeste, sans doute suite aux évocations de son mari qu’elle noie sous des profondeurs de remerciements, ainsi que quelques mots agréables adressés à son beau-frère dont elle vante le soutien. Elle constate avec contentement qu’aucun de ses propos n’a été transformé alors elle range le magazine à l’espace dédié à cet effet, puis s’en va rincer sa tasse qu’elle met dans le lave-vaisselle. Munie d’une éponge humide, elle nettoie les dégâts illusoires commis, veillant à ce que tout soit à sa place et propre, assurément.

Neuf heures trente du matin.
Resserrant son châle autour de son cour, elle pénètre dans sa chambre et s’approche silencieusement de son mari encore endormi. Elle prend place sur le côté du lit, ses yeux le contemplent, l’épousent, le couvent. Ses doigts partent à l’assaut de sa chevelure, s’y perdant avec gaité, allant se nicher au niveau de sa nuque. Ses ongles tracent une ligne invisible jusqu’à son cou et à quelques centimètres de sa gorge, la tentation est grande de l’enlacer violemment, passionnément, désespérément. Quelques centimètres à peine la séparent de sa liberté, douloureuse émancipation qui provoque un sentiment de claustrophobie dans sa poitrine. Assujettissement consentie, captive amoureuse, le monde hors de sa prison de cristal l’effraie alors elle se fond un peu plus contre cet homme qui lui a tout donné, espérant parfois devenir une partie de lui. De sa main droite, elle prend celle son mari contre sa joue et de l’autre, caresse doucement son front, les orbes emplies de tendresse.

Onze heures dix du matin.
« Je t’appelle ? » elle perçoit l’hésitation dans son regard, les excuses s’y amoncellent, silencieusement tandis que les mots, eux, peinent à trouver un chemin jusqu’à elle. Son mutisme est loquace, de même pour sa gestuelle. Les années ont eu raison d’explications concrètes nécessaires à leur compréhension, il y a des silences qui ne trompent pas et Warren a besoin de savoir que tout va bien. Sa lâcheté le musèle comme à son habitude, une fois ses prunelles prises en grippe, il s’intéresse à autre chose. Durant les prochains jours sans doute recevra-t-elle des attentions matérielles, des fleurs à ne savoir où les entreposer, des vêtements couteux, et certainement un voyage pour se retrouver. Ses mécanismes n’ont plus aucun secret pour elle et pourtant, elle s’y abandonne à chaque fois. Elle esquisse un sourire affectueux « j’attends ça avec impatience » elle se hisse sur la pointe des pieds pour l’embrasser. Le voici de nouveau pardonné. Son absence de deux semaines fera le reste.

Refermant la porte, elle lâche un soupir. La culpabilité est toujours présente, les souvenirs de cette funeste rencontre également. Noah Thadeus. Un autre soupir lui échappe alors qu’elle va s’enfermer dans cette pièce lui étant exclusivement réservée. Elle sort une cigarette, envoyant valser ses bonnes résolutions, l’heure est grave et ses nerfs ne tiendront pas à ce rythme. Le tabac ne suffira pas, aussi entreprend-t-elle de se rouler un joint sur fond de Notorious B.I.G. Comment les choses ont-elles pu tourner de la sorte ? Il s’agissait d’une énième soirée mondaine fastueuse, la mission de s’y montrer, de sourire, d’offrir des compliments que l’on ne pensait nullement avec la plus grande conviction. A ce jeu, Rosalie devenait maître. Puis Noah était entré en scène, abasourdie, elle était restée muette, se surprenant d’ailleurs à retenir son souffle. « Tiens, tiens, tiens, qui voilà! » la discrétion n’était visiblement pas son fort… pourquoi le serait-ce ? Il n’avait pas fauté lui. L’esprit de la française était en proie à une violente tempête alors qu’elle se demandait comment elle allait se sortir de cette situation. « Tu connais déjà Rosa? » Warren ou l’innocente curiosité. Son regard posé sur son amant d’une nuit, Rosalie attendait que la guillotine s’abatte sur tout ce qu’elle avait construit ces dernières années. « On a déjà eu le plaisir de se rencontrer oui, mais je ne savais pas que c'était ton épouse à ce moment-là! » La provocation est perceptible, le défi lancé et sa fierté l’empêche de mettre fin à la conversation et d’entraîner son mari loin de ce grossier personnage, au lieu de quoi, elle se contente de fixer Noah de son regard le plus noir, même si elle savait pertinemment que cela n’améliora pas sa situation. « Quand donc? Pourquoi? Mais racontez-moi! » Elle réfléchit à une histoire fabriquée de toute pièces qui pourraient convaincre son mari incrédule. Mais de qui entre l’ami de longue date et l’épouse au passé tumultueux aura gain de cause ? Alors qu’elle s’apprêtait à répliquer, Noah la devança. « C'est une histoire assez drôle dont chaque détail mérite d'être savouré... » Si les regards pouvaient mettre fin à une existence, nul doute que l’énergumène serait mort à cet instant. Il se délectait de la situation, pouvant certainement sentir madame Blake s’écraser sous le poids de la pression  et regretta soudain de ne pas avoir écouté son premier avis au sujet de cet homme, à savoir qu’elle avait tout intérêt à s’en tenir éloignée. « Il me semble que je l'ai croisée à la fin d'un événement mondain organisé par la banque, il y a quelques mois. Rien d'exceptionnel, je lui ai offert un verre de la part de la maison. Ton épouse n'a pas sa langue dans la poche d'ailleurs. » Elle avait senti le rouge lui monter aux joues alors que les souvenirs de cette nuit affluaient, nuit, où, charmée par l’assurance et le charisme de Noah, elle avait délaissée sa retenue coutumière. Elle venait de gagner un sursis, mais elle voyait dans son regard que la partie était à peine engagée, n’était-ce pas cela qu’être pris au piège ? Rosalie avait esquissé un sourire de politesse, lui permettant ainsi de reprendre contenance. Elle n’était pas au bout de ses peines et c’était sur cette pensée que son mari et elle s’étaient éloignés pour aller saluer d’autres personnes.


Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux
Who you are
posts : 6733
faceclaim : ca&arabella.
multinick : caly (c. bennet) & ares (m. ventimiglia)
âge : vingt-neuf ans.
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :


Mar 2 Mai - 16:29

Lana

Bienvenue et bon courage pour ta fiche



you taught me the courage of stars before you left how light carries on endlessly, even after death with shortness of breath, you explained the infinite how rare and beautiful it is to even exist.

la classitude:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 16:31

merci
Les smileys sont merveilleux
Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux
Who you are
posts : 2882
faceclaim : ariana grande; jugband blues.
multinick : l'acteur porno et drag queen punk rock, lexxi. (danny noriega // adore delano)
âge : twenty-four yo (nineteen ninety-three).
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t1359-coma-white-o-rhea http://www.thegreatperhaps.org/t1377-fundamentally-loathsome-o-rhea

Mar 2 Mai - 16:32

Lana .
hâte de voir ce que tu vas faire de la belle .




Am I dead? Or is this one of those dreams? Those horrible dreams that seem like they last forever? God, give me a sign, or I have to give up. I can’t do this anymore. Please just let me die. Being alive hurts too much.

trop de love   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 16:35

merci ! Ariana est un choix perf
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 17:00

lana. lana. lana
c'est l'amour de ma vie je.
++ le titre, ultraviolence c'est
trop de feels omg, j'espère que t'as pas pris peur
j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de la demoiselle. et j'viendrais très probablement te quémander un lien
bienvenue sur le forum ma jolie, bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 17:03

peur, moi ? Je suis le chevalier sans peur et sans armure  
Merci pour ton accueil en tout cas et avec plaisir pour le lien    
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 4880
faceclaim : l.morgan (@hershelves.).
âge : vingt-sept ans.
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : i am open !
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t2545-lily-nothing-if-not- http://www.thegreatperhaps.org/t2598-lys-may-we-meet-again

Mar 2 Mai - 17:04

J'espère qu'elle sait chanter ta madame
Bienvenuuuue bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mar 2 Mai - 17:07

hahaha merci ma jolie
Revenir en haut Aller en bas
he hit me and it felt like a kiss (rosalie).
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Sauter vers: