AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
KAKAPOS
1ST
KIWIS
2ND
TAKAHES
3RD
PUKEKOS
4TH

(margot) a tornado of roses from divine

Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Lun 12 Fév - 14:16

Margot Carlier
feat. avatar

Nom Van Cleef. Patronyme que tu as hérité de ta pauvre mère. Carlier. Nom d'emprunt obtenu suite a quelques mésaventures en France, notamment, le décès prématuré de ton cher paternel. Il n'est et ne sera jamais ton véritable nom, mais, c'est celui sous lequel tu es a présent connu et, celui indiqué sur tes faux papiers.Prénom(s) Ton prénom à une signification bien particulière pour toi. Non, pas une signification de celles que l'on trouve dans les livres ou de la bouche des anciens, mais, bel et bien une signification bien à toi. Margot, ce prénom était celui de ta grand-mère. Tu n'as malheureusement pas eu le temps de la connaître autant que tu l'aurais souhaité. Ce qui ne t'empêche pas de te sentir proche d'elle encore aujourd'hui. Bien qu'elle soit morte il y a quelques années. Un peu morbide souligné ainsi, mais, tu sais que malgré cela, grâce à vos deux noms, elle vivra toujours un peu en toi. Âge Tu as aujourd'hui 21 ans. Naissance Tu as vu le jour, une nuit d'hiver dans la région du Père Noël. Le 13 janvier 1997 pour être plus précise. Nationalité Née en Laponie, tu possèdes alors forcément la nationalité Finlandaise. Par le suite tu as obtenue celle Française. Origines Tes origines sont plutôt claires pour toi. Tu obtiens de ta mère des origines françaises et irlandaises. Des origines qui n'ont jamais cessé de t'attirer quelques faveurs. Tandis que ton père te donne un côté plus frais avec ses origines russes et norvégiennes. Statut civil Célibataire. En couple. Compliqué. Qu'est-ce que les mots peuvent bien changer à ce que tu ressens ? Tu n'as pas envie de t'encombrer de mots, de définition. T'es juste une âme en peine, condamnée à errer parmi les simples mortels sans quête à mener. L'âme soeur ? Baliverne, foutaise à tes yeux. Ton confort et ta liberté sont bien plus importants qu'un anneau emprisonnant ton doigt. Orientation sexuelle Pour toi, cette partie-ci est claire, comme de l'eau de roche. Tu n'as jamais ressenti le moindre désir sexuel pour les femmes ou ne serait-ce qu'un peu d'attirance. Non, toi, tu as toujours été attiré par les phallus, les bananes, le service trois pièces. Bref, l'appareil génital masculin. Tu es donc hétérosexuelle.  Occupation Depuis que tu as dix-huit ans, tu as toujours travaillé un peu pour ta mère en tant que simple escorte. Si vous saviez le nombre d'hommes fortunés qui peuvent embaucher de petites blondes bien roulées comme toi le temps d'une soirée. Ils adorent se pavaner avec toi à leur côté. Mais, dans un cadre plus traditionnel, tu bosses aussi en tant que Barmaid dans un petit bar de la ville. En vraie, tu n'en aurais sans doute pas besoin vu l'argent de ta famille mais, tu détestes rester sans rien faire. Argent Riche ? Est-ce que le terme « Riche comme Crésus » vous parle ? Parce que tu peux facilement leur assurer que l'héritage de la fortune des Van Cleef est au-dessus de ça. Sinon, est-ce qu'il existe un statut au-dessus de multimilliardaire ? Si c'est le cas, vous avez votre réponse. Il est facile de comprendre que dans la branche Van Cleef, tu ne manques de rien et, surtout pas d'argent. Groupe Carpe Diem.

Caractère De loin, tu as ce style un peu simple mais branché. Ni vulgaire, ni coincée. Un visage de poupée et, un sourire à en faire tomber plus d'un. Tu renvoies cette image de jeune fille sage mais sauvage. Une brise légère se faufilant entre les doigts. Mais, comme le vent, tu apportes un peu de légèreté quand tu es là. Une pointe de douceur se mêlant à un soupçon de philanthropie. L'exemple même de la fille de bonne famille, un peu princesse sans pour autant être pourri gâtée. Toujours le sourire aux lèvres, sincère, simple, un peu candide. Mais ceci n'est que la face visible de l'iceberg. En vrai, tu es loin d'être aussi douce. Emmerdeuse. C'est un peu le mot qui te correspond le mieux. Tu n'aimes pas t'attacher. Tu restes accroché à ta liberté. Tu n'es pas très fan de l'humain de maintenant. Tu te demandes parfois comment tu fais pour supporter la bêtise de certains et l'ignorance des autres. Il t'en faut parfois du courage pour supporter les états d'âme de tout le monde et ne pas leur exploser au visage. Non pas que tu détestes ce que tu es, tu l'aimes ton caractère de cochon. Tu n'aimes juste pas t'ouvrir, te laisser, aller. Les autres t'imaginent petite princesse simple et mignonne et, ça te convient. Au moins, tu as la paix. Enfin, oui et non. Il y a toujours des gens trop curieux ou bien trop cons. Qui te cherche et qui te trouve, à leur plus grand malheur. Ça t'amuse autant que ça te fatigue tout ce bordel. Puis, t'es humaine, tu craques de temps à autre et t'en envoies bouler un comme il n'est pas permis de le faire. Heureusement que tu as le sexe pour te détendre et oublier tout ça. T'es pas non plus une accro, du moins, pas avec tout le monde. Tu n'aimes pas vraiment passer de bouche en bouche. Tu ne sais jamais où le saucisson à trainer. Alors, tu te contentes de peu, mais, ça te convient. Au final, t'es un peu un mélange de ce que tu renvoies et de ce que tu caches. Le seul problème, c'est que c'est deux parties de toi n'arrivent jamais à se croiser.
(un) Treize janvier mille neuf cent quatre-vingt-dix-sept. C'est le jour où tu es venue au monde. Petite dernière de la famille, tu t'attendais, comme tout être humain débarquant sur cette belle planète bleue, à découvrir amour et tendresse. Ce qui n'allait pas forcément être le cas. Née en Laponie et possédant des origines multiple grâce à tes géniteurs, tu allais au fil des années apprendre plusieurs langues. Notamment du Russe par ton père, bien que la majeure partie des mots que tu connaisses se trouve être des insultes. Du français, bien évidemment ainsi que de l'anglais. (deux) Dès ton plus jeune âge, tu as rapidement dû supporter les humeurs bien trop changeantes de ton père. Il était le genre d'homme lunatique, qui pouvait te féliciter et t'enlacer d'avoir réussi quelque chose pour, quelques minutes plus tard, te gifler avec la plus grande force du monde. Tu t'en es pris des roustes par cet homme qui disait être ton paternel. Même si son humeur était changeante, il était bien plus souvent violent envers toi que doux et aimant. Il faut dire que les litres d'alcool que son corps encaissant chaque mois n'aidait en rien. (trois) Tu n'as pas franchement eu une enfance bien facile. Oh certes, beaucoup peuvent dire ça mais, très peu peuvent réellement comprendre les souffrances de l'autre. Dès le collège, des rumeurs venaient à circuler à ton sujet. Il faut dire que beaucoup de parents devaient connaître le doux métier de ta mère, un métier dont ils n'hésitaient apparemment pas d'en parler auprès de leurs marmots. Bien vite, tu avais fini par être jugé comme une fille de joie. Tu étais apparemment le genre de petite fille qui n'hésitait pas à montrer sa culotte aux garçons. Avec cela et, la cruauté des enfants, tu avais fini le reste de ta scolarité seule, éloignée de tous dans ce grand bâtiment français. (quatre) Parlons d'ailleurs tu boulot de ta mère. Un boulot qui consistait simplement à coucher avec d'autres hommes pour ensuite se faire payer. Oui, voilà ce que ton père acceptait comme métier pour ta mère. D'ailleurs, tu es presque certaine que cela lui arrivait de la payer quand tu les entendais par moment s'envoyer en l'air sur le canapé. Peut-être était-ce aussi pour cela que ton père avait commencer à picoler. L'idée de ne plus réellement se rappeler que sa femme se laissait monter par d'autres étalons l'aidait sans doute à ne pas complètement sombrer dans la jalousie excessive et dans la tristesse. (cinq) Après les présentations des deux parents, passons simplement à celle de la femme la plus importante dans ta vie - sans y compter ta grande soeur. Ta grand-mère, Margaux. Malheureusement atteinte d'un cancer à son stade terminal, tu ne pouvais lui rendre visite qu'à l'hôpital. De ce fait, à chaque fin de cours, tu t'empressais d'accourir pour aller passer quelques heures en sa compagnie. Elle était faible et pourtant, son sourire rayonnait chaque fois qu'elle te voyait franchir le pas de sa porte de chambre. Elle avait toujours été comme une mère pour toi et, bien souvent la voir dans cet état te brisait le coeur. Tu aurais souhaité être une petite elfe capable de la soigner. Malheureusement, les baguettes magiques n'existaient pas et Harry Potter ne se baladait pas par là. Alors, en signe de soutien, tu ne trouvas qu'une seule solution : te raser entièrement le crâne. Oui, sa chimio avait eu la peau de sa dernière petite touffe de cheveux gris et, malgré la perruque qu'elle portait, tu n'étais pas dupe, tu savais ce qui se cachait sous cette moumoute. Ta mère, manqua de s'étouffer en voyant ton crâne aussi lisse que la boule brillante de Mr. Propre. Pourtant, toi, tu étais tout simplement fière de manifester ton soutien à travers cette faible action. (six) Malheureusement, à peine une année après ton geste, ta grand-mère partait rejoindre son défunt mari. À cette époque, tu n'avais alors que dix sept petites années et, cette perte fut des plus douloureuses pour ton coeur. Suite a cela, tu passas une bonne partie des mois suivant à simplement vagabonder dans les rues, refusant l'aide de quiconque te la proposait. Non, toi tu voulais simplement éponger ton chagrin et noyer tes peines comme une jeune adulte pourrait le faire. Tes dix-huit ans n'allaient sans doute pas t'aider à ralentir la cadence, bien au contraire. Maintenant majeur sur le sol français, tu avais l'immense surprise de découvrir les sommes astronomiques que ta grand-mère t'avait laissé a sa mort. Tu connaissais la situation de la famille de ta branche maternelle mais, à ce point ? Certainement pas. Ta mère, évincée de l'héritage de la famille Van Cleef, tu allais à présent pouvoir profiter seule de ce joli petit magot. (sept) Les bonnes nouvelles n'arrivaient d'ailleurs pas seules pour toi et ta famille. Du moins, ta mère et ta soeur. Ce père que vous aviez en commun Toscane et toi, allait goûter aux joies des roues d'un semi-remorque en pleine lancée. Fauché sur le bord de l'autoroute, il allait miraculeusement survivre mais, à présent condamné à se tenir assis dans un fauteuil roulant. Oui, ce choc n'avait pas laissé sa colonne vertébrale intacte. Lui qui adorait courir les filles, il n'aurait à présent plus l'occasion de fouler le sol de ses pieds. (huit) Année deux mille seize, plus précisément l'année de tes dix-neuf ans. Ton père était insupportable, il vous prenait sans cesse pour des bonniches, menaçant bien trop souvent de porter plainte pour non-assistance à personne handicapé. Malheureusement pour lui, la manipulation n'était pas vraiment son fort, encore plus face à trois femmes. Alors, conjointement, vous l'aviez prise, cette décision qui allait changer vos vies. Un coussin, une main chacune dessus et, l'attente. Attendre qu'il ne fasse plus un bruit, que son pouls ralentisse jusqu'à disparaître. À trois, vous l'aviez fait. Un calvaire qui vous avez suivi depuis bien trop d'années venait enfin de s'éteindre. (neuf) Suite à ce geste et, à la disparition du corps, il semblait évident que vous ne pouviez plus rester dans la ville la plus visitée du monde. Un petit tour dans les bas quartiers pour dénicher quelques faux papiers, un nom de famille remplacé et une fois les bagages fait et, vous voilà en route pour le premier vol à destination de la Nouvelle-Zélande. (dix) Voilà maintenant un peu plus deux ans que tu foules le sol de ce charmant pays. N'ayant aucun diplôme en poche à votre arrivée, ta mère allait reprendre ce qu'elle savait faire de mieux : coucher avec des hommes pour de l'argent. Pourtant, petit à petit, au fil des mois, elle allait commencer son propre petit commerce dans ce secteur et, t'attirer dans ses filets. Oh, non, tu ne couchais avec personnes toi, non, tu préférais simplement faire office d'escorte à de riches poissons. Bon, cela t'arrivait bien entendu plus d'une fois de coucher avec eux, quand il pouvait être intéressant mais, jamais sans te faire payer. Puis, même si ce petit commerce fonctionnait bien et, que tu étais bien trop souvent demandé, tu appréciais de pouvoir travailler quelques soirs par semaine en tant que Barmaid dans un petit bar de la ville. (onze) Tu es une fan d'art. Ton passe-temps en dehors de tes boulots ? Tu dessines tout ce que tu trouves sur un petit carnet que tu as toujours sur toi. D'ailleurs, en plus du dessin, tu adores la musique et, plus particulièrement la souple mais ridée, Madonna ainsi que ce petit ange aux cheveux dorés, Claude François.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Lun 12 Fév - 14:16

+2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Lun 12 Fév - 14:17

À vous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Lun 12 Fév - 14:52

Je pose mon cul
Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux


Who you are
› posts : 2770
› faceclaim : taika 'god' 'genius' waititi ( ©bs)
› multinick : wendy (j.clement) + tad (r.reynolds) + penny (c.delevingne) + gwenaël (e.sheeran) + dinah (l.hale)
› âge : c'est un enfant de quarante ans (21/03)
Bad Karma


http://www.thegreatperhaps.org/t5982-lawrence-don-t-dream-it-be- http://www.thegreatperhaps.org/t5998-lawrence-it-can-t-rain-all-the-time

Lun 12 Fév - 14:52
En ligne




    I CAN LIVE UNDERWATER

    When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Lun 12 Fév - 15:08

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Jeu 15 Fév - 1:04

On excusera mon retard hein
@Toscane Carlier On se connait non je crois ?
@Lawrence Te Kooti Toi + Moi + tout ceux qui le veulent Lien. Rp. Lit. Je t'ouvre ce que tu veux mon lapin
@Freyja Newman Douce beauté fleuri, que souhaites-tu de moi ? Une petite idée ? Un résumé à me donner ? Une petite culotte à lancer ? Je prends tout
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Lun 19 Fév - 13:41


la culotte, je la garde pour l'instant
à savoir si tu préférerais un lien avec freyja ou ninon? si on se lance à corps perdus ou après mûre réflexion, as u want?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Mar 20 Fév - 10:01

@Ninon Loiseau Si tu me parlais un peu de tes deux bébés ? Comme ça, je ferais marcher mon petit cerveau
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Who you are
Bad Karma



Mar 20 Fév - 10:41

Freyja Newman a écrit:
Grandes lignes de Freyja :
- est dans son monde, sa bulle de divinité, d'énergies ; certains la trouve totalement perchée.
- est une aventurière dans l'âme, qui voyage dans le monde en mini-van depuis 4 ans. Originaire de Norvège et très portée sur les traditions familiales et ancestrales de son village.
- à la recherche d'un job (autant de malsain ou sérieux) donc si tu as à lui proposer, elle sera preneuse! (maintenant elle travaille à mi-temps dans la ferme des Lowinski, mais cherche toujours un autre emploi.)
- hippie, spirituelle, mature, aventurière, censée et solitaire.
- au fond d'elle, elle sait que sa seule attente dorénavant dans sa vie c'est quelque chose qui la retiendrait. Qui la ferait rester à un endroit, pour y vivre, continuer d'y grandir en adulte. Entretenir de vraies relations. Elle attend un élément déclencheur, aussi bien bon que mauvais.
- une femme au grand cœur, qui ne cherche qu'à étendre le savoir et l'amour entre les gens. Son arrivée est susceptible de changer ses plans. Inconsciemment, elle arrive à illuminer les âmes les plus sombres et les plus tristes.
recherches de liens pour freyja
- un ou plusieurs compagnon(s) de vie (h/f)
- un ou plusieurs employeur(s)
- personnel qui peut recevoir ses demandes d'emploi
- guide de NZ
- maître nageur/sauveteurs
- ou si tu as d'autres idées qui te sont venues?

ninon loiseau a écrit:
grands points : a une jumelle. ❀ a une déformation physique, physiologique de naissance ❀ a été harcelée durant toute sa période de scolarité. ❀ a changé de prénom : de margot à ninon. ❀ a subi bon nombre d'opérations pour ressembler en tout point à sa sœur jumelle. ❀ veut devenir la nouvelle icône locale, de wellington. ❀ a ouvert son cabinet de dentiste, face à la mer. ❀ n'a eu qu'une relation (en aucun point point amoureuse) avec un homme, juste après la fin de ses opérations. lorsqu'elle fut enfin "finie". ❀ elle rêve d'un mari, d'une famille et d'un avenir loin de la solitude, qu'elle a toujours connu. ❀ n'arrive pas à faire confiance et veut magouiller ceux qui l'ont fait souffrir. ❀ a toujours été jalouse de sa soeur pour la raison qu'elle ait tout eu à la naissance et ait tout réussi auprès des autres, pendant les années où elle souffrait. ❀ est tantine. ❀ a un chien et aime aller manger au fast-food.
recherches :
- des personnes ayant toujours vécus à wellington, connaissant la famille Loiseau, de près ou de loin. qui ne s'approchait pas de ninon (margot) et qui maintenant ne la reconnaîtrait pas, la prendrait pour "la sœur normale".
- des personnes dans la même tranche d'âge, qui auraient harcelé ninon au collège, au lycée, dans la vie de tous les jours. desquels ninon veut se venger aujourd'hui. aujourd'hui, il la prendrait pour la sœur de ninon et donc ne la reconnaîtrait pas.
- je vois bien, un homme et une femme (uniquement donc je vais bien vous choisir mes canards), qui se verraient être les amis de l'ombre de ninon. qui depuis le collège/lycée l'auraient aidé à leur manière. ninon aurait mettre des barrières entre eux et elle durant cette période, car elle avait peur d'en prendre plein la gueule (comme avec sa sœur en gros). donc dans ce point on pourrait créer deux réelles amitiés de "longue date". so bff.
- les patients, qui vont se faire charcuter la mâchoire au cabinet. (attention à ceux qu'elle aurait pu connaître quand elle était plus jeune : l'arrachage de dent sans anesthésie peut être de mise.)
- maîtres de chiens : ils se rencontrent en balade, aiment voir leur chien jouer ensemble.

voilà, en tentant d'aller au plus court...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma





Revenir en haut Aller en bas
(margot) a tornado of roses from divine

Sauter vers: