AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
HAUCK Lit parapluie Dream N Play
Voir le deal
29.39 €

(christian) you spin me round

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
(christian) you spin me round - (Ven 1 Juin - 21:22)
Penny regarda avec attention son bras droit. Plus particulièrement, les deux papillons tatoués dessus. Elle les regardait avec fierté en repensant à la conversation qu’elle avait eu avec sa mère une demie heure plus tôt. C’était avec une immense satisfaction, et en prévoyant sa réaction, qu’elle l’avait annoncé tout gaiement. La réponse ne s’était pas fait attendre puisque Penny l’entendit crier à l’autre bout du fil comme quoi c’était une immense erreur d’avoir fait ça, que les tatouages c’étaient pour les bagneuses et que c’était totalement contre nature. Penny avait soupiré en lui disant que peut être que ça l’était, peut-être que ça ne l’était pas, mais qu’en attendant, elle n’était pas là pour les admirer.

- Tu finira en enfer Penny ! Lui menaça sa mère dans l’espoir de l’intimider. Penny rigola d’un petit rire fluet et lourd de sens.
- Non c'est pas possible. J'y suis déjà.

Elle raccrocha aussitôt. Elle resta là un moment sans rien faire tandis que son téléphone vibrait à nouveau. Hors de question de la rappeler à nouveau. Ce serait pour la brimer à nouveau, lui dire toutes ces choses négatives qu’elle n’a pas cessé de lui répéter à longueur de journées. Depuis qu’elle était arrivée ici, elle avait enfin su ce qu’était la définition du mot ‘liberté’. La famille qu’avait créer son père avec Helen n’était pas parfaite, mais elle était à mille lieue de ce qu’elle avait vécu seule avec sa mère. Elle pouvait faire ce qu’elle voulait ici, elle n’avait aucun reproche en retour, on ne la faisait pas culpabiliser de quoique ce soit et elle pouvait fréquenter qui il lui semblait bon. Quand elle avait annoncé à son père et à sa belle mère qu’elle songeait à trouver une colocation, le couple avait tout d’abord été surpris (Penny ? Vivre sous le même toi de quelqu’un ? Était-ce possible?) mais ils avaient fini par l’encourager, ce que n’aurait pas du tout fait sa mère à la place.
Ce fut une douleur au niveau du bas ventre qui se manifesta soudainement qui la fit sortir de ses songes. Elle porta une main dessus comme si elle était enceinte, mais c’était un geste inutile. C’était l’annonce que les anglais débarquaient.
Elle se dirigea dans la salle de bain, et fouilla les placard dans l’espoir d’y trouver une protection hygiénique, mais aucune des deux filles qui vivaient dans cette maison n’avait songé à faire le stock. Elle pesta contre elle-même. L’idée de devoir sortir alors qu’elle était en vacances ne la motivait nullement mais elle n’allait pas avoir le choix si elle voulait garder ses culottes intactes. Ni une ni deux, elle prit son sac et sortit en direction de la superette la plus proche pour effectuer son achat. Au départ, tout se passa bien. Arrivée au magasin, elle trouva rapidement le rayon prévu pour. Ce fut lorsqu’elle voulut se diriger vers les caisses afin de payer sa boite de tampons que les choses se gâtèrent. Alors qu’elle sortit du rayon, elle manqua d’entrer en collision avec quelqu’un. Elle s’arrêta net et son visage se glaça lorsqu’elle reconnut la personne en question.
Christian Kelley. Un des frères de sa colocataire. Le seul qu’elle avait rencontré jusqu’ici. Pas des moindre, puisque lorsqu’ils s’étaient vus pour la première fois, elle était accoutrée uniquement d’une culotte de nuit et d’un soutient gorge qui allait à ravir à une pré adolescente. Autant dire, rien de glamour du tout. A présent, il la croisait à nouveau avec une boite de tampax, comme si le destin n’avait pas cessé de s’acharner sur elle.

- Oh ! Salut ! Décidément, tu tombes toujours à pic on dirait… commenta-t-elle en se pinçant les lèvres.

@CHRISTIAN KELLEY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Ven 1 Juin - 21:54)
Les courses, les courses, les courses. Pour de nombreuses personnes, c'était une corvée, quelque chose que l'on détestait faire le samedi après-midi, alors qu'une masse de personnes âgées venaient les faire en même temps, dans l'unique but de perturber le bon déroulement d'une journée déjà chiante. Eux qui pouvaient se rendre quand ils le voulaient au magasin, étant à la retraite, choisissaient toujours de façon conspirationniste les mêmes horaires que les prolétaires...
Mais pour Christian, c'en était tout autrement... Il adorait faire les courses, choisir les aliments, se demander ce qu'il allait cuisiner les prochains jours pour sa petite famille. Il s'amusait comme un fou dans la queue, et discutait avec tout le monde, parfois on lui demandait même de la fermer, mais il ne se laissait jamais abattre.

Après être passé en caisse avec un chariot rempli à ras bord, et être rentré chez lui, il se rendit compte qu'il avait oublié le ketchup. Et l'enfant du milieu, celui qui ressemblait le plus à son père par ses caprices et ses envies, ne mangerait jamais ses légumes sans ketchup, jamais. Il pourrait en faire un maison, mais... Il le ratait à chaque fois et avait le droit à des mines dégoûtées. Alors, il décida de se rendre dans la supérette du coin, pour se fournir en cette sauce indispensable au bon fonctionnement de la maisonnée. Malheureusement, Potato ne pouvait pas le suivre, cette fois. "Désolé, mon gars..." déclara-t-il en caressant le carlin, qui commençait déjà à lui faire la tête.

Arrivé dans la boutique, qu'il connaissait bien, il se faufila habilement entre les mémés, les jeunes et les autres gens, avant de se trouver dans le bon rayon. Il attrapa d'une main la bouteille de ketchup, la faisant voleter habilement dans les airs pour la rattraper de l'autre. Geste inutile, mais so stylaaayyy.
Lorsqu'il prit la direction des caisses, il percuta, sans violence cependant, quelqu'un sur son chemin. Une jeune femme. Et pas n'importe laquelle! Penny, la colocataire de Phoebe, sa petite-soeur adorée de ses rêves.

"Oooh salut la gentille coloc au soutien-gorge confortable!" s'exclama-t-il, criant sur toute l'allée, ne prenant aucunement de gêne dans ses paroles et se souciant guère de celle qu'il pourrait apporter à la demoiselle. Il regarda ce qu'elle avait en main, l'air songeur.
"Boooh j'aurais cru que tu suivais plus les tendances naturelles et que t'utilisais une cup..." déclara-t-il. Il était au courant, car la plus grande avait eu ses règles, deux ans plus tôt. Elle avait été paniquée la première fois, et son père s'était documenté pour l'aider à passer cette étrange épreuve, qu'il ne pouvait lui-même vraiment comprendre puisque, étant un homme, il n'était pas indisposé par ce flux sanguin mensuel éreintant et parfois bien douloureux. Mais il était empathique, alors il pouvait imaginer.
"Tu sais que les tampons, c'est peut-être le pire?" demanda-t-il, toujours aussi fort, sérieux comme tout. "Tu ferais mieux de prendre des serviettes hygiéniques, pour éviter les chocs toxiques... Ou tu sais, y a des culottes de règles. Un truc fabuleux, il paraît que ça retient très bien. Enfin, c'est ma fille qui le dit. Elle a eu du mal à dompter ses menstruations, tu sais.... Tu l'as vécu comment, toi, adolescente? Elles sont venus tout de suite régulière, ou ça a pris du temps à se mettre en place?" demanda-t-il, très sérieusement, en penchant la tête sur le côté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Dim 3 Juin - 21:17)
En toute autre situation, Penny se serait sentie extrêmement gênée. Elle n’aimait pas être dans cette position, c’était pour les faibles. Mais c’était le frère de sa colocataire, Christian, et ça faisait toute la différence. Christian était un homme à part, elle avait pu le remarquer dès leur première rencontre. Alors qu’il l’avait vue dans des sous vêtements de confort, il ne lui avait fait aucune remarque déplacée ni même exprimé la moindre gêne, au contraire, il avait bien commenté sa tenue, mais c’était pour avoir une astuce pour sa propre fille de treize ans. Penny était restée figée sur elle-même par l’absurdité de cette réaction avant d’éclater de rire. S’en était suivie une conversation des plus étrange à laquelle Penny avait accepté de jouer le jeu, bien que son interlocuteur était des plus sérieux.

A présent, il lui faisait face alors qu’elle tenait une boite de tampons qui n’attendait qu’à être passée à la caisse. Vu sa première réaction, elle ne doutait pas de ce qui l’attendait, même si ça restait tout de même surprenant.

- Oooh salut la gentille coloc au soutien-gorge confortable! l’accueillit-il d’un ton parfaitement naturel. Les joues se Penny se mirent à rougir légèrement, mais elle se contenta de rire.
- Salut le frère gentil et bizarre de ma coloc’ ! Répondit-elle à la revoyure. Bien sûr, le regard de Christian Kelley se baissa sur ce qu’elle tenait et il ne mit pas longtemps avant de lui faire partager sa première impression.

- Boooh j'aurais cru que tu suivais plus les tendances naturelles et que t'utilisais une cup...
Elle leva les yeux au ciel. Elle savait que de sa part, c’était pas un reproche (enfin, elle l’espérait), mais ce genre d’attitude lui rappelait sa mère. Elle était loin de se douter que ça ne s’arrêtait pas là.
- Tu sais que les tampons, c'est peut-être le pire? Tu ferais mieux de prendre des serviettes hygiéniques, pour éviter les chocs toxiques... Ou tu sais, y a des culottes de règles. Un truc fabuleux, il paraît que ça retient très bien. Enfin, c'est ma fille qui le dit. Elle a eu du mal à dompter ses menstruations, tu sais.... Tu l'as vécu comment, toi, adolescente? Elles sont venus tout de suite régulière, ou ça a pris du temps à se mettre en place?
Ce n’était pas tant le fait que Christian lui dise tout cela à voix haute et qui faisait se tourner les regards des clients qui passaient par là qui la dérangeait, non, c’était le fait que quelqu’un lui dicte ce qu’il y avait de mieux à faire ou pas. Elle resta là, à le regarder sans rien dire, avant de finalement émettre un sourire chaleureux.
- Christian, j’apprécie l’inquiétude que tu portes à mon intimité, mais tu sais, si je veux avoir des mycoses vaginales ou je ne sais quel autre maladie sexuelle, c’est moi que ça regarde ! Répondit-elle en écho à ses conseils malvenus. Je te rassure, depuis le temps que j’en met, il ne m’est rien arrivé, mon gynécologue est toujours rassurant quant à la santé de mon vagin et si je prends des tampons, c’est plus par commodité qu’autre chose ! La cup, c’est difficile à enfoncer et encore plus à retirer, et d’après les récentes études, ce n’est pas si sécurisant que cela !

Elle émit un petit rire, complètement hilare de ses propres paroles. Mais c’était tellement décalée qu’elle appréciait, c’était exactement dans ses cordes.

- Et comme tu tiens à le savoir, eh bien, la première fois que j’ai eu mes règles, j’ai eu un peu peur mais comme j’étais préparée, ça a plutôt été. J’ai commencé par les serviettes hygiéniques, la base, puis après je me suis mise au tampax. Au début, ce n’était pas régulier, puis ça a fini par l’être, même si généralement, j’ai toujours trois à quatre jours d’avance à chaque fois ! Tu as vraiment de la chance de pas connaître ça n’empêche, c’est sale, désagréable et douloureux… des jours comme ça, où on regrette d’être une femme…

Elle s’éclaircit la gorge à ses paroles, parfaitement sereine.

- Et sinon toi, qu’est ce que tu viens faire là ? Ton chien va bien ?

Elle se souvient du petit canidé qui était venu l’accompagner lorsqu’ils s’étaient vu et qui était manifestement absent aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Dim 3 Juin - 21:40)
Ce qu'il appréciait le plus chez Penny, c'était qu'elle avait du répondant, et qu'elle ne faisait pas juste rire à ses propos avant de s'éloigner, comme c'était le cas dans bien des situations. Et comme ce fut le cas lors de leur première rencontre, la demoiselle ne fut pas surprise, et ne perdit pas pied, malgré l'originalité et le sans-gêne de son interlocuteur. Au contraire, elle prit le même temps pour le saluer, et leva les yeux au ciel en l'entendant lui donner des conseils sur ses protections périodiques. Et elle avait bien raison, il n'était personne pour lui recommander tel ou tel produit, car il était... un homme. Alors, il ne connaissait pas cela, de sa propre expérience, mais par celles de son épouse décédée et de sa plus grande fille, qui découvrait elle-même le phénomène.

Penny le laissa parler longuement avant de prendre la parole. Il fronça les sourcils.
"Oooh des mycoses, m'en parle pas. Ca me tord rien que d'y penser... ça gratte tellement. Je sais de quoi je parle, c'est pas exclusivement féminin comme problème." déclara-t-il, toujours sur le temps le plus sérieux. "Enfin, moi c'est pas le vagin, mais c'est tout comme..." Il afficha ensuite un simple sourire. "C'est vrai? C'est dur à retirer? Mais ça ne dépend pas de la taille? Tu penses que c'est quelle taille qui pourrait bien se glisser en ce qui te concerne?" demanda-t-il ensuite, penchant la tête sur le côté. Oh oui, il n'avait aucune honte, alors que ses questions étaient plus gênantes les unes que les autres. Il assumait tout, et c'était peut-être ce qui avait fait craquer son ex-épouse. Avec lui, on ne s'ennuyait jamais, il trouvait toujours quelque chose à dire, et parfois, il parlait tellement qu'on aurait envie de lui demander de se taire. Cela arrivait souvent avec ses frères et soeurs, d'ailleurs.

"Oh oui, je te crois quand tu me dis que j'ai de la chance." déclara-t-il en hochant la tête, dans un signe affirmatif, faisant la moue. "Ma femme a accouché six fois, alors j'ai eu le droit six fois à cette vision, et ça ne donne pas envie non plus. Mais ça ne nous a pas empêché de procréer, cela dit. En vérité, j'aurais bien aimé me transformer une femme une journée entière pour tester ce que ça fait. J'aimerais bien être enceinte. Ca doit être bizarre non, de se dire qu'on a un être qui grandit en nous et qui se nourrit de nous... Enfin dit comme ça, on dirait que je parle d'un alien, mais... Tu vois ce que je veux dire? J'aimerais bien savoir ce que ça fait de sentir son bébé bouger dans son ventre... Bref, être enceinte, ça me plairait bien, malgré les incommodités." Il hocha de nouveau la tête, se passant une main sur le front, pris dans sa réflexion.  

Lorsqu'elle lui demanda ce qu'il venait faire par là, il leva à bout de bras la bouteille de ketchup, tel Rafiki levait Simba dans le Roi Lion, et la lança en l'air, pour faire de nouveau son numéro so stylayyyy et si impressionnant. La bouteille s'envola et virevolta. Par contre, cette fois-ci, il loupa son coup et la bouteille rebondit par terre, à plusieurs reprises, sans pour autant s'ouvrir. Heureusement qu'elle était en plastique, et c'était bien l'avantage de ce matériau, car si elle avait été en verre, ils s'en seraient tous les deux pris partout, de la sauce jusque dans les cheveux...

"Oups. D'habitude, je la rattrappe. C'est dommage."
commenta-t-il comme s'il venait d'être le spectateur de la mort d'un de ses personnages préférés au cinéma. "Ouais, Potato est en plein forme. Par contre, faut que je le mette un peu au régime, il mange tout ce qui traîne et j'arrive plus à le contrôler. Un jour, il va finir par me manger dans mon sommeil, si ça se trouve." dit-il, cette fois-ci en riant, avant de se pencher pour ramasser le ketchup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Dim 10 Juin - 10:40)
Depuis qu’ils s’étaient retrouvés, Penny et Christian avaient commencé une conversation des plus originales. Mais cela ne pouvait qu’enchanter la jeune femme, parler de chose totalement décalée dans un lieu public lui donnait une sensation de liberté et un puissant sentiment de provocation. Il n’y avait pas grand monde dans la supérette, et quelques paires de yeux s’étaient tournée vers eux, d’autres feignaient ne pas entendre. Pourtant, c’était bel et bien de mycose dont ils étaient en train de parler comme s’ils parlaient de poésie.

- Oooh des mycoses, m'en parle pas. Ca me tord rien que d'y penser... ça gratte tellement. Je sais de quoi je parle, c'est pas exclusivement féminin comme problème.  Lui répliqua Christian.
Penny échappa un rire.
- Des mycoses, oui, vaginales, j’en doute.
- Enfin, moi c'est pas le vagin, mais c'est tout comme...
Elle haussa un sourcil et ne put s’empêcher de baisser le regard en direction de l’entrejambe de son interlocuteur.
- Tu m’en diras tant…
Ses yeux remontèrent à nouveau vers son visage et elle ne put réprimer son hilarité. Après les mycoses vaginales, c’était au tour de la cup de faire son entrée dans leur conversation.

- C'est vrai? C'est dur à retirer? Mais ça ne dépend pas de la taille? Tu penses que c'est quelle taille qui pourrait bien se glisser en ce qui te concerne? Lui demanda Christian.
Elle haussa les épaules.
- Je sais pas, j’en ai jamais mis. Mais en tombant sur une boite en allant à la pharmacie, j’ai vu que la taille 2 étaient pour les femmes qui avaient déjà accouché alors j’imagine que ce serait la première taille. J’ai un petit vagin.
Elle avait du mal à garder son air sérieux, mais elle parvenait à entrer dans son rôle parfaitement. Elle n’avait jamais eu l’occasion de parler de ça avec qui que ce soit, pas même avec sa propre mère pour qui le sujet du sexe et tout ce qui pouvait tourner autour était quasi tabou. La seule chose qui inquiétait sa génitrice était qu’elle puisse avoir des rapports sexuels avant le mariage. Penny était encore vierge, mais rien que pour fâcher sa mère, elle avait envie d’offrir sa virginité au plus vite afin de la faire sortir de ses gonds. Elle finirait peut-être par perdre contact avec, mais ce ne serait pas une grande perte. Une mère ne devrait pas penser et agir ainsi envers son enfant. C’était du harcèlement.

- Oh oui, je te crois quand tu me dis que j'ai de la chance.
La voix de Christian la fit sortir de ses pensées. Oui, il était vrai qu’en tant qu’homme, il n’avait pas ce problème infernal tous les mois. Il poursuivit en lui parlant de sa femme qui avait accouché six fois et que la vision de l’accouchement ne lui avait pas plus donné envie que ça d’être de sexe et de genre féminin et Penny se mit à rire une nouvelle fois. Elle était loin d’avoir une brioche au four, mais elle ne savait pas encore si elle voulait en avoir ou non un jour. Encore fallait-il trouver la bonne personne pour cela et c’était pas gagné.
- En vérité, j'aurais bien aimé me transformer une femme une journée entière pour tester ce que ça fait. J'aimerais bien être enceinte. Ca doit être bizarre non, de se dire qu'on a un être qui grandit en nous et qui se nourrit de nous... Enfin dit comme ça, on dirait que je parle d'un alien, mais... Tu vois ce que je veux dire? J'aimerais bien savoir ce que ça fait de sentir son bébé bouger dans son ventre... Bref, être enceinte, ça me plairait bien, malgré les incommodités.
Penny lâcha un soupir écœuré à l’idée d’avoir un parasite dans le bide.
- Whooooh! Je ne suis pas sûre que tu continuerais à le vouloir si tu avais l’occasion d’être enceinte un jour tu sais !
Elle n’avait pas (encore) connu cette ‘sensation’ là, mais il lui suffisait de se projeter pour le savoir. Rien que l’idée d’avoir un môme dans son utérus lui donnait des frissons et elle pouvait pas s’empêcher d’imaginer ce que ça ferait. Quoique, certaines femmes aimaient cela, paraît-il. Penny ne connaissait pas leur secret qui leur permettait d’apprécier cette sensation, mais elle les respectait, et de loin.
- Moi aussi j’aimerais bien avoir un pénis ne serais-ce qu’un jour. Je m’amuserais à faire l’hélico-bite presque tout le temps afin de pouvoir faire quelque chose d’intelligent avec mon phallus. Mais… malheureusement, c’est impossible, songea-t-elle avec un soupir de déception. Lorsqu’elle était plus jeune, elle avait pesté contre ses parents pour l’avoir faite fille et il était vrai qu’au choix, elle aurait préféré naître de sexe masculin. Non pas parce que le monde était dirigé par les hommes, mais par pure question anatomique. Elle assumait à présent son genre féminin, mais son coeur lui disait parfois le contraire.

Toujours était-il qu’elle se demandait la raison de la présence de Christian ici. Ce dernier lui brandit la bouteille de ketchup qu’il avait à la main et tenta de faire un petit numéro qui échoua. La bouteille, en plastique fort heureusement, termina son numéro au sol. Penny baissa la tête après avoir suivi sa trajectoire des yeux afin de pouvoir admirer le spectacle. Elle ne put s’empêcher d’applaudir, mine de rien.
- Whoaooouh, c’était presque réussi ! Acclama-t-elle.
- Oups. D'habitude, je la rattrappe. C'est dommage.
Elle secoua les épaules.
- La prochaine fois peut-être ?
- Ouais, Potato est en plein forme. Par contre, faut que je le mette un peu au régime, il mange tout ce qui traîne et j'arrive plus à le contrôler. Un jour, il va finir par me manger dans mon sommeil, si ça se trouve.  
Penny se mit à rire.
- Un chien au régime ? T’es sûre qu’il sera d’accord ? Il risque encore plus de te manger si tu le prive tu sais…

Elle se pinça les lèvres et fit une moue à l’imaginer dévoré par son chien.

- Ce serait bête.  Je ne pourrais plus voir tes exploits avec les bouteilles de ketchup. Ca me manquerait.

Ses lèvres s’étirèrent pour former un sourire doux et sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Dim 10 Juin - 23:36)
C'était certain que la conversation entre Penny et Christian dans ce supermarché n'avait rien à voir avec de la poésie, ou même de l'ordre de la philosophie. En vérité, ils prenaient énormément de liberté avec la bienséance.
Penny regarda la zone incriminée lorsqu'ils entamèrent une discussion plus que sérieuse à propos des mycoses intimes. Chris jeta un petit sourire malicieux à l'attention de son interlocutrice, le coeur à s'amuser.
"Oh on dirait que t'as envie de voir de plus près?" demanda-t-il, affichant à ce moment-là une mine sérieuse et grave, avant de lever les sourcils.

La conversation bifurqua ensuite sur les tailles des cup. "Oh d'accord, je vois, c'est un peu une taille unique alors... T'as mesuré avec une règle pour savoir la taille de ton vagin?" demanda-t-il alors, toujours dans une pose pleine de questionnements et de sérieux, le doigt sous le menton, interloqué et désireux d'avoir une réponse claire et précise. Il était vrai que les adolescents mesuraient leur sexe à l'aide d'une règle, alors peut-être que la demoiselle en avait fait de même en ce qui concernait le diamètre et la profondeur de son intimité. Il serait intéressant de comparer les pratiques entre les femmes et les hommes.

Ce fut à ce moment que Chris se décida à lui avouer qu'il aurait aimé être une femme, du moins, pour quelques temps, pour savoir ce que cela faisait de sentir un être grandir en soi, lors d'une grossesse. Mais pour cela, il faudrait qu'il change de galaxie. Alors il ferait le deuil de cette expérience invivable en ce qui le concernait, car dame nature ne lui avait malheureusement pas fourni le matériel nécessaire.

"Oh tu sais, tu pourrais être étonné..." répliqua-t-il simplement. Ce fut au tour de son interlocutrice de lui dévoiler son rêve secret, celui de posséder un jour un pénis, juste pour pouvoir jouer avec la gravité et les forces centrifuges. Notre trentenaire afficha un large sourire. "Attention, jeune fille!" s'exclama-t-il en levant l'index, prenant une mine de professeur sévère. "Tu penses qu'il suffit d'un seul jour pour réussir l'hélico-bitte? Et bien non, en un jour, tu peux... Je sais pas moi, peaufiner ton art pour faire du ventilo-bitte, mais certainement pas le zizicoptère. Cela nécessite des jours, des semaines, des mois, voire des années d'entraînement pour y arriver, et pour que le résultat soit sans appel. N'est pas champion de l'hélico-bitte qui veut!" déclara-t-il, toujours le doigt levé. "Ce n'est pas quelque chose qu'on prend à la légère!" ajouta-t-il ensuite, laissant paraître ses dents dans un sourire amusé. Il était heureux que quelqu'un le comprenne si bien, et lui réponde avec tant de cohérence. Autant le dire tout de suite, il avait flashé sur les capacités de Penny à le supporter. Le destin l'avait mis sur son chemin, c'était certain.

Puis, il décida de lui montrer ce pour quoi il était venu, mais échoua sans appel sans petit numéro. Tant pis, il n'aurait pas gagné de peluche à la fête foraine, cette fois-ci. Mais son interlocutrice se décida tout de même à applaudir copieusement le spectacle.

"Oh mais Potato, quand je le mets au régime, je ne le prive pas... Mais je le nourris croquette par croquette." expliqua-t-il. "Je t'explique. Je pose une croquette dans une gamelle; il vient la gober. Puis la croquette suivante je la mets dans une seconde gamelle, à l'autre bout de la pièce, ainsi il est obligé de marcher pour manger la suite. Puis je remets dans la première gamelle, et ainsi de suite... Ça lui fait faire du sport. Parce qu'il déteste le sport... En vérité, je n'ai jamais vu un chien courir si peu!" poursuivit-il. "Et oui, moi aussi ça me manquerait de montrer mes exploits..." souffla-t-il ensuite, dans un sourire joviale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Mar 19 Juin - 21:17)
Penny n’était pas très discrète, encore moins lorsqu’elle observait l’entrejambe de quelqu’un avec une certaine attention. Christian ne manqua pas de le remarquer alors qu’ils parlaient de mycoses des organes génitaux et la situation était plutôt comique et un peu gênante. Mais ce n’était pas cela qui allait faire fuir Penny, non, au contraire.

- Oh on dirait que t'as envie de voir de plus près?  
L’invitation, bien qu’il semblait plaisanter, était assez surprenante. Penny leva aussitôt le regard vers son visage, prit sur le fait, puis ses lèvres s’étendirent. Elle échappa un petit rire et haussa un sourcil.

- Qui sait ? On pourrait peut-être y trouver quelque chose d’intéressant… répliqua-t-il d’un ton faussement songeur. Elle était carrément amusée Penny. Elle s’imaginait des choses, et encore plus quand elle savait qu’il avait plusieurs gamins. Ce qu’elle dévisageait tantôt avait été particulièrement productif et comme elle était totalement inexpérimentée en la matière, elle se demandait comment il avait fait.
Après les mycoses, ce fut au tour des menstruations de faire leur entrée dans leur top discussion et la coupe menstruelles que les filles insérait à l’intérieur de leur vagin pour éviter le fluide de sang. Christian fit à nouveau sensation lorsqu’il lui demanda si elle avait déjà mesuré son vagin avec une règle.

- Non, ça va pas, ça ferait trop mal ! Mon gynécologue m’a simplement dit qu’il n’était pas trop profond… lui raconta-t-elle d’un ton absent.
Christian lui avait dit qu’il ne serait pas contre être dans le corps d’une femme au moins un jour et être enceinte afin de savoir ce que ça fait. Penny avait répliqué comme quoi elle aimerait bien aussi tester le corps d’un homme afin de faire l’hélicobite et s’amuser comme un dingue. C’était une ambition totalement stupide, mais elle le pensait sérieusement. Christian leva son index et la pointa du doigt. Elle loucha sur son doigt en se demandant ce qu’il se passait.
- Tu penses qu'il suffit d'un seul jour pour réussir l'hélico-bitte? Et bien non, en un jour, tu peux... Je sais pas moi, peaufiner ton art pour faire du ventilo-bitte, mais certainement pas le zizicoptère. Cela nécessite des jours, des semaines, des mois, voire des années d'entraînement pour y arriver, et pour que le résultat soit sans appel. N'est pas champion de l'hélico-bitte qui veut!  La mit-il en garde.
Penny posa ses mains sur sa bouche, désolée.
- Oh pardon, je ne savais pas ! Je ne sous estimerais plus jamais cet art martial sacré que seul de valeureux combattants peuvent réussir à manier à la perfection ! C’est difficile d’avoir un pénis en fait !
- Ce n'est pas quelque chose qu'on prend à la légère!
- Non, pardon !
Elle avait joint ses mains l’une dans l’autre en guise de supplication, oubliant presque la boite de tampons qu’elle avait coincé sous son coude. Mais c’était drôle. Au moins avec lui, on pouvait parler de tout et n’importe quoi, même au beau milieu d’un supermarché. Elle n’avait honte de rien.

Christian fit une figure assez étrange avec sa bouteille de ketchup et Penny s’émerveilla à nouveau. Puis il lui expliqua la manière dont il nourrissait son chien et qui était, une fois de plus, des plus atypiques. Penny eut un sourire en coin et elle secoua doucement la tête.

- C’est astucieux, reconnut-elle. Tu es sûr que ça fonctionne ?

Elle rit.

- Tu n’as jamais pensé à travailler dans un cirque ? Demanda-t-elle à la fois en plaisantant et à la fois sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Sam 23 Juin - 14:54)
Penny plaisait à Christian, parce qu'elle était, en quelques sortes, comme lui. Elle se fichait de ce que les autres pourraient dire d'elle, dans cette situation, d'autant que c'était des inconnus, alors pourquoi s'en formaliser? Ils ne leur faisaient aucun mal, si ce n'était que leurs pauvres petites oreilles auraient à supporter une discussion sur des sujets classés tabou par la société actuelle. Ils s'en remettraient très certainement, les pauvres.
Il sous-entendit qu'elle désirait peut-être voir sa bête de plus prêt, ce à quoi elle répondit sur un ton amusé et faussement songeur qu'elle y trouverait peut-être quelque chose d'intéressant. "Oh, si tu penses à des champignons ou un élevage quelconque, non... Tu trouveras plus rien, je suis guéri depuis longtemps. Et heureusement, parce que j'avais envie de me la couper tellement ça grattait. Et je pense que ça n'aurait été clairement pas simple de la couper... Et puis, ça aurait été dommage. Elle a bien servi, mais on peut pas vivre sans pisser, donc... Un bon ustensile est de rigueur." Il fit un petit clin d'oeil complice à son interlocutrice, tandis que leur conversation bifurquait sur les règles et toutes sortes de festivités.

"Ah ouais, une règle ça ferait mal? Même un truc en plastique super doux?" demanda-t-il ensuite, sur un ton réellement songeur. "Elle t'a dit jusqu'à combien ça pouvait rentrer là-dedans, ta gynéco? Bon de toute façon, les parois sont extensibles!" déclara-t-il ensuite, en riant. Il n'avait aucun tabou, ce Christian, pour le plus grand malheur de sa famille. Heureusement, il savait rester sérieux et digne lorsque faire se devait, sinon, il n'aurait jamais pu élever ses enfants avec responsabilité. Etant à présent un père célibataire depuis trois ans, il lui fallait courage, autorité et écoute pour parvenir à faire cohabiter tout ce monde dans le calme et la joie. C'était ce qui comptait le plus pour lui, dans la vie, le bonheur de sa famille. Il se mettait toujours en second plan, par rapport à sa progéniture.


"Oui, parfait! Ne sous-estimes pas cet art ancestral! Peut-être qu'un jour, tu auras l'honneur de voir un cours par un virtuose de l'hélico-bitte! "s'exclama-t-il, prenant un air fier, indiquant qu'il parlait de lui-même, en évoquant ce professeur, avant de reprendre, fortement. "Mais tu n'es pas équipée, pour l'instant, chevalier."

Il lui envoya un sourire, et la discussion reprit de plus bel, cette fois-ci à propos de son chien. "Je pense que ça peut fonctionner... Au moins, ça le fera bouger!" s'exclama-t-il. Et Penny lui demanda alors s'il n'avait jamais songé à travailler dans un cirque. Il haussa les sourcils. "Un cirque? Non, pourquoi?" demanda-t-il sérieusement. "Mais on pourrait créer un numéro tous les deux!" ajouta-t-il ensuite aussi rapidement que possible, un immense sourire lui venant aux lèvres. Il ne fallait jamais, JAMAIS lui donner des idées. "Si tu me fais un beau costume et un beau décor, on peut faire un spectacle!" déclara-t-il. "Un jour, j'ai voulu construire un bateau géant en papier, mais il a pas tenu.... Tu sais un bateau en papier mais en taille x1000000000. Pour qu'on se mette dedans pour manger des cochonneries. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Ven 29 Juin - 19:47)
Penny avait du mal à ne pas rire. Même si leur conversation était très sérieuse, elle était tellement décalée qu’elle se plaisait à l’avoir. Enfin quelqu’un qui sortait de l’ordinaire ! Enfin quelqu’un avec qui elle pouvait parler de n’importe quoi sans qu’elle puisse avoir une réaction honteuse en face d’elle, quelqu’un qui n’avait pas froid aux yeux, comme elle. Penny était jugée comme étrange en général, mais Christian avait du niveau lui aussi à ses côtés.
Ils parlaient tout naturellement de mycoses en tout genre. Christian avait fait l’aveux qu’il en avait eu lui mais qu’heureusement, il avait guéri depuis longtemps déjà. Penny haussa les sourcils, et accusa la nouvelle comme si c’était la meilleure chose qu’on ait pu lui raconter ces derniers mois. Il était certain que personne de son entourage lui dirait une chose pareille. Il imagina le temps d’un instant sa mère lui dire la même chose et elle ne réprima pas le rire qui vint lui sauter à la gorge. Son père non plus ne lui dirait pas cela, même s’il était vachement plus cool et détendu que son hystérique de maman.

- Et heureusement, parce que j'avais envie de me la couper tellement ça grattait. Et je pense que ça n'aurait été clairement pas simple de la couper... Et puis, ça aurait été dommage. Elle a bien servi, mais on peut pas vivre sans pisser, donc... Un bon ustensile est de rigueur. Avait ajouté Christian.
Elle eut un nouveau regard sur l’entrejambe de son interlocuteur et elle releva les yeux vers son visage, un sourcil arqué.
- Moui, à ce qu’il paraît, en effet… je ne suis pas un homme, mais je crois comprendre que c’est très précieux cette bête là…

Après les bijoux de famille de Christian, ce fut au tour de ceux de Penny qui alimenta leur conversation déjà bien riche. Après tout, tout était parti de ça, puisqu’elle avait ses menstruations et que Christian l’avait aussitôt remarqué. Chirstian s’étonna qu’elle n’ait pas mesuré la taille de son vagin et quand elle lui avait dit que ça ferait quand même mal, il eut à nouveau une expression de surprise puisqu’il lui demanda si ça n’aurait pas pu être amélioré avec une en plastique. Penny eut un petit rire et secoua les épaules.

- Même si c’était possible d’insérer un truc pareil, je doute réussir à mesurer. Je ne vois pas le bout après tout.

C’était son médecin, spécialiste en la matière, qui avait pu lui donner une idée de la taille de sa cave corporelle.
- Elle t'a dit jusqu'à combien ça pouvait rentrer là-dedans, ta gynéco? Bon de toute façon, les parois sont extensibles!
Penny soupira.
- Eh non ! Mais oui en effet, c’est comme un élastique alors, du moment que ça ne transperce pas, ça importe peu. Pourquoi tu veux savoir ça ?

Puis Christian lui somma de ne pas sous estimer « l’art ancestral » qu’était l’hélico bite. Penny ferma les yeux et joignit ses mains.

- Promis ô grand maître !
- Mais tu n'es pas équipée, pour l'instant, chevalier, ajouta Christian, toujours dans son rôle.
Il redressa la tête et l’interrogea du regard.
- Pour l’instant ? Je doute que ça soit le cas un jour.

Si seulement… mais non, elle ne connaître jamais la joie d’avoir un pénis un jour dans sa vie. Elle était née fille, elle mourra fille, tel était son destin.
Puis ils parlèrent du chien de Christian, et après qu’il lui ait fait un petit numéro avec sa bouteille de ketchup, Penny lui avait demandé s’il avait pensé à entrer dans un cirque. Cela semblait l’étonner, mais il se mit à réfléchir sur la question et suggéra même de faire un numéro ensemble. Penny remarqua le sourire qui lui sauta aux lèvres et cela ne fit que la ravir.

- Si tu me fais un beau costume et un beau décor, on peut faire un spectacle!  
Elle secoua les épaules.
- Pourquoi pas après tout ?

Christian lui confia qu’il avait un jour faire le rêve de construire un bateau en papier géant, de la tailel d’un vrai, afin de pouvoir manger dedans. C’était une ambition tellement absurde que cela plu à la jeune femme.

- Ah ouais ? J’aime bien, c’est original comme idée. Mais je doute que ça tienne, en effet… A moins de passer de nombreuses couche de papier, et encore…

Elle battit des paupières, puis :

- Mais avoir un bateau ça serait cool… ajouta-t-il l’expression rêveuse.

@Christian Kelley
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - (Sam 14 Juil - 11:26)
"C'est même très précieux!" s'exclama-t-il, en levant de nouveau l'index, dans le style d'un professeur donnant de nombreuses informations à ses élèves. "Pour la survie de l'espèce humaine, il faut qu'il soit en état de marche!" ajouta-t-il ensuite, avec un léger sourire malicieux et taquin, avant que la discussion ne bifurque sur un sujet encore plus gênant. Du moins, il l'était pour des oreilles extérieurs, car Christian n'avait aucun mal à parler de cela. C'était son corps, le corps humain qui était ainsi fait, et il n'y avait rien de honteux là-dedans.
Penny lui expliqua que dans tous les cas, elle ne serait jamais parvenu à mesurer avec certitude la profondeur de son vagin. Le trentenaire haussa simplement les épaules lorsqu'elle lui demanda quelle était la raison de son questionnement.
"Je sais pas, comme ça. Cette information pourrait servir. Je ne sais pas encore pour quoi faire, mais sait-on jamais. De toute façon, plus on récolte d'informations sur l'autre, mieux c'est, n'est-ce pas? On est en train de faire connaissance là, tout simplement." répondit-il finalement, toujours avec le sourire, tandis que de nouveau, le sujet changea pour rester dans ceux sous la ceinture.

"Oh tu ne sais jamais ce qui peut arriver!"
s'exclama-t-elle alors qu'elle indiquait douter qu'un jour ou l'autre elle puisse avoir les outils pour réussir un parfait hélico-bitte. "Mais c'est vrai que ce serait plutôt compliqué... Et je pense que je te préfère sans."déclara-t-il finalement, hochant de la tête et la regardant de haut en bas puis de bas en haut, avec intérêt et sympathie. Si Phoebe était là, elle serait très certainement morte de honte à voir son grand-frère se comporter de la sorte auprès de la demoiselle, qui n'était autre que sa colocataire.

Il lui proposa de joindre leurs forces et leurs idées pour organiser un spectacle. "Oui! Avec mes enfants, on pourrait faire comme un spectacle de fin d'année à l'école, mais en beaucoup mieux!" s'exclama-t-il, jovial. Il n'avait aucune idée de ce qu'ils pourraient faire, et cette pensée allait très certainement disparaître au bout de quelques jours, mais en attendant, son cerveau fulminerait.

Il sourit de nouveau, expliquant son idée de bateau en papier géant.
"Oui, c'est difficile à faire tenir, il faudrait un carton assez épais... Mais c'est dur à plier, ce serait plutôt collé." expliqua-t-il, haussant les épaules à son tour.
"Tu veux dire un vrai bateau?" demanda-t-il, levant les sourcils. "C'est vrai que c'est agréable!" ajouta-t-il triturant sa bouteille de ketchup entre ses doigts. "Hum.... Mon frère Drew est pété de fric. Peut-être que si je lui demande gentiment, il pourrait nous louer un bateau vachement sympa pour quelques temps!" s'exclama-t-il, heureux de son idée. Même s'il n'était pas certain que l'autre accepterait... Il n'avait jamais connu Andrew particulièrement chaleureux envers lui...Mais c'était son frère, et il l'aimait sincèrement, alors... Un petit cadeau?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma



(christian) you spin me round Empty
Re: (christian) you spin me round - ()
Revenir en haut Aller en bas
(christian) you spin me round
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers: