AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

– way down we go. (ellison)

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 6:28

does it almost feel like nothing changed at all ?

ellison byers
feat scott eastwood
nom byers. un nom anglophone, simple et sans prétention, ne soulignant nullement les origines belges qui courent pourtant dans la branche maternelle de sa famille.
prénom(s) ellison, jackson. il ne porte le prénom de personne, et son baptême n'a été qu'une envie furtive. un nom croisé dans un livre, que sa mère a trouvé beau, a gardé de côté, et a décidé de réutiliser.
âge trente années qu'il n'a pas vues passer. la vie l'accable, mais il continue d'avancer. après tout, pourquoi s'en plaindre ? le malheur est le lot de tous.
naissance un douze juin, à nelson, en nouvelle-zélande. il a néanmoins quitté la ville quand il était encore enfant, et a passé la majeure partie de son existence à wellington.
nationalité néo-zélandais, sur les papiers et dans le coeur.
origines néo-zélandais et américain par son père, il croise des origines anglaises et belges du côté de sa mère. un joli mélange qui ne change rien à sa vie, mais qui est toujours une anecdote amusante à raconter.
statut civil fiancé depuis peu, à cette fille qu'il fréquente depuis le lycée. il ne sait cependant plus ce que tout ça veut dire. à quoi tout cela rime. il continue d'avancer sans se poser de questions, comme si ce mariage était la suite logique des choses. mais à dire vrai, il n'en a pas la moindre idée.
orientation hétérosexuel, il n'a jamais porté son regard sur les hommes.
profession soigneur de mammifères marins au zoo de wellington. sa profession recoupe également le dressage, et la présentation de spectacles — peut-être pas la partie qu'il préfère, mais il l'accepte. ça fait de belles primes pour aider à boucler les fins de mois. et ça lui permet de passer tout le temps qu'il veut avec ces bêtes pour lesquelles il possède une affection toute particulière.
argent correct. il ne roule pas sur l'or, mais il n'est pas nécessairement à plaindre. disons qu'il pensait que l'avenir serait plus compliqué, il y a quelques années encore.
❇️ ❇️ ❇️
indépendant ≈ autonome ≈ secret ≈ à l'écoute ≈ généreux ≈ responsable ≈ protecteur ≈ bienveillant ≈ prévoyant ≈ humble ≈ rancunier ≈ vindicatif ≈ patient ≈ désabusé ≈ dévoué ≈ réactif ≈ instinctif ≈ adaptable ≈ droit ≈ immuable ≈ lucide ≈ observateur.

ellison, ça n'a jamais été le garçon populaire ou choyé, celui sur lequel toutes les filles craquaient ou qui pouvait se vanter d'être capitaine de l'équipe de football de l'école. ellison, c'était plutôt ce gamin aux vêtements rapiécés et aux yeux perdus dans un monde que personne ne comprenait. celui qui avait des notes correctes dans tous les cours, et qui connaissait les réponses aux questions sans pourtant lever la main. celui qui n'avait pas spécialement de sens de l'humour, et qui mangeait seul dans son coin. celui qui avait, dans le fond, grandi beaucoup trop tôt.

parce qu'ellison, il n'a pas eu d'autre choix que de se responsabiliser, lorsque ses parents ont commencé à le mettre à la tête de la famille nombreuse qu'ils avaient décidé d'avoir. il n'a pas pu fermer les yeux et s'échapper dans ses livres sur les créatures marines bien longtemps, alors qu'on le forçait à garder ses frères et soeurs pour plusieurs jours parfois, alors que lui-même n'était qu'un enfant. mais pourtant, il ne s'en plaint pas. l'idée de protester fermement, et de front, ne lui est jamais passé par la tête. parce qu'il a été dans l'idée que la famille, c'est sacrée. et qu'il n'y a rien qui pourrait passer au-devant d'eux sur la liste de ses priorités.

responsable et autonome, il a développé sa fibre paternelle très tôt, mais ne l'applique qu'à ses frères et soeurs. le reste du monde se débrouille très bien sans lui la plupart du temps, mais s'il arrive qu'on ait besoin de parler ou de s'épancher, son oreille ne sera jamais fermée à recevoir les pleurs, et ses sourires toujours disponibles pour distribuer des conseils qu'il espère avisé. adaptable et passe-partout, il s'est toujours plus ou moins fondu dans la masse, accablé par sa vie mais incapable de ployer sous la montagne de ses responsabilités. il s'est toujours battu pour ce qu'il voulait — mais ce qu'il voulait est bien souvent passé après les priorités familiales. il en a traversé, des périodes compliquées. mais aujourd'hui, tout ce qu'il a vécu a fait de lui ce qu'il est. et c'est pour cette raison qu'il ne changerait pas de vie — pas pour tout l'or du monde.

ellison, il a ses limites. comme tout le monde. sa bienveillance et sa générosité ne cachent pas la moindre naïveté, et s'il y a bien une chose dont il a horreur, c'est qu'on tente de le prendre pour le crétin qu'il n'est pas. il voit clair dans les jeux des gens, et n'est pas des plus patients dès lors qu'il comprend ce dont il retourne vraiment. et s'il a l'air doux et paternel, une part de lui conserve une nervosité permanente qu'il canalise dans le sport et l'effort. l'armée la lui a encadré durant les années où il y a exercé — mais désormais, il lui faut le faire par lui-même. et il s'y emploie, le byers. faire taire tout ce qu'il a accumulé, durant des années à courir après des garnements sans cesse plus endurant. la plupart du temps, ça marche bien. mais il se méfie de lui-même, lorsque l'on s'attaque à ce qu'il protège. lorsqu'on le pousse un peu trop loin, et qu'on égratigne la surface d'une carapace au quotidien bien camouflée. la violence n'est pas quelque chose qu'il laisse facilement prendre le dessus, mais il n'est que peu de choses qu'il ne ferait pas pour défendre ses intérêts, aussi restreints et ciblés soient-ils souvent.
murphy's law
Play with the Fortune Teller.
let's have fun (a)
ellis, il pourrait vivre chez ceux qui crient « carpe diem ». parce qu'avec la famille qu'il se traîne, il n'y a de toute manière pas d'autre moyen que de prendre la vie comme elle vient, et d'accepter l'idée que chaque jour aura son lot de surprise. mais lui, les surprises, il les voit autrement. il ne les voit pas comme une aventure, mais comme une fatalité. et chaque jour qu'il passe à mener le train de vie dans lequel il est piégé contribue à le rendre un peu plus réaliste : les choses ne vont jamais en s'arrangeant. les choses ne sont pas faites pour s'arranger. et quand le calme semble être revenu, c'est qu'une tempête plus grosse encore s'amoncelle dans les nuages au loin. dans la vie, y a pas de répit. dans la vie, y a qu'les saloperies, et le calme apparent qu'elles laissent entre elles pour éviter de vous noyer sous le mal-être et la culpabilité.
i'll never wear
your broken crown
ellison, c'est le gars qui a toujours su se débrouiller pour s'en sortir. celui qui a tout appris sur le tas, et qui le fait encore au besoin. c'est le type adaptable, celui qui ne baisse le nez devant rien et qui continue d'avancer, malgré les difficultés. et les difficultés, il les rencontre tous les jours. elles parsèment sa route, et il bute dessus. tombe, se casse le nez, et se relève immédiatement après comme si de rien n'était. parce qu'ellison, ça fait bien longtemps qu'il sait qu'il n'a pas le droit à l'erreur, et pas le droit de craquer. trop de gens dépendent de lui, et la dernière chose qu'il fera, c'est de les laisser tomber. depuis très jeune, il s'occupe de ses frères et soeurs — respectivement aux nombres de quatre et cinq. ses parents travaillaient beaucoup pour tenter de garder les finances familiales à flot, et les différences d'âges entre les enfants ont permis à l'aîné — lui— de rapidement être sollicité pour les aider. le benjamin de la famille a actuellement cinq ans. et si ellison est bien généralement épuisé de cette vie dans laquelle il n'arrête plus de courir et de se tirer les cheveux pour les caprices de toutes et tous, il ne changerait pourtant de place pour rien au monde. aujourd'hui encore, il est officiellement domicilié dans la maison familiale — bien qu'il passe l'autre moitié de son temps chez sa fiancée. elle le connaît depuis suffisamment longtemps et s'est suffisamment occupé de la marmaille byers pour accepter l'idée qu'il ne puisse les quitter à plein temps. il était déjà parti une fois, il y a cinq ans de cela, mais les morts consécutives de ses parents l'ont fait revenir au pas de course pour gérer ce foyer en deuil et bouleversé. il a connu sa fiancée actuelle lorsqu'il était encore à l'école secondaire. ils se sont fréquentés quelque temps, sans grand sérieux, avant qu'elle ne tombe accidentellement enceinte. dès lors, tout a été beaucoup plus compliqué, et le lien qui en est résulté reste aujourd'hui encore trop fort pour qu'il ne parvienne à accepter l'idée de se séparer d'elle. leur relation n'est plus au beau fixe depuis trop longtemps, mais il est trop habitué à sa présence dans sa vie pour être capable de se résoudre à continuer sans elle. d'où les fiançailles, le mois passé, pour tenter de secourir le bateau à la coque brisée. mais que peut une simple planche trop courte pour un trou de cette envergure ? à vingt ans, il a tenté de rompre avec sa famille. pour ce faire, il s'est engagé dans la marine néo-zélandaise, où il a exercé pendant quatre ans, ne voyant alors le reste des byers qu'occasionnellement. et aujourd'hui encore, lors des disputes avec certains de ses frères et soeurs, on lui reproche cet abandon qu'il a pu leur faire subir. pour une raison inconnue — y compris à lui-même —, il a simplement viré de bord à l'âge de vingt-quatre ans, et a quitté l'armée pour commencer des études en biologie marine. après un stage de quelques mois au centre océanographique de floride, l'envie de travailler directement au contact des mammifères marins est née. il a par la suite enchaîné les stages pratiques afin de se spécialiser, et a terminé ses études avec succès. il y a quatre ans de cela, il a été engagé au zoo de wellington, comme soigneur de mammifères marins. un boulot qui lui convient à merveille, et dans lequel il se plaît bien plus encore qu'il n'aurait pu l'imaginer. aujourd'hui, sa vie est plus stable qu'il ne l'aurait pensé il y a quelques années encore. malgré le lot d'imprévu toujours à portée de main qui accompagne fatalement la gestion d'une famille aussi nombreuse, il garde la tête étrangement hors de l'eau sur bien des points. hormis son couple, peut-être — couple qui, pour l'autre moitié, voudrait commencer à songer sérieusement à fonder sa propre famille. une demande à laquelle il n'est pas capable de répondre, pas même sûr de désirer des enfants un jour. ses frères et soeurs en font déjà office, après tout ; et même s'il sait que c'est différent, quelque chose au fond de lui ne parvient pas à s'imaginer accueillir lui-même une de ces petites choses dont il s'occupe pour ses parents depuis qu'il est enfant.

ellison, il tourne au café. sans ça, il n'a aucune idée de la manière dont il arriverait à passer au travers de ses journées. peut-être est-il devenu un peu accro, à la longue. il n'est pas un grand amateur de musique moderne, mais en avoir en fond sonore ne le dérange pas. dans sa vie, il n'a jamais juré que par quelques grands noms, qu'il continue d'honorer encore aujourd'hui. leonard cohen, bob dylan, simon & garfunkel, nina simone, bruce springsteen et elvis presley, pour ne nommer que ceux-là. son bien le plus précieux, aujourd'hui, est peut-être sa platine et sa collection de vinyles, hérités de son père. il vit toujours au domicile familial avec ses frères et soeurs, bien qu'il dorme très régulièrement chez sa fiancée. il doit se marier dans quelques mois. mais plus le temps avance, moins il est sûr d'être prêt. il essaie d'aller courir presque tous les jours, hormis quand son emploi du temps ne le lui permet pas. il est du genre à ne pas avoir une minute à lui. à se coucher trop tard, tous les soirs, et à se lever trop tôt, tous les matins. il boit peu, mais il ne rechigne jamais sur un bon verre à la fin de la journée. il reste simplement toujours raisonnable sur les quantités. il aime lire. il n'a que peu de livres, mais il emprunte régulièrement ceux que ses frères et soeurs, eux, prennent à la bibliothèque. il aime raconter des histoires, mais ne le fait que peu. ce genre de petits talents dont il ne se vante pas vraiment — et qu'il s'ignore même avoir, pour être honnête. il a appris à faire un bon nombre de choses, en tant qu'homme de la maison. cuisiner, coudre, coiffer, ranger. tout rafistoler à partir de rien. quel que soit ce que le foyer a besoin, quel soit ce que la vie lui présente, il s'adapte. il s'adapte, et il apprend.
pseudo, prénom blue walrus, clo. âge vingt-deux. pays, région canada, québec. connexion tous les jours, normalement. pour ce qui est de poster et de rper, c'est généralement plus compliqué, mais je ferai de mon mieux.    où as-tu connu le forum ? par ma peanut d'amour, alias elsie la plus jolie.    personnage le scéna d'elsie, justement.    dernière bafouille vous êtes beaux, mon dieu.   j'espère que je sais toujours jouer sur du forum réel.   (et luke, ashley, et tous les davis, pas taper, j'vous vois venir, mais j'en prendrai soin de votre elsie au bout du compte, c'est promis.     ) (ouais, ça fait beaucoup de derniers mots. je sais.   )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 6:29

the sound of silence

Lentement, le soupir se répercute dans la cuisine. Il reste adossé au comptoir, le coeur lourd et les yeux fermés. Les pensées encore à moitié accrochées dans la dispute qu'il vient de terminer en raccrochant. Il se redresse, laisse tomber le téléphone sur la table. Ramasse les trois verres laissés vides sur la surface, les rince et commencer à les essuyer. Machinalement.

Karen n'en peut plus. Karen a voulu qu'il laisse les plus petits aux mains de Nick et Marilyn, et qu'il vienne passer la nuit avec lui. Mais Nick est sorti. Mari' a décidé de passer la soirée enfermée dans sa chambre et de n'en sortir sous aucun prétexte, prisonnière d'un chagrin d'amour qu'elle n'est pour le moment pas capable de digérer. Il ne pouvait pas partir. Pas ce soir. Et ça, comme trop souvent depuis quelque temps, elle ne l'a pas compris.

Elle voudrait qu'il délègue, qu'il commence à vivre pour lui. Qu'il prépare tout le monde à l'idée qu'après son mariage, il ne serait plus là pour les couver. Elle pense peut-être qu'il leur a annoncé, et que les choses sont en train de s'organiser. Mais à la vérité, il repousse la discussion chaque fois qu'elle approche. Quelque chose, au fond de lui, n'est pas capable de se tourner vers cette famille pour lui annoncer son abandon prochain. Pas capable de les prendre entre quatre yeux, et leur dire qu'il ne peut rester auprès d'eux. Qu'il ne sera pas loin, mais qu'il leur faudra continuer leur chemin sans qu'il ne soit là pour les chapeauter. Quelque chose, au fond de ses tripes, lui susurre qu'il n'est pas prêt. Que les morts de leurs parents sont trop récentes. Que l'accident de papa était trop proche de la maladie de maman pour que les morceaux ne se soient recollés après aussi peu d'années. Il n'a pas envie de véritablement partir, et cette petite voix au fond de lui le sait. Pourtant, il a planté le premier clou à son cercueil en lui passant la bague de fiançailles au doigt.

La voix de Karen crie encore contre ses tympans. Et il n'arrive pas à la chasser, malgré ses efforts redoublés et ses yeux fermés. Il a besoin de respirer. Besoin de ne pas rester seul. Besoin de parler de tout, de rien, et de ne plus avoir à forcer les sourires ou les paroles attentionnées. Besoin d'oublier.

Lentement, sa main attrape son téléphone. Il l'ouvre, ignorant pour le moment les quelques messages texte laissés par Karen. Elle s'excuse, elle l'aime, il le sait. Il ne lui en veut pas, il l'aime, elle le sait. Ils se verront demain, s'expliqueront. Elle ne criera plus, et il s'efforcera de ne pas se taire. De lui parler, sans lui mentir. Mais pour le moment, il ne veut pas y penser. Pour le moment, la voix qui décroche à l'autre bout du fil n'est pas celle de Karen. Il fronce mécaniquement les sourcils, un sourire léger aux lèvres. « Hey. J'te dérange ? » Un sourire. Simple. « J'peux pas vraiment sortir, mais... J'ai deux bières au frais. Et il me reste de la grenadine, si tu veux la transformer en Monaco. » Y a encore des choses à ranger, y a encore des trucs à mettre en ordre. Des sacs à préparer, des factures à trier, du linge à plier. La journée n'est pas terminée, même si le soleil est tombé. Pourtant, il n'a pas envie de devoir continuer seul. Et son sourire s'élargit, alors que la petite voix d'Elsie lui confirme qu'il ne le sera pas. Elle boira son Monaco et elle repartira. Mais le temps qu'elle sera là, son rire l'empêchera de penser à ce qu'il est en train de faire, et à ce que le lendemain le forcerait à affronter. Ses yeux pétillants et son minois rayonnants lui donneraient la bouffée d'air frais nécessaire à ce qu'il arrive au bout de la soirée.

De ces petits répits dont il semblait avoir plus que jamais besoin.
Revenir en haut Aller en bas
positive minds › je suis un optimiste
avatar
En ligne
positive minds › je suis un optimiste
Who you are
posts : 2045
faceclaim : chris hemsworth, ©mathilde da best
multinick : millie (maia m.), jody (alicia v.), meara (suki w.), thom (jake g.), camila (eiza g.), brandi (b. palvin)
âge : thirty-six
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : sorry, i'm closed.
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t107-luke-blame-it-on-me http://www.thegreatperhaps.org/t4394-counting-stars

Dim 30 Oct - 6:39

J'DEGAINE MON COMPTE DE BEAU GOSSE (et accessoirement le grand frère qui va te casser le nez )
Non mais sérieusement, Margot/Scott, vous voulez ma mort?
Bienvenue officlellement chat, et bonne rédaction N'hésite pas si t'as besoin de quelque chose :hii:

edit, JVIENS DE CAPTER LA CITATION DE TA SIGNATURE JE C'est bon je t'adopte



does she know that
we bleed the same?


clique si tu veux voir un truc cool:
 
Revenir en haut Aller en bas
carpe diem › je suis un audacieux
avatar
carpe diem › je suis un audacieux
Who you are
posts : 970
faceclaim : bridget satterlee, rosebud.
multinick : la douce nelya.
âge : vingt et un ans.
Bad Karma


http://www.thegreatperhaps.org/t458-zelie-s-aimer-un-jour http://www.thegreatperhaps.org/t466-zelie-comme-des-enfants

Dim 30 Oct - 8:55

T'es beauuu
Bienvenue parmi nous
N'hésite pas si tu as la moindre question, bon courage pour ta fiche


above the clouds.

Ne prends de la vie que la fleur ; cueille la rose et laisse l' épine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 11:27

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 15:17

Bienvenue parmi nous Très bon choix courage pour ta fichette
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 15:31

Trop de bogossitude sur ce forum Bienvenue et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 16:36

tu sais qu'té sexy dans ton uniforme toi :creep: :creep:
PEANUT D'AMOUUUUUR, bienvenue ici, merci d'avoir pris le beau ellison, on va s'foutre des feels dans la face
et toi frérot j'te surveille casse pas le nez d'mon ellison, même s'il me brise le coeur

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Dim 30 Oct - 18:35

GJKLSJGSMLJFKLEJLGJZL l'amour de mon amour
pareil hein, si tu me l'abîmes on va pas être copains... mais t'es trop beau je sais pas si j'arriverais à être sérieuse
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Who you are
Bad Karma



Lun 31 Oct - 6:02

luke, qu't'es beau sous cette face. (sous toutes tes faces, en fait, dammit. ) mais pas touche à mon nez. merci en tout cas, et j'hésiterai pas. (non, on veut la mort de personne, nous, voyons, c'est tellement pas notre genre. ) (ps : j'veux que tu m'adoptes. ça m'va. on fait comme ça. parce que cette chanson c'est la vie. )

zélie, merciiii. promis, j'hésiterai pas.

lenyn, toi. TOI. quand j'ai vu que t'étais ici. ahhhhhhh. (j'arrive pour te poker par MP pour pas faire désordre sur ma fiche huéhué. )

carter, merci bien mister. sebstan est un choix parfait aussi, j'dois dire.

noé, merciiiii. j'confirme, c'est vrai que le monde est pas mal sexy dans le coin. ça a l'air, en tout cas.

peanut d'amour de ma vie, hiiiiiiiii. on s'donne rendez-vous en rp pour plein de feels, alors. je t'aime, tu l'sais déjà, pis promis j'essaierai de pas trop briser le coeur d'Elsie. (à qui Eli envoie plein de bisous papillons. )

ashley, je vais en prendre soiiiiiiiin, promiiiis, c'est promis. :creep: et j'espère que ma belle gueule va me sauver pour quand je lui briserai très involontairement un peu le coeur, de temps en temps... mais j'essaierai de faire attention.
Revenir en haut Aller en bas
– way down we go. (ellison)
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sauter vers: