AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

alice ▸On s'attend à tout et on est jamais préparé à rien.

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:04


Alice (Lee) Ryan
feat. blake lively

Nom Elle porte le nom de sa mère, Lee, qui ne figure finalement que sur son passeport. Ryan est le nom de son père adoptif. Son géniteur, lui, a toujours refuser de la reconnaître, après tout quoi de plus embarrassant pour un homme politique important que d'avoir une fille illégitime, n'est-ce pas monsieur Abbott... Prénom(s) Alice, Emily deux prénoms qui tenaient à cœur à ta mère. Âge 29 années d'euphorie et d'insouciance. Naissance un certain 8 janvier 1988 à Benoni en Afrique du Sud. Nationalité naturalisée Néo-Zelandaise depuis son adolescence. Origines australienne de par un paternel qu'elle ne connait que trop peu, africaine de par sa mère. Statut civil célibataire, elle connait les risques de l'amour et pourtant, elle a toujours l'amour du risque. Orientation sexuelle l'amour est le grand point, qu'importe la maîtresse ? Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse. Occupation hôtesse de l'air, chef de cabine plus précisément. Employée par la compagnie British Airways depuis des années maintenant. Argent bien loin de vivre sous un carton dans une ruelle, mais financièrement dans l'incapacité de s'offrir un jet privé pour le moment. Groupe Positive Mind. The Fortune Teller mes petits chats, faites comme bon vous semble.
❇ ❇ ❇

Franche, peut-être même un petit peu trop, ce qui rejoint le trait de caractère précédent, elle ne possède pas de filtre et dit ce qui lui passe par la tête comme cela lui vient. Loyale, pour elle, il n'y a rien de plus important que la loyauté, elle est l'élément que l'on contacte dès qu'on en ressent le besoin. Téléphonez-lui à 3 heures du matin afin d'enterrer un cadavre dans les bois et elle sera là. Plus fidèle qu'un labrador, il n'y a pas. Impulsive, c'est bien plus fort qu'elle, on pourrait croire qu'avec les années elle aurait apprit de ses erreurs,  tout du moins, aurait tenté de prendre sur elle, mais rien n'y fait. Action, réaction. Optimiste, Alice est loin d'ignorer que la vie n'est pas simple, rien ne l'est et pourtant elle s'efforce de voir le verre à moitié plein et ainsi se convaincre que de meilleurs lendemains restent à venir, tôt ou tard. Vulnérable, détrompez vous, bien qu'elle renvoie certainement l'image d'une femme forte et indépendante, sous ce masque se trouve une pâquerette effrayée par l’alizé. Attachante, dites-moi qui peut résister à une bouille pareille ? C'est simple, Alice n'est que douceur et bienveillance, - la plupart du temps - naturellement, comme tout être vivant qui se respecte, si on la cherche, on la trouve, et croyez-moi, vous n'avez pas envie qu'elle vous tombe dessus, parce que si elle s'est laissée abusée des années en arrière, il est révolu le temps où elle se laissait taper dessus et des dents, elle en a fait avaler à certains quand elle ne leur pétait pas le nez.
Excessive, intelligente et lucide, elle sait différencier ce qui est bien de ce qui est mal, mais sans doute est-ce lié à son impulsivité, madame s'emballe facilement que ce soit de façon positive, ou négativement parlant. Prenons pour exemple qu'elle décide, dans un élan de bonté, d'offrir une voiture à un être cher, et bien si l'être cher en question la trahi elle pourrait parfaitement y mettre le feu. L'excès. Têtue, c'est que la blonde sait ce qu'elle veut, ce qu'elle vaut. Certain parlent de détermination, mais cela ne se résume tout simplement pas à ça, quand elle a une idée en tête, elle ne l'a pas ailleurs. Amusante, parfois bien malgré elle, c'est que la gauchère est parfois maladroite, que ce soit dans ses paroles, ou dans son comportement.  Désinvolte, tout du moins, c'est ce qu'elle laisse paraître, elle est naturelle, peut-être parfois trop et bien qu'elle ait passé la barre des 25 ans, elle n'en reste pas moins elle-même.

je veux être celle dont tu parles quand tu es ivre...

Alice est l'unique fille d'une artiste peintre, qui était à la base professeur de français en Afrique du Sud, elle apprendra à l'âge de 5 ans que son père est un homme impliqué en politique en Australie et découvrira donc ses origines. Son géniteur lui refusera de la reconnaître. Elle a deux demi-frères qu'elle ne connait pas. • elle n'en a rien à faire de la couleur des gens, de leur orientation sexuelle ou de ce qu'ils font de leur vie. Tant qu'ils sont sympas avec elle. Alice est très ouverte d'esprit. Oui, on peut parler de tout avec elle, sans tabou ni peur du jugement. Elle a huit ans quand sa mère rencontre Andrew Ryan qui finira par l'adopter. Il est entrepreneur et néo-zélandais de naissance, c'est d'ailleurs cette année-là qu'ils déménagent à Wellington.La petite blonde déborde d'énergie et afin de la canaliser ses parents décident de lui faire prendre des cours de danse classique, elle excelle dans ce domaine, mais s'amuse d'avantage à exercer des sports masculins tels que le soccer, le surf ou encore les sports de combats. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la petite Alice pratiquera la boxe des années durant. • Allie manque cruellement de logique, elle ne fait jamais rien comme tout le monde, d'ailleurs elle est gauchèreÉlève attentive et populaire, la blondinette participe à de nombreux concours inter-scolaires et remporte de nombreux prix. D'ailleurs rapidement elle devient tutrice et aide ses camarades en difficultés.Blondie aime faire la fête, mais le garde bien pour elle et se permet de ne jamais en parler à ses parents. Elle se met à fréquenter de drôles de personnes, mais ne se laisse pas influencer par ces brigands, enfin, pas toujours. • en règle général elle ne se prend pas la tête et ne tourne pas sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, non, pas du tout. légèreté bonjour Elle étudie les langues à l'université de Sydney, si elle y a accès d'ailleurs, c'est grâce à son géniteur. Là-bas elle y étudiera l'allemand, le français et l'espagnol, Alice ira d'ailleurs étudier en France quelques mois grâce à un procédé d'échange d'étudiants qui lui permettra également d'aller s'instruire quelques mois en Allemagne et au Mexique. • la tequila est son pêché mignon, après la nourriture naturellement, la fête et les pilules festives sans compter sur tout les extras du genreElle sera amenée à échanger avec son père biologique, qui, avant qu'elle n'entreprenne de faire ses études en Australie refusait de la voir. Si elle entre à l'université c'est grâce à lui, d'ailleurs il lui offrira de l'aider à se trouver un logement à Sydney, ce qu'elle refusera. • Si elle était un film, elle serait une œuvre de Disney, peu importe laquel, car lorsque l'on regarde un des chefs d’œuvres de notre cher Walt, l’insouciance reprend le dessus et on se sent réellement apaisé, comme quand on avait 5 ans.Enfin sortie de son cursus universitaire avec en poche un joli diplôme qui pourrait lui permettre d'enseigner comme elle l'a toujours souhaité, c'est vers la British Airways qu'elle se tourne afin de se lancer dans la vie active et retourne vivre à Wellington, la ville qui l'a vue grandir. Rapidement on la colle sur des vols longs-courriers, elle sillonne les airs et parcours les continents en prenant ses plus beaux accents afin de rendre le transports de ses clients plus agréable. • elle rit de tout, elle est très positive et sa bonne humeur est communicative, c'est un véritable rayon de soleil ambulant, du moins, dans ses bons jours, parce que quand ça ne va pas, on le voit immédiatementElle s'y installe seule, comme une grande, après que ses parents lui aient annoncés qu'ils comptaient aller vivre dans le sud de la France. • Elle chante sous la douche, aux toilettes, quand elle cuisine, et même en mangeant, on remercie le ciel qu'elle ait une jolie voixDernièrement elle a reprit la boxe, dès qu'elle en a l'occasion elle s'en va même courir de bon matin. Elle gagne si bien sa vie qu'elle s'est offerte un charmant appartement et une jolie petite voiture de collection. Une chevrolet Impala de 67 noire, intérieur cuir rouge. sans climatisation et qui lui apporte bien des tourments, elle l'emmène régulièrement au garage automobile d'ailleurs...Alice c'est la blonde qui passe son temps à bouffer des cochonneries et qui n'a aucun mal à finir son assiette. elle est vorace, une véritable ogresse. Bref, c'est la grosse truie qui a toujours au moins une barre de céréales dans son sac "au cas ou..." • adepte du vapotage afin de lutter contre le tabagisme et devinez quoi, bah ça ne marche pas des masses pour elle tout simplement parce que dès que mademoiselle est de sortie, elle ne peut s'empêcher de tirer sur une clope, ou parfois même un jointPuisqu'elle n'a pas d'enfant à charge et que rien ne l'en empêche, la jolie blonde passe son temps libre à dévaliser les magasins ainsi qu'à faire la fête, elle est incapable de tenir en place. D'ailleurs, dernièrement, elle a eut quelques soucis avec les forces de l'ordre et s'est mise à dos un agent en service qu'elle aurait agressé à coup de boulettes de papiers en état d'ébriété avancée.

Pseudo/Prénom ghostface ou bien mandie Âge 23 ans, toujours assise à la table des enfants ! Pays France, avec un bel accent de banlieue, pourri ou pas ? Connexionrégulièrement en ligne, promis. Où as-tu connu le forum? j'en ai entendu parlé, puis bazzart m'a montré la voie. Personnage inventé, simplement sortie de ma grosse tête.
Dernière bafouille je veux des liens en tous genres, vraiment alors lâchez-vous et harcelez-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:08



un cœur gros comme ça, mais pas très costaud finalement.

Une cigarette coincée entre ton index et ton majeur que tu portes à tes lèvres de temps en temps pour en tirer une bouffée tu t'avances dans la rue ou retentit déjà la musique. Tes copines aux bras tu ris à gorge déployée, c'est la première soirée de débauche où tu te rends, celle qui te donnera envie de faire de ta vie une fête. T'as enfilé la plus belle robe que tu avais en stock et des chaussures aux talons si hauts que si tu venais à trébucher tu t'en péterais immédiatement la cheville. T'as dis à ta mère que tu dormais chez une amie pour qu'elle ne s'inquiète pas, mais tu sais très bien que ce soir tu vas te la coller. Sur la pelouse devant la baraque y'a du monde, certain fument, d'autres se murgent, y'en a même qui dansent et au milieu de tout ce monde tu retrouves ton meilleur ami de l'époque qui te donne immédiatement le sourire parce que c'est un visage qui t'es plus que familier, c'est d'ailleurs lui qui t'a demandé de te pointer avec des copines. Tu lui sautes dessus, dans ta course tu balances ton mégot et tu l'agrippe comme un koala à un eucalyptus, poussant un petit cri de joie. Cet été c'était le dernier que tu passais à Wellington avant de t'envoler pour l'université et tu refusais de passer un jour ou même une soirée sans le voir. Quand tu te détaches de lui quelqu'un se met à gerber sur la pelouse et il n'est que 23 heures, alors tu le regardes en grimaçant, les sourcils froncés et le nez plissé. « Dégueulasse. » tu lances en déglutissant avant de ne te rendre à l'intérieur de la maison. C'est simple : de cette soirée, tu n'as pas souvenir de grand chose, tu t'es amusée. T'as goûté un millier de cocktails, l'équivalent de 14 canettes de bières, 3 litres de tequila et de 15 heures de danse intensives. Au milieu de tout ce monde tu te déhanches au rythme d'un titre super en vogue cet été-là quand un de tes coup de rein a bousculé quelqu'un, mais étant donné que la musculature de cette personne était pus développée que la tienne et que t'étais comme qui dirait ''dans ton trip'' c'est toi qui a été propulsée. Dégageant de longues mèches de cheveux de ton visage tu t'excuses auprès d'un grand type encapuchonné qui t'analyser d'un air étrange. « Oh, pardon ! » lui dis-tu en riant à demi, déposant ta main sur son épaule. Vos regards se croisent alors et tu perds ton sourire, comme happée par ses prunelles et pendant un instant le monde a cessé sa course, plus un bruit n'était audible. Jannel, une amie avec qui tu étais venue t'as alors bousculée pour s'adresser au jeune homme. Il s'échangent quelque chose qui t'échappe et elle te tire par le bras, mais tu te défais de son emprise pour retourner auprès du mystérieux jeune homme qui s'est déjà fait la malle. « Alors tu viens ?! » s'impatiente ton amie en te faisant signe de la suivre. Tu jettes un rapide coup d’œil autour de toi, mais il s'est déjà volatilisé. « Qui c'était ce type ? » tu lui demande en t'asseyant sur le rebord de la baignoire alors que cette dernière sort d'un petit pochon tout un tas de petites pilules. « Un dealer. » à ces mots tu te mets à fixer le sol, des pensées te submergent et tu n'en reviens pas que tes copines d'habitude si sages soient en réalité de grosses shagasses. « Pourquoi ? » finit-elle par te demander en ingérant une pilule, un sourcil arqué. « Non, comme ça. » elle roule des yeux devant ta mine déconfite et te tend un extasy en souriant à pleines dents. « Prends-moi ça, tu m'en diras des nouvelles. » et tu t’exécutes, comme la gentille petite fille que t'as toujours été quand elle te lance « Viens, on va chercher un truc à sucer pour éviter de claquer des dents. »
Tu t'es réveillée dans ton lit – ton alibi étant que tu dormais chez une copine, mais bref. - sans avoir la moindre idée de la façon dont tu étais rentrée chez toi ; un mal de crâne du diable t'as empêchée d'en sortir la journée durant et avec ça ta mère et ton père adoptif t'ont prit la tête en te reprochant ta conduite irresponsable de la nuit passée, que si l'université qui t'as acceptée venait à apprendre que tu n'étais qu'une petite débauchée le conseil ne voudrait plus de toi. Ta mère en a d'ailleurs beaucoup voulu à ton meilleur ami de t'avoir laissée agir de la sorte. T'as jamais été une enfant difficile, tu étais douée à l'école et ramenais toujours les meilleurs résultats, tu t'impliquais beaucoup dans la vie scolaire et au collège tu donnais même des cours de tutorat à des élèves plus jeunes. Quand ta mère à comprit que t'étais une fêtarde elle était pas jouasse et elle s'est dit qu'à Sydney tout irait mieux, tu serais loin de ces fréquentations qui semblaient troubler ton comportement.
2 semaines avant de partir pour Sydney tu l'as recroisé, ce type mystérieux, alors que tu avais une conversation téléphonique houleuse avec ton géniteur. Il t'avait appelée pour te demander si tu avais besoin d'aide pour trouver un logement, si tu avais besoin de quoi que ce soit en fait, ce qui te mit simplement hors de toi. Il n'avait jamais téléphoné pour tes anniversaires, et les rares fois où ta mère l'avait eut au téléphone tout se passait très mal et elle finissait par fondre en larmes. Tu l'as donc envoyé chier et lui a raccroché au nez. De colère, tu sentais tes larmes monter, il n'avait rien d'un père pour toi, le seul et unique était Andrew Ryan, celui qui t'avait adoptée, reconnue, il t'avait élevée et prit soin de toi quand tu étais malade, lui il comptait. Tu t'étais donc assise sur le rebord du trottoir et pour te calmer les nerfs tu avais sortis une cigarette, mais ne trouvais pas ton briquet. Il s'est arrêté près de toi et t'en a tendu un, sans dire un mot. « Merci. » lui as-tu lancé sans même le regarder, tu as su, tu savais qui il était, comme-ci tu avais enfin ouvert ton troisième œil. Il s'est installé près de toi, sur les pavés, mais n'avait pas de capuche cette fois. Tu as levé les yeux vers lui et as esquissé un sourire. « On s'est déjà croisés, je me trompe ? » tu lui timidement rendu son sourire et t'as secoué doucement ta tête de droite à gauche, il se souvenait de toi lui aussi.
T'as essayé de garder une certaine distance avec ce type à cause de ses activités, mais le fait qu'il te soit interdit t'attirait au plus haut point. Petite fille sage que tu étais. Tu ne pensais pas que la veille de ton départ pour Sydney il se pointerait chez toi pour t'assurer que vous vous reverriez. La conversation te sembla brève et pourtant vous avez discuté une grande partie de la soirée. Tu t'es envolée pour l'université et ne l'a plus vu pendant des semaines. L'université c'était pas tellement ton truc, t'en avais marre de ne pouvoir rentrer chez toi que pendant les vacances et par conséquent ne voir tes amis que trop peu, mais ce qui te rendais le plus dingue c'était que moins tu te rendais à Wellington, moins tu avais de chances de le voir, lui.
C'était assez étrange pour toi de sortir de la bibliothèque pour retrouver aux pieds des marches celui dont tu n'avais pas réussit à te défaire. Il était là, sa capuche sur la tête une esquisse de sourire déformait ses lèvres. Tu lui le lui avais rendu, son sourire, en ajustant ton sac à l'épaule. « Je t'avais dis qu'on se reverrait. » tu ignorais même comment il t'avait trouvée, mais il l'avait fait et cette idée te donnait des palpitations. Les premiers émois amoureux. À ses côtés tu te sentais toujours plus légère. Tu lui a fait faire le tour de Sydney, tu l'as emmené voir la magnifique Opéra et vous vous êtes embrassés pour la première fois. Vous saviez qu'après ça, vivre loin l'un de l'autre serait la chose la plus compliquée à gérer, toi qui d'habitude vit indépendamment de tout. Ses crises de jalousie étaient fréquentes parce qu'il ne supportait pas que tu fasses la fête, et toi, tu ne supportait pas sa manière de vivre de petits boulots pour continuer à vendre de la drogue à de pauvres types paumés. Mais vous avez tenu le coup, jusqu'à la dispute de trop après laquelle il mit le feu à ta voiture. Tu prit la décision de rompre avec lui, de prendre des distances. Bientôt tu obtiendrait ton diplôme, Wellington te manquait tant. Un soir alors que ton super géniteur et accessoirement ancien homme politique au bras long t'as proposé de manger avec lui en ville, tu sais pas pourquoi t'as accepté et t'as bien fait. Ce soir là il t'a parlé d'un certaine compagnie aérienne qui recrutait, qu'avec tes capacités intellectuelles et ta facilité à communiquer dans plusieurs langues tu devrais t'y présenter. Naturellement, il comptait déposer ton c.v en haut de la pile et t'aider à obtenir le poste. Quelques semaines après avoir obtenu ton diplôme tu te faisais embaucher par la British Airways et tu quittait l'Australie pour rentrer à la maison.
Rentrer à Wellington impliquait de retrouver absolument tous ceux que tu aimais, tes amis, tes parents, mais aussi ceux que tu avais aimé. Il est revenu et toi, en bonne romantique, tu lui as laissé une seconde chance, tu t'es de nouveau accrochée à lui jusqu'à ce qu'il soit envoyé derrière les barreaux. Il t'avait dit qu'il avait changé, avait un travail stable. MENSONGES. Il n'avait pas réussit à combattre ses vieux démons. T'as appris à vivre sans lui, à avancer, aller de l'avant.
Maintenant, t'essaye de vivre. Advienne que pourra.  

Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux
Who you are
posts : 2175
faceclaim : emmy rossum (captain.).
multinick : joss (a. park), claire (o. wilde).
âge : 33 yo.
Bad Karma


http://www.thegreatperhaps.org/t3539-keep-me-close-and-ho http://www.thegreatperhaps.org/t3550-just-close-your-eyes-we-re-gonna-run-this-light-charlie

Mer 9 Aoû - 18:16

blake
bienvenue parmi nous.



she didn’t know whether this was love or not but she knew with all her heart and soul that she wanted to crawl into his pocket and be safe forever.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:17

merci beaucoup belle blonde
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 337
faceclaim : melissa benoist, ©charney, endlesslove (signa)
multinick : cate (mcadams), jace (mitchell)
âge : vingt-huit ans
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:21

la magnifique blake.
(je vais réfléchir à un lien, je pense. )
bienvenue ici.



you're still the one

ils se disent qu'ils seront éternels et pire encore ils le croient.
_______________________
Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux
Who you are
posts : 8364
faceclaim : jensen ackles ©gab
âge : 34 ans
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : just one more, you ?
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t1014-kaeden-fill-me-with- http://www.thegreatperhaps.org/t1034-kaeden-fill-me-with-rage-and-feed-me-your-hate

Mer 9 Aoû - 18:23

han blake
pseudo + choix comment ne pas aimer (kae avait une soeur sous cet ava )

bienvenue à toi en tout cas

& amuse toi bien parmi nous

& bon courage pour ta fiche



L’amour n’est pas l’amour s’il fane lorsqu’il se trouve que son objet s’éloigne. Quand la vie devient dure, quand les choses changent, le véritable amour reste inchangé.
Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux
Who you are
posts : 2288
faceclaim : cb.& herselves.
multinick : may (c. accola) & ares (m. ventimiglia)
âge : 28 ans.
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:26

Kaeden McKinney a écrit:
comment ne pas aimer (kae avait une soeur sous cet ava )

je vois pas de quoi tu parles

tes choix ils sont juste canon

bienvenue beauté et bon courage pour ta fiche



but on this otherside maybe we're meant to try for too long and if it gets hard again we'll just ignore the pain we've waited too long.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:31

merci mes amours, que vous êtes beaux !
Kaeden, Caly, merci mes lapins
je sens que je vais me plaire ici !
Noh' pas de soucis, tu me harcèles sans hésitation si tu as des idées, ou même pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Mer 9 Aoû - 18:36

Bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 529
faceclaim : emilia ©nebula
multinick : ash (l. james)
âge : trente ans.
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t3452-love-on-the-brain-katie http://www.thegreatperhaps.org/t3477-human-katie#123604

Mer 9 Aoû - 19:02

bienvenue parmi nous
je t'avertis au passage malheureusement que les doublons de pseudo ne sont pas acceptés sur le forum, hors il y a déjà une Ophelia ainsi qu'une Byers (qui n'est autre que mon dc ), tu peux vérifier sur ce sujet du coup



- same old love
Revenir en haut Aller en bas
alice ▸On s'attend à tout et on est jamais préparé à rien.
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Sauter vers: