AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
KAKAPOS
1ST
KIWIS
2ND
TAKAHES
3RD
PUKEKOS
4TH

bleu océan (malo)

Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Jeu 5 Oct - 10:36


Malo Novak
feat. jake cooper

Nom un nom aux consonances étrangères. celui-là même qu'il a hérité de sa chère mère. novak. cinq petites lettres qui respirent la serbie, ce pays qu'il ne connait qu'à travers le fort accent de sa génitrice. Prénom(s) peu savent que malo n'est qu'un diminutif. un surnom qu'il s'est donné il y a de nombreuses années. après tout, aucun jeune garçon ne souhaite réellement se prénommer malory. Âge il entame à peine ses vingt-trois ans. la vie d'adulte et ses tracas. Naissance dans les quartiers pauvres d'auckland à l'opposé de wellington, ici-même en nouvelle-zélande, un certain vingt-cinq septembre. Nationalité néo-zélandais. Origines du sang d'ici. du sang de là bas, d'ailleurs. la nouvelle zélande ancrée en lui par un père qu'il n'a jamais connu et la serbie de sa mère adorée. Statut civil en couple. une relation qui se dégrade de jours en jours et des sentiments qui s'effacent. pourtant, il s'y accroche. parce que c'est plus simple. parce que ça parait normal après tout ce temps. Orientation sexuelle malo, sa peau ne frissonne que sous les doigts des garçons. des préférences assumées discrètement mais pas pour le moins ouvertement. Occupation ça lui est tombé dessus comme ça. il aurait jamais pensé un jour devenir tatoueur, malo. Argent disons juste qu'il s'en sort.Caractère enfant introverti. de ceux qui évitent et encaissent sans rien dire. de ceux qui ne font pas de vagues. qui se tiennent droit en classe et restent dans le chemin. malo n'aime pas attirer l'attention, il préfère la laisser pour les autres, ceux qui en ont besoin. indifférent. placide. l'eau qui dort. le calme olympien. malo ne s'énerve pas. rarement. parfois, il fronce un peu trop fort les sourcils comme pour montrer son mécontentement. malo manque un peu de tact, il lui arrive de laisser s'échapper des mots sans trop y réfléchir. des mots qu'il voudrait aussitôt ravaler. ça ne l'empêche pas d'avoir un bon fond. un bon fond et le courage de se battre pour les choses qui lui tiennent à coeur.

famille. les novak, c'est pas une grande famille. malo, sa mère, et puis c'est tout. un petit appartement cosy dans un quartier pauvre d'auckland. pas de père. aucune présence masculine. absence parfois pesante d'une figure paternelle qui ignore jusqu'à son existence. il a toujours su, malo. on lui a jamais caché. qu'il était pas prévu au programme. que c'était pas dans les plans. déni de grossesse, un géniteur qui s'évapore dans la nature, qui n'entendra certainement jamais parler de lui, de ce fils qu'il n'aurait surement pas voulu de toute façon. orientation. malo, les filles ça l'a jamais intéressé. et s'il assume pleinement sa sexualité sans pour autant le crier sur tout les toits, ça a pas toujours été le cas. parce qu'au malo qui entre dans l'adolescence, personne lui a dit que c'était pas grave de préférer les hommes. alors, pendant un temps, il a fait semblant de s'intéresser aux nanas et à leurs courbes féminines. sans succès. total raté. malo, il a dix-sept ans quand il fait son coming-out à sa mère. juste elle, la prunelle de ses yeux. il est pas encore prêt pour le regard du reste du monde malgré les mots qui rassurent. passion. se lever aux aurores sous le son de la station radio de surf du coin pour aller rider quelques vagues. sur cette planche, aux larges des côtes, malo a l'impression d'être invincible. seul au monde. comme si les soucis de la vie quotidienne s'évaporaient en un claquement de doigts. il est pas forcément doué mais ça n'empêche qu'il aime ça. cette sensation et ces sentiments qu'il éprouve face à cette étendue d'eau qui pourrait l'engloutir d'un instant à l'autre. un jour, sa mère lui a dit d'un air absent qu'il tenait ça de son père. malo, ça l'a marqué. parce que d'une manière générale, on parle jamais de son géniteur à la maison. majorité. il y tient à auckland. c'est chez lui, sa maison, des rues qu'il connait par coeur. pourtant, le vide en lui est bien présent. malo, il voudrait voyager. découvrir d'autres horizons et peut-être se trouver en chemin. alors il fait ses valises, embrasse sa mère fière mais en larmes et prend la route vers l'inconnu. il se débrouille bien, malo. de villes en villes, de petits jobs en petits jobs. il découvre de nouveaux visages, se fait des amis, surfe toujours aux aurores. puis, il contemple sa vie sans savoir que faire, le vide un peu moins là mais qui n'a pas tout à fait disparu. tatouage. des gribouillis sur les coins de table et ses feuilles de cours. malo, s'il n'est pas forcément doué pour le surf, son talent pour le dessin est indéniable. passe-temps. quelque chose qu'il fait sans même le réaliser quand sa tête est ailleurs. dessiner, malo n'aurait jamais songé à en faire une vocation. et pourtant. il a vingt ans, à wellington depuis quelques mois, wellington où il pense sérieusement à s'installer, quand un type tatoué de la tête aux pieds l'aborde dans un café. malo, il gribouille inconsciemment sur un bout de serviette. le type qui s'installe comme si c'était sa place, comme s'il possédait les lieux. qui lui propose un taff dans son salon. comme ça. comme si c'était la chose la plus normale au monde. et malo qui accepte sans trop savoir pourquoi. sans trop réaliser aussi. peut-être qu'il a enfin trouvé ce qu'il attendait. une opportunité. addictions. s'il y a une chose dont malo ne pourrait pas se passer, c'est bien la nicotine. fâcheuse tendance à glisser une clope entre ses lèvres dès que l'occasion se présente à lui. il fume trop le novak. à s'en écorcher la voix pendant des heures parfois. habitude malsaine qu'il trimballe depuis le lycée. les drogues, ça par contre, il n'y touche pas, même s'il a bien tiré sur quelques joints durant son adolescence. phobie. la peur des espaces clos. des espaces trop restreints. malo, du mieux qu'il s'en souvienne, il a toujours trimballé sa claustrophobie sans jamais comprendre d'où elle venait. il y en a pour qui la phobie nait d'une expérience traumatisante. malo ne fait pas partie de ces personnes. il a juste besoin d'air. d'endroits vastes où il n'a pas à se sentir étriqué, comme pris dans un étau. et c'est surement pour cette raison qu'il se sent si à l'aise sur l'eau et un peu pris au dépourvu quand il s'enferme au boulot pour la journée. sentiments. il y a eu levi, peu de temps après son arrivée à wellington. levi et son sourire. levi à qui il a ouvert son coeur. sans peur et sans hésitation. levi dont il est tombé amoureux. levi avec qui il envisageait mutuellement un éventuel avenir à deux. trois ans. trois ans de relation. d'engueulades et de sentiments. c'est long, trois ans. une éternité quand on a conscience que rien ne s'est déroulé comme on l'avait imaginé. que c'est bientôt la fin. mais, malo, il s'y accroche. il essaye de passer outre les problèmes et les trahisons. parce que c'est plus simple. parce que levi le connait et qu'il connait levi. parce qu'après trois ans dont une année sous le même toit, malo ne peut pas se résigner à ce que cette histoire se termine comme ça. orion. puis y'a orion. orion dont il ne sait pas trop quoi penser. orion à qui il se confie. parle de levi et de ses problèmes de couple. orion qui en profite à sa manière. qui le drague ouvertement. orion qui lui offre une porte de sortie. en quelque sorte. sauf qu'il est pas comme ça, malo. lui, il veut de la stabilité et de la confiance. c'est peut-être pour ça qu'il ne rompt pas malgré les évènements et les sentiments qui s'évaporent. mais, même s'il demeure neutre aux avances, il reste toujours une part de lui qui ne peut s'empêcher de penser à ce que serait sa vie avec orion. futur. malo, il tire des plans sur la comète. il se plait à imaginer des trucs tout en sachant pertinemment que ça n'arrivera probablement jamais. il garde les pieds sur terre. la plupart du temps. ça ne l'empêche pas de rêver. de traverser mentalement les océans. il y a trois ans, malo, se voyait passer le reste de sa vie à wellington. se poser. avec levi. aujourd'hui, il ne sait plus vraiment où il en est. accroché à une relation vouée tôt ou tard à l'échec.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Jeu 5 Oct - 10:36

+1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Jeu 5 Oct - 10:37

+2

et à vous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma





Revenir en haut Aller en bas
bleu océan (malo)

Sauter vers: