AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Take me back to the night we met. (jelaine)

positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 454
faceclaim : maisie williams, lolitaes + endlesslove
multinick : jonas & niklas.
âge : dix-neuf ans.
Bad Karma



Mer 3 Mai - 22:47

 

You could be the one to, make me feel something.

Tu n'arrives pas vraiment à t'amuser ce soir. Tu as beau chercher le pourquoi du comment, tu ne trouves pas, tu n'as aucune envie de te casser la tête de toute façon, il faut bien admettre que tu n'arrêtes pas de penser à lui, à ses mains, ses baisers. Il n'y aucune raison pour que tu penses à lui, ce n'est qu'un mec parmi tant d'autres, un type capable de briser des coeurs juste par envie et tu n'es rien à ses yeux toi non plus. Tu pousses un long soupire avant d'avaler d'une traite la fin de ton verre, tu essayes simplement de noyer l'ennuie dans l'alcool, de noyer toutes ses pensées étranges que tu n'as aucune envie d'avoir. Tout ça c'est à cause de la frustration, point barre. Tu n'as pas eu ce que tu voulais, tu n'as pas pu aller au bout, le sentir comme tu en avais envie, voilà ce qui te dérange, voilà pourquoi tu y penses, simplement. Tu déposes le verre, sortant ton téléphone. Il n'est pas question que tu restes ici, auprès de ses gens qui ne t'intéresse pas et ne t'amuse pas. C'était débile de sortir sans Tessa, parce qu'au moins elle t'amuse bien cette petite idiote. Tu restes absorber par ce que tu vois sur les réseaux sociaux, incapable de sentir la présence de l'homme derrière toi. Une fois arrivée à l'étage tu sens rapidement une main sur ton bras et tu n'as même pas le temps de dire quoi que ce soit que tu te retrouves à l'intérieur d'une chambre, ton téléphone balancer sur le sol du couloir du à l'effet de surprise. qu'est-ce que.. Tu finis rapidement plaquer contre la porte, de manière brutale, ta tête à claqué dessus mais, il est malade ou quoi ? Tu relèves doucement le regard vers celui qui semble avoir un sérieux problème là. « Je t'ai manqué ? » Pas vraiment, pas du tout même. Tu en as même oubliée son prénom.. Tu te souviens juste que tu l'as laissée tomber lors du cinéma en plein air. Il ne te laisse même pas le temps de répondre, qu'il pose ses vulgaires mains sur ton beau visage et tu as beau essayer de te défaire de son emprise il ne semble pas du même avis. « Il n'est pas là ton petit-copain ? Le beau mec tatoué là, tu as eu l'air de bien t'amuser avec lui. » « toujours plus qu'avec toi pauvre merde maintenant tu vas être mignon et me laisser partir. » Il continue de te maintenir contre cette porte, te rigolant au visage. C'est quoi ça pour un malade mental ? Il te caresse doucement la joue et tu es dégoûté, tu essayes de le repousser à l'aide de tes mains mais, il les attrapent d'un geste rapide pour les tenir au dessus de ton visage.  « T'es une belle petite salope Elaine. » Ses lèvres descendent doucement dans ton cou alors, qu'il colle son corps au tien pour t'empêcher de bouger. « J'espère qu'il a bien pu profiter de toi parce que maintenant c'est mon tour.. » « LACHE MOI CONN.... » Il pose ses lèvres sur les tiennes comme pour te faire taire, pour que personnes ne puisse t'entendre crier, l'insulter et rapidement tu attrapes ses lèvres entre tes dents, mordant le plus fort possible, jusqu'à avoir le goût du sang dans la bouche que tu craches immédiatement sur lui. Sa bouche sent l'alcool, il doit avoir bu comme un trou ce fils de. « SALE PUTE VA. » Tu vois une belle occasion pour t'échapper mais, au lieu de ça tu sens sa main frapper brutalement ta joue, te faisant tomber au sol à cause de l'impact. La douleur te brûle, tu as même l'impression d'avoir du sang sur la joue ou alors c'est le sien qu'il a du essuyer avec cette main quelques minutes plus tôt. Il se rapproche de toi et tu n'as aucun endroit pour fuir. Il semble vraiment prêt à tout pour t'avoir, ton téléphone n'est même pas sur toi, il est tombé dans le couloir, aucun moyen pour appeler qui que ce soit. « Tu vas me le payer espèce de petite traînée. » Il s'arrête net à quelques de centimètres de toi, quand la porte s'ouvre. Ta main toujours sur ta joue, tu lèves doucement le regard. « Jesse... » Tu retires doucement ta main de ta joue, laissant apercevoir l'énorme marque rouge sur ta magnifique peau blanche. « Tiens tiens, tu déranges un peu mec, j'étais en train de bien m'amuser avec ta petite chienne. »
 


uc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Ven 5 Mai - 20:21

 

You could be the one to, make me feel something.

« Ca te dit de faire la fête avec des étudiantes ? » te lance ton collègue, qui est lui-même en contrat étudiant, alors que vous êtes en train de faire la fermeture du disquaire. Tu l'observes longuement, les sourcils froncés avant de secouer la tête de gauche à droite sans même prendre la peine de lui répondre. « Allez, ce sont les plus chau... » « Ouais, j'ai déjà capté ton idée. » répliques-tu aussitôt pour l'arrêter dans sa connerie avant qu'il aille plus loin. Tu n'as rien à faire ce soir mais finir au milieu d'étudiants alors que toi, tu n'as jamais vraiment connu cette vie-là... Toi, tu as bossé dés tes dix-huit ans, enchaînant les boulots les plus merdiques les uns que les autres avec des horaires qui ne te laissaient pas d'autre choix que de faire passer ton travail au premier plan. Peut-être que ce serait le moment pour toi d'en profiter un peu. « C'est à quelle heure ta soirée ? » lui demandes-tu après un temps de réflexion et quand tu vois son sourire s’agrandir, tu lèves les yeux au ciel. « T'imagines pas que j'vais débarquer, je demande au cas où j'ai vraiment rien d'autre à foutre. ». Ton collègue te donne les coordonnées nécessaires et tu rentres enfin chez toi, prêt à retrouver tes colocataire mais visiblement, les deux ne sont pas là. Trois heures. C'est le temps qu'il t'a fallu pour te rendre compte que si tu n'allais pas à cette foutue soirée, tu allais passer la tienne en solitaire parce que tes merveilleux colocs ne sont pas là. Bon, tu ne peux pas leur en vouloir d'avoir une vie... Mais quand même, tu te fais sacrément chier sans eux, toi. Alors après avoir fini par te préparer, tu te rends à cette fameuse soirée. A peine as-tu passé l'entrée que ton collègue se jette sur toi, totalement alcoolisé. A croire qu'il avait prévu ton arrivée... « J'pensais pas que tu finirais pas venir ! Hé les gars c'est mon pote, Jesse, le mec qui fait tout le temps la gueule à mon boulot mais il est sympa vous allez voir ! C'est mon grumpy cat, hein Jesse ? ». Oh bordel. Pourquoi est-ce que tu es venu déjà ? Tu te retrouves alors entouré des potes de ton collègue mais autant le dire clairement, tu t'ennuies. Tu ne peux même pas dépasser deux verres car tu as pris ta nouvelle voiture tandis que tout le monde autour de toi est sacrément éméché. Accoudé contre le mur, une bière à la main, tu n'écoutes pas la conversation des autres avec toi mais tu laisses ton regard vagabonder sur les quelques personnes présentes. C'est à ce moment-là que tu aperçois une chevelure blonde que tu reconnais facilement et qui appartient à ta chère Blondie. Tu l'observes monter les escaliers mais tes sourcils se froncent quand tu aperçois un type la suivre. Tu ne devrais pas t'en mêler. Après tout, Elaine ne t'appartient pas. Mais tu n'as pas l'impression qu'elle ait vu ce gars derrière elle. Tu décides de lui envoyer un message pour manifester ta présence ici alors qu'elle échappe à ton regard. Tu attends quelques minutes mais aucune réponse alors que tu l'as bien vu sur son téléphone plus tôt. Tu fais signe à ton collègue que tu montes et sans perdre une seconde de plus, tu empruntes à ton tour les escaliers pour finir par arriver dans le couloir où tu aperçois un téléphone par terre. Tu t'empresses de le ramasser et quand tu vois ton prénom et le fameux message que tu as envoyé à Elaine, tu comprends qu'il lui appartient. Le mettant dans ta poche, tu rentres dans la chambre en face de toi sans prendre la peine de te manifester en donnant quelques coups car à vrai dire, tu t'en fiches royalement là. Tu as un mauvais pressentiment et tu n'as pas le temps de jouer au mec poli ; mauvais pressentiment qui ne fait que se confirmer quand tu tombes nez à nez avec le type de l'escalier et Elaine, par terre, une marque rouge sur sa joue. « Epargne-moi les insultes, ce sera moins douloureux pour toi. » lui dis-tu simplement quand il traite Blondie sous tes yeux et sans perdre une seconde de plus, tu t'approches de lui pour laisser ton poing entrer en contact avec son visage. Malheur pour lui d'être tombé sur toi, car avec tes années d'entraînement de boxe, tu sais très bien où et comment frapper pour le faire finir par terre. Il a beau tenter de se relever, de se défendre, tu n'hésites pas à lui mettre un coup à chaque qu'il essaie pour mieux lui rappeler qu'il a commis une grave erreur. Tu as pris de la maturité pendant ces deux dernières années, c'est un fait. Mais il y a des choses qui ne changent jamais et face à ce genre d'ordure, tu ne peux définitivement pas garder ton calme. Une fois qu'il est à terre, tu te mets à sa hauteur et tu l'attrapes par la nuque en appuyant fortement dessus, le forçant à te regarder. Il a le visage tuméfié par ta faute mais ce n'est pas ton problème et tu n'as aucun regret. « Je te conseille de ne plus t'approcher d'elle et si tu t'amuses à essayer, de n'importe quelle manière, je prendrais un malin plaisir à t'arracher les couilles et à te les faire bouffer, c'est compris ? ». Sans même attendre une réponse de sa part, tu te relèves et tu lui donnes un dernier coup de pied dans l'estomac pour lui rappeler qu'il a intérêt à se tenir à l'avenir que ce soit avec Elaine ou une autre. Ton attention se porte alors sur Elaine et tu t'abaisses à sa hauteur, lui tendant ta main. « Je te ramène. » lui dis-tu d'un ton plus froid que tu l'aurais voulu. Mais c'est la colère qui parle à ta place, la colère que tu ressens pour ce type qui a osé lever la main sur elle et l'insulter. Tu ne préfères même pas imaginer ce qu'il aurait fini par faire si tu n'étais pas intervenu et rien qu'y penser, ça te met dans une rage folle.
 
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 454
faceclaim : maisie williams, lolitaes + endlesslove
multinick : jonas & niklas.
âge : dix-neuf ans.
Bad Karma



Ven 5 Mai - 21:38

 

You could be the one to, make me feel something.

Tu refuses qu'il s'approche une nouvelle fois de toi, qu'il te touche encore, qu'il pose encore ses lèvres dégueulasses sur toi. Est-ce qu'il cherche réellement à te.. ? Ce mec à vraiment un sérieux problème et malheureusement tu n'es clairement pas en mesure de pouvoir rivaliser avec sa force. Ton caractère ne peut pas te sauver de toutes les situations merdiques dans lesquelles tu risques de te trouver. Il t'insulte encore et encore, malgré la certaine peur que tu ressens tu ne sais pas t'empêcher de ressentir plus de haine, de l'envoyer encore plus balader ce qui n'arrange pas ton cas. Ce n'est pas une bonne idée, plus tu l'énerves, plus il se venge et vu la gifle que tu viens de te prendre, tu ferais bien de moins faire la maligne. Sinon, tout ça risque bien de très mal finir plus toi. Tes jambes te guident doucement sur le sol à reculer quand la porte s'ouvre enfin.. Tu espères simplement que ce n'est pas un pote à lui qui surveillais à l'extérieur, tu ne sais pas à quel point il est tordu et tu ressens un soulagement extrême en voyant Jesse. Ton regard plonge dans le sien, un regard qui signifie clairement toute ta détresse, pour la première fois tellement vulnérable devant lui toi qui d'habitude gère toujours tout, montre toujours cette fille forte que tu es. La situation dérape rapidement, tu ne réalises pas directement que Jesse est en train de lui foutre ses poings dans la gueule et intérieurement tu es heureuse de le voir souffrir, lui qui a osé te toucher, t'abîmer. « Je te conseille de ne plus t'approcher d'elle et si tu t'amuses à essayer, de n'importe quelle manière, je prendrais un malin plaisir à t'arracher les couilles et à te les faire bouffer, c'est compris ? » Tu observes son visage en sang, levant doucement les yeux vers Jesse.. Tu ne l'avais encore jamais vu comme ça, en même temps tu ne le connais pas depuis très longtemps et pourtant il est là à prendre ta défense. Tu n'as jamais pu réellement avoir quelqu'un sur qui compter, quelqu'un pour te protéger ou te défendre de cette manière, pas depuis un long moment. Tu avais oubliée cette sensation. Tu ignores pourquoi mais, tu sens ta respiration s'accéléré quand il s'approche de toi, plongeant timidement ton regard dans le sien. Tu as presque honte de t'être fait avoir aussi facilement par ce petit con. Il tend sa main vers toi, main pleine de sang mais, que tu n'hésite pas à prendre malgré son ton plutôt froid. Tu te relèves avec lui, jetant un dernier coup d’œil au pauvres mec sur le sol, ne sachant pas t'empêcher de lui lancer un petit sourire plutôt fière qu'il puisse pourrir sur le sol de cette chambre. Jesse ton sauveur.. Tu laisses ta main dans la sienne, continuant de le suivre, avant de l'arrêter devant les escaliers. « Jesse.. » Tu vois qu'il ne te répond pas et continue d'avancer. Tu décides de te stopper net entre deux marches, plongeant ton regard dans le sien. Il n'est pas obligé de faire tout ça pour toi, il vient clairement de te sauver la mise mais, de là à complètement abandonner ses plans pour te déposer, tu peux très bien prendre un taxi ou quelque chose dans le genre. De plus ses mains sont pleines de sang pour l'instant. « Je... Tu n'es pas obligé de laisser tomber tes plans. » Bien que tu en as envie. Il n'est pas question que tu l'avoues mais, à partir du moment où il est entrée dans cette chambre, ta seule envie c'était de t'enfuir avec lui, loin, très loin de cette ville, de ce pays, qu'il t'emène au bout de monde réellement. Tu te mordilles doucement les lèvres. « Putain.. » Tu attrapes doucement l'une de ses mains dans la tienne, essuyant doucement le sang pour vérifier qu'il s'agit bien de celui de l'autre et pas le sien. Non parce que tu serais capable de remonter pour lui envoyer un coup de pied dans ses petites couilles, s'il en a encore après ce qu'il vient de prendre. « Merci.. » "Merci d'avoir été là." Tu voudrais tellement pouvoir lui dire plus mais, tu ne sais pas vraiment comment t'y prendre. Tu évites simplement son regard, parce que tu détestes être vulnérable, encore moins devant lui. Puis tu n'as pas envie de lui laisser cette vision de ta joue marquée toute la soirée. « Je peux rentrer seule, retourne profiter avec tes amis Jesse. » Toi et ta putain d'incapacité à accepter que des gens souhaitent réellement t'aider. « Je t'envoie un message quand je suis rentrée si tu veux.. » Et merde ! Tu touches rapidement tes poches, celle de ta veste, celle de tes poches arrières de ton jeans et tu n'as pas aperçu ton portable dans le couloir, un connard l'a surement déjà prit. « Putain.. » Tu pousses un long soupir, tu vas avoir du mal à lui envoyer un message et maintenant tu n'es pas certaine qu'il va accepter de te laisser rentrer seule, tu as beau lui sortir des excuses tu n'es pas certaine que cela fonctionne réellement.
 


uc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 7 Mai - 18:42

 

You could be the one to, make me feel something.

Tu n'as aucune envie de rester une seconde plus dans cette chambre, ni même dans cette maison. Pourtant, tu ne regrettes pas d'être venu même si tu n'en avais aucune envie au départ car tu ne préfères pas imaginer ce qui aurait pu se passer si tu n'étais pas intervenu finalement. Pour toi c'est clair, tu ramènes Elaine et tu t'en fiches si elle vient à peine d'arriver. Tu lui tends alors ta main qu'elle attrape et sans perdre plus de temps que nécessaire, tu quittes cette chambre avec elle. C'est au moment où tu t'apprêtes à descendre les escaliers qu'elle t'arrête, prononçant ton prénom. Mais tu ne veux pas rester une minute de plus ici et franchement, la colère que tu ressens a du mal à redescendre alors tu continues d'avancer sans pour autant la lâcher. Pourtant, tu sais que Blondie peut se montrer têtue dans le genre et quand elle t'arrête une nouvelle fois, tu lui lances un regard interrogateur histoire de savoir ce qu'elle veut. « J'ai aucun plan de prévu. » te contentes-tu de répondre quand elle te dit que tu n'es pas obligé de laisser tomber tes plans pour elle. Ce n'est pas vraiment un mensonge car au final, tu n'avais pas prévu de débarquer ici et puis tu te faisais chier depuis le début de la soirée. A croire que tu n'es pas fait pour faire la fête avec des étudiants, finalement. Elle attrape alors une de tes mains dans la sienne et ce n'est qu'à ce moment-là que tu remarques le sang qui se trouve sur la tienne. C'est vrai que tu n'y as pas été de main morte mais tu n'as aucun remord. Ce connard le méritait et c'est tout ce dont il avait besoin car au moins, ça lui permettra peut-être de remettre ses quelques neurones en place et à réfléchir la prochaine avant de s'aventurer dans ce chemin-là. Elle te remercie alors et toi, tu ne peux t'empêcher de soupirer, détournant ton regard quelques secondes avant de l'observer de nouveau. « T'as pas à me remercier, Blondie. C'est normal. » lui réponds-tu avant de hausser les épaules. Tu n'as pas fait la bonne action du siècle, non, tu as agis normalement même si tu t'es peut-être un peu trop acharné sur lui. Les personnes qui laissent les autres dans la merde, tu ne supportes pas ça. Elle te fait de nouveau comprendre que tu peux la laisser et tu lèves les yeux au ciel avant de secouer légèrement la tête de gauche à droite. Elle est peut-être têtue, mais tu peux l'être encore plus qu'elle et elle va vite le comprendre. Tu la vois alors chercher son portable et tu t'empresses de le sortir de ta poche sans pour autant lui donner, le gardant précieusement dans ta main. « Je l'ai récupéré en montant. Je t'avais laissé un message en te voyant et comme tu me répondais pas... C'est pour ça que je me suis ramené. » lui dis-tu, toujours sans lui tendre le portable. « Mais comme tu as l'air de vouloir n'en faire qu'à ta tête, je vais devoir te faire du chantage. Crois-moi, ça m'fait mal au cœur d'en arriver là. » ajoutes-tu tout en posant ton autre main de libre à l'endroit où se trouve ton cœur, prenant un air faussement dramatique. Tu commences à laisser peu à peu la colère descendre au fil de tes mots car au final, t'énerver ne résoudra rien et tu devrais voir le bon côté des choses, il ne risque plus de l'approcher. Mais Elaine est face à toi et tu ne peux pas ignorer la marque sur son visage, la marque de ce connard qui a osé lever la main sur elle. « Je te le rends uniquement si tu me laisses te ramener. Je ne te le proposerais pas si ça me faisait chier. Je pensais que t'avais déjà compris que je ne me force pas à faire quoi que ce soit dont je n'ai pas envie... Tu me décevrais presque. » finis-tu par dire tout en laissant un bref sourire prendre place sur ton visage. Tu as conscience de ne pas être le type le plus sympathique qui puisse exister, celui qui prend le plus soin des gens mais... Tu as des limites et tu as beau te montrer égoïste, à penser à toi avant les autres, il y a des moments où tu as conscience que la situation peut rapidement échapper à la personne. Comme à Elaine. Elle a beau te montrer une image de fille forte depuis que tu l'as connais, tu te doutes que ce qui vient de se passer, elle ne risque pas de l'oublier de ci-tôt. Et tu n'as aucune envie de la laisser seule, de la laisser se ressasser ce qui vient de se passer. Car au final, tu ne sais pas ce qui peut se passer d'autre.  
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 454
faceclaim : maisie williams, lolitaes + endlesslove
multinick : jonas & niklas.
âge : dix-neuf ans.
Bad Karma



Jeu 11 Mai - 12:32

 

You could be the one to, make me feel something.

Pourquoi est-ce que tu cherches toujours à refuser l'aide des autres ? Surement à cause de l'habitude. Tu as beau t'arrêter dans ses escaliers, lui faire comprendre qu'il n'a aucune raison de rester avec toi, tu n'as aucune envie qu'il te laisse seule. Tu as envie qu'il reste près de toi mais, tu ne peux pas lui dire, parce que comment tu pourrais lui expliquer tout ça ? Il est bien venu à cette fête pour une raison ou une autre, pas pour toi.. Pourquoi voudrait-il tout laisser tomber pour toi ? Il peut très bien attendre simplement un taxi avec toi, pourquoi veut-il absolument te raccompagner ? Tu baisses doucement les yeux sur cette main, revoyant encore et encore les images de son poing tapant sur son visage, du sang et l'état du type ensuite. Tu n'avais encore jamais été défendu de cette façon et ça te fait quelque chose.. Tu le ressens et ça te rend malade. C'est peut-être normal pour lui mais, pas à tes yeux. Tu as souvent eux des problèmes avec les autres, même avec des mecs.. Pourtant, aucun n'a cherché à te défendre comme lui vient de le faire. Il n'est pas question qu'il te dépose, il a assez fait pour ce soir, il a bien le droit de profiter lui aussi et alors que tu réalises que ton portable est surement déjà bien loin, tu le regardes le sortir doucement de sa poche. Pourquoi est-ce qu'il a ton portable ? Jesse t'a envoyé un message ? Il cherchait donc à passer du temps avec toi ? Tout devient confus dans ton cerveau. Tu ne sais plus quoi penser de lui, quoi penser de son attitude avec toi. Sans le vouloir ton chemin te mène toujours à lui, quoi qu'il t'arrive Jesse Blackson est toujours dans les alentours et ce depuis le premier jour ou ton regard à croisé le sien. Comme si quelque chose -le destin peut-être- cherchait à toujours trouver le moyen de vous réunir tous les deux, que ce soit dans de bonnes ou mauvaises conditions. Tu t'approches pour attraper ton portable mais, il reprend la parole ce qui te coupe net dans tes mouvements. Du chantage ? Tu souris doucement en le regardant mettre sa main sur son cœur, ce qui t'arrache une légère grimace parce que la douleur tire encore un peu sur ta joue. Ce n'est que pour quelques minutes encore. « C'est bon ok Jesse Blackson, tu as gagné. » Encore. A croire qu'il a toujours ce qu'il souhaite, même avec toi. A croire que tu es faible en sa présence, que tu ne peux rien lui refuser, ou alors c'est simplement que tu as l'excuse parfaite pour être avec lui, même qu'un court instant encore seulement. S'il te dépose, tu vas être avec lui, le temps de rentrer au moins. Maintenant qu'il a eu ce qu'il voulait, il peut continuer à avancer jusqu'à la sortie. Tu t'empresses de le suivre, gardant toujours sa main dans la sienne, que tu serres un peu plus en arrivant en bas pour être certaine de ne pas le perdre, entrelaçant doucement vos doigts sans vraiment t'en rendre compte. C'est venu comme un foutu automatisme alors, que tu n'as plus tenu quelqu'un par la main depuis tellement longtemps. Tu gardes la tête légèrement baissé, les gens n'ont pas besoin de voir cette marque sur ton visage et alors que tu arrives à la porte, tu aperçois un gars se poser rapidement devant Jesse un énorme sourire aux lèvres. C'est qui lui ? Tu le vois lever ses deux pouces en l'air, lançant un énorme clin d'oeil, comme s'il était content de voir Jesse rentrer avec une fille chez lui. Oh putain. Est-ce qu'il cherchait à rentrer avec une fille ? Et finalement c'est toi qui.. Tu ne l'entend même pas lui répondre et rapidement, vous sortez enfin de cette maison. Ta main lâche doucement la sienne, à contre-coeur. Tu n'as plus aucune raison de le tenir maintenant. « Je ne savais pas que tu aimais les soirées étudiantes. Ton pote doit savoir qu'il y a des filles pas mal ici.. » Tu rigoles doucement, continuant de marcher avec lui jusqu'à sa voiture. Dans tous les cas, tu te doutes bien que Jesse doit être du genre à avoir un paquet de conquêtes. « Tu peux encore changer d'avis, y a peut-être la femme de ta vie dans la foule. » Est-ce que tu serais jalouse ? Pa s du tout, tu n'as aucune raison de l'être, vous n'êtes pas ensemble et il ne t'appartient pas de toute façon. « Puis je rêve ou tu cherchais à passer du temps avec moi.. ? » Enfin, il t'a surtout envoyé un message quand il t'a aperçu à cette soirée. Maintenant il a du temps avec toi, un petit peu en tout cas. Vous arrivez enfin devant la voiture, sauf que pour le coup ton regard ne quitte plus Jesse Blackson et que tu attends une réponse avant de monter dans sa voiture.
 


uc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mer 17 Mai - 11:10

 

You could be the one to, make me feel something.

Le problème avec Elaine, c'est que vous avez tous les deux un sale caractère et que vous pouvez rapidement vous montrer têtu, jusqu'à vouloir à tout prix le dernier mot. La première chose que tu as remarqué chez elle, c'est qu'elle a du répondant et qu'elle ne se laisse pas facilement marcher sur les pieds. Alors tu ne sais pas comment elle va réagir face à ton chantage totalement stupide (mais c'est la première chose qui t'es venue à l'esprit sur le moment), surtout que ce n'est sûrement pas le moment pour l'emmerder avec tes conneries. Quand elle te dit que c'est bon, tu as gagné, tu ne peux pas t'empêcher de hausser un sourcil avant de laisser un sourire victorieux prendre place sur ton visage. « Je finis toujours par gagner. » répliques-tu et sans perdre plus de temps que nécessaire à cette soirée, tu avances pour sortir d'ici, ta main toujours dans la sienne. Et alors que vous arrivez enfin à la porte, tu vois ton collègue se planter devant toi. Et merde. Tu l'avais presque oublié, lui. Et pourtant, il est difficile à l'oublier dés qu'on le fréquente plus de cinq minutes. Il fait de grands gestes, tu as même droit au clin d'oeil pas du tout discret et tu passes ton doigt sur ta gorge pour lui faire comprendre qu'il ferait mieux de partir s'il ne veut pas mourir tout de suite. Sauf que voilà, tu l'as sûrement surestimé car il insiste et c'est à ce moment-là que tu te décides de prendre la parole. « Je te fais faire le ménage dans la réserve demain avec les rats si tu ne bouges pas de là. » lui lances-tu et quand tu vois sa mine effrayée, tu comprends que tu as visé juste. En même temps, tu ne comptes pas le nombre de fois où il a refusé d'aller à la réserve parce que les rats risquent de le bouffer, qu'il a lu ça dans un livre et blablabla... Bordel, tu ne sais pas comment tu fais pour le supporter. Le pire c'est qu'au boulot, tu ne supportes pas donner des ordres, surtout que ce n'est pas toi le chef mais hé, tu n'as aucune envie qu'il insinue n'importe quoi. Enfin, il capitule et tu peux sortir de cette foutue maison, la main d'Elaine finissant par lâcher la tienne alors que vous vous dirigez jusqu'à ta voiture. « Ouais, mais j'suis surtout venu pour voir ce que j'ai raté quand j'étais plus jeune. Putain, je parle vraiment comme un vieux. » répliques-tu quand elle prend la parole avant de ricaner légèrement. Toi, les étudiantes, ce n'est pas trop ton truc. Mis-à-part Elaine visiblement. « La femme de ma vie ? Est-ce qu'entre temps, on s'est transporté dans un film d'amour sans que je ne m'en aperçoive ? » lui lances-tu toujours avec ce même sourire au coin des lèvres. Ca fait bien longtemps que tu ne crois plus à l'existence d'une personne avec qui tu pourrais passer le restant de tes jours. Tu ouvres alors la portière de ta voiture côté passager pour laisser Elaine entrer en premier, te contentant de rire un peu quand elle te demande si tu cherchais à passer du temps avec elle mais elle n'a pas l'air d'être vraiment satisfaite de ta répondre qu'il n'en ai même pas une au fond. « C'est surtout qu'il m'arrive d'être poli et de vouloir saluer la première personne qui a failli immortaliser ma voiture. » répliques-tu soudainement avant d'aller de ton côté pour t'installer sur le siège. Une fois qu'Elaine se décide à rentrer dans la voiture à son tour, tu la démarres et tu commences à rouler jusqu'à chez toi. Il n'y a pas un seul moment où tu as vraiment penser à la ramener chez elle et c'est au bout de quelques minutes que tu te rends compte que tu n'as pas vraiment pris la bonne route. En même temps, tu n'as pas envie de la laisser seule ce soir mais tu n'as pas envie qu'elle pense que tu tentes de profiter d'avoir joué au chevalier servant pour la ramener chez toi. Tu n'as aucune arrière pensée (pour une fois) et tu n'es pas assez tordu pour en avoir après ce qui s'est passé de toute façon. Tu te gares alors devant chez toi, Blondie devant se demander ce que tu fiches ici, et c'est pour cette raison que tu te tournes vers elle. « Ce sera ton hôtel pour la nuit, Blondie. » lui dis-tu mais tu sais que si elle te dit qu'elle veut rentrer chez elle, tu referas le chemin inverse. « J'sais que tu dois être habitué au palace mais on est plutôt pas mal là-dedans. Le matin, tu peux entendre un de mes colocs chanter sous la douche, ça met un peu d'ambiance. » ajoutes-tu pour lui faire comprendre que vous êtes bel et bien devant l'immeuble où se trouve ton appartement. « Alors, envie de tenter cette expérience unique ? » lui demandes-tu d'un ton sarcastique, sachant très bien que ce n'était pas l'appartement le plus spacieux et agréable du monde mais bon, c'est déjà mieux que rien.
 
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 454
faceclaim : maisie williams, lolitaes + endlesslove
multinick : jonas & niklas.
âge : dix-neuf ans.
Bad Karma



Jeu 18 Mai - 14:43

 

You could be the one to, make me feel something.

Tu n'aimes pas savoir qu'il a obtenu ce qu'il voulait mais, tu penses le connaître assez bien pour savoir qu'il n'aurait pas laissé tomber aussi facilement. Il du genre à savoir ce qu'il veut et quand il a une idée en tête, difficile de lui faire changer d'avis, tu te reconnais bien à ce niveau-là parce que tu fais exactement la même chose. Tu te doutes bien qu'il n'était pas venu pour toi à la base, de un parce qu'il ne savait pas que tu étais là, de deux parce qu'il n'a aucune raison de vouloir assister aux même soirées que toi alors, pourquoi ne pas simplement rester avec ses amis ? Parce que ce type à l'entrée il doit bien le connaître de quelque part vu comment ils se regardaient. En même temps, tu ne peux pas nier que tu es contente de lui gâcher ses coups.. Ouais, tu n'as pas trop envie qu'il rentre avec une autre fille que toi mais, tu aurais préférée que ce soit dans des circonstances différentes et pas parce qu'un type vient de t'agresser dans l'une des chambres. Tu n'as aucun droit de toute façon avec lui, il a failli se passer quelque chose et il n'y a rien eu, tout s'arrête là entre vous. Tu n'es qu'une fille parmi tant d'autres pour lui, tout comme des mecs qui te veulent tu en connais pleins alors, pour t'obstinée sur lui de cette manière ? Tu rigoles suite à sa réflexion. Il n'est pas vraiment vieux après tout, c'est quoi vingt-six ans ? Certes c'est quand même sept ans de plus que toi mais, après tout qui fait attention à l'âge maintenant ? Puis vous ne sortez pas ensemble, tu t'en fiches royalement. « T'es plutôt sexy pour un vieux.. » Tu souris doucement. C'est clair ! Si les gars de ton âge pouvaient avoir un charisme comme le sien, tu n'auras pas besoin de te casser la tête pour chercher, ou aucune envie de traîner encore et encore avec Jesse Blackson. « Et tu as trouvé ce que tu as raté durant toutes ses années ? » Il ne doit pas avoir vraiment raté grand-chose. Toi même tu ne sais pas ce que tu fous à ses soirées, tu y as pris goût avec le temps. Tu aimes l'ambiance, plaire, boire.. Comme tous les jeunes de maintenant. Tu te doutes qu'il ne va pas trouver la femme de sa vie au milieu d'une foules d'étudiantes mais, tu rigoles en y pensant. Tu ne sais même pas au fond quelle type de femme pourrait lui convenir, parce que tu n'as encore aucune idée de comment était son ex. Il vaut mieux ne pas lui demander, sinon tu es certaine de pouvoir marcher jusqu'à chez toi. Vous n'êtes pas fait pour avoir votre place dans un film d'amour mais, c'est beau de rêver quelques secondes. « C'est plutôt romantique comme situation.. Le sauveur qui vient sauver sa ravissante princesse et qui la raccompagne chez elle. Attention Blackson, je pourrais tomber sous ton charme si tu continues. » Tu plonges ton regard dans le sien avant d'entrer dans sa voiture vu qu'il t'ouvre gentiment la portière. Tu en viens presque à regretter l'ancienne. Surtout quand il t'avoue que tu aurais été la première à immortalisé sa voiture. La première ? Vraiment ? Tu as du mal à croire qu'il n'a jamais ramené aucune fille sur sa banquette arrière ? Tu as toujours cette impression de voir un coureur de jupons quand tu poses ton regard sur lui et pourtant.. Il ne te donne pas l'impression de traîner avec beaucoup de filles. Est-ce qu'il penserait encore à son ex copine malgré tout ce qu'il veut bien dire ? Tu te contentes simplement de sourire, te mordillant légèrement la lèvre en observant dehors. Dans d'autres circonstances, tu l'aurais déjà embrassée, tu te serais mise sur lui et aurait tout fait pour être la première mais, tu n'as pas envie cette fois. Tu penses encore aux mains de se connard sur toi et tu as envie de vomir tellement tu es dégoûtée. Tu remarques rapidement que vous ne prenez pas la bonne route, ce n'est pas du tout en direction de chez toi qu'il se dirige actuellement. Tu tournes la tête vers lui, sans poser de question avant de sentir la voiture s'arrêté devant un immeuble qui te dit vaguement quelque chose mais, tu dois halluciner, ou bien c'est l'alcool de plus tôt qui te joue des tours. Est-ce que tu aurais envie de passer la nuit chez lui ? Tu souris une nouvelle fois. Il faut arrêter tu ne fais que sourire avec lui. « Tu as devinée que je ne voulais pas rester seule.. » Tu ouvres rapidement ta portière, sortant de la voiture. « Qu'est-ce que tu attends ? Tu viens me montrer cette expérience unique ? » Tu t'appuies doucement sur la voiture, ne le quittant pas du regard jusqu'à ce qu'il arrive près de toi. « J'espère que tes colocataires ne vont pas être contre un peu de féminité pour une soirée. » Tu aimes tellement la taquiner, voir jusqu’où il serait prêt à aller pour rentrer dans ton jeu et sans prévenir tu attrapes de nouveau sa main pour le suivre jusqu'à chez lui dans son appartement. Pour la première fois sans aucune arrière pensée, depuis que tu le connais.
 


uc.
Revenir en haut Aller en bas
Take me back to the night we met. (jelaine)

Sauter vers: