AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

(Avoli) hello stranger boy...

carpe diem › je suis un audacieux
Olivia Bennett
carpe diem › je suis un audacieux


Who you are
› posts : 973
› faceclaim : Lizzie Olsen(calvaries)
› multinick : Svetlana
› âge : 32 ans (25/12)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : i am open !
répertoire :

http://www.thegreatperhaps.org/t9356-olivia-and-i-don-t-want-to- http://www.thegreatperhaps.org/t9363-olivia-on-croit-en-l-amour-qu-une-semaine-sur-deux

(Avoli) hello stranger boy...  Empty
(Avoli) hello stranger boy...  EmptyMer 27 Fév - 1:02

Hello stranger boy
EXORDIUM.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J’aurai pu rester des mois en Afrique si je n’avais pas reçu un certain coup de fil. Catherine ma meilleure amie m’avait appelé à l’aide. Son fiancé avait rompu tout accord tacite avec elle et ainsi le mariage était tombé à l’eau. j’aurai dû me rejouir mais c’était avant d’entendre ces putains de mots. « J’étais amoureuse. » God damn, Catherine. Je soupirai avant de boucler ma valise. J’aimais ma vie sur le continent, je ne voulais pas retrouver la civilisation moderne. Je ne voulais pas recroiser certains visages, me familiariser à nouveau avec les smartphones, les ordinateurs. Devoir faire des efforts pour sortir et délaisser mes tenues d’hopital pour des robes de cocktail et ainsi chercher un meilleur parti à la jeune demoiselle. Elle avait plus de trente ans et devait se marier. Que devais-je dire ? Affalées sur mon canapé, je l’écoutai se morfondre sur ce prétendu fiancé que je n’avais jamais vu. Je l’écoutai d’une oreille avant de me remuer. « Allez hop, on sort. On va se bourrer la gueule et pour une fois, tu te comporteras comme une fille indécente. » Je lui jetai une boite de capotes au visage avant d’aller enfiler ma robe rouge moulante. Ou la robe « bombe atomique » comme elle l’avait surnommé. Et dire que c’était son cadeau. La brune et la blonde. Nous n’avons jamais été aussi opposées. Elle avec son port de tête génial, sa tenue exemplaire et moi qui ne jurai que par mon cheval et par la bière. On me reprochait souvent mon manque de classe mais je n’en avais rien à faire. J’avais laissé mes cheveux blonds détachés avant de fixer la paire de talons qu’elle me tendit. Oh fuck no. Je déteste ces assassins pédestres. Je fis la grimace avant de les mettre de bonne grâce pour la suivre. Avec elle, je ne conduisais jamais. Et je ne payais jamais rien. Je soupirai avant de laisser ma tête aller le long de la vitre pour discerner l’enseigne du Daisy. « Stoppez-vous la. Nous allons boire ici. » Bon ce n’était pas vraiment l’endroit chicos où elle avait l’habitude d’aller mais je m’en fichai. Il y avait toujours du beau monde et une ambiance de folie. Puis, je voulais revoir la bouille d’Avery à qui je n’avais pas parlé depuis deux mois et demi. La dernière fois, j’étais encore brune et je venais de me faire larguer. J’entrai dans le bar pour voir qu’il était plein à craquer. Like usual. J’esquissai un sourire avant de prendre la main de mon amie pour l’emmener jusqu’au bar. Puis là, je repérai le meilleur parti avant de lui faire le bon vieux coup classique. « Salut, je te présente Catherine » Et avant que cette dernière ne puisse objecter je disparus dans la foule pour aller jusqu’au bureau du gérant. Bon, il devait pas se souvenir de moi mais j’avais le cœur à m’amuser un peu. Je me mis sur le côté avant de sourire alors qu’il était dans son bureau, à l’abri. « Hello stranger, alors on se cache de la foule ? » Je lui fis un petit sourire bien moins séducteur que celui que j’aurai aimé aborer. « C’est Olivia, je ne sais pas si tu te souviens de moi. La mariée larguée devant l’autel. » paye ton entrée en matière. Je vis Catherine au loin qui se dépatouillait avec le mec qui tentait de la charmer. « bon t’as l’air occupé, je vais sauver ma copine d’un abordage foireux avant qu’elle ne coule à pic comme le Titanic. » Puis tel le soleil, j’en vins à m’éclipser pour voguer dans la foule. Tel un canot de sauvetage à l’abandon.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

O CAPITAINE MON CAPITAINE
Ô Capitaine ! mon Capitaine ! fini notre effrayant voyage, le bateau a tous écueils franchis, le prix que nous quêtions est gagné, proche est le port, j'entends les cloches, tout le monde qui exulte, en suivant des yeux la ferme carène, l'audacieux et farouche navire ; Mais ô cœur ! cœur ! cœur ! Oh ! les gouttes rouges qui lentement tombent sur le pont où gît mon Capitaine, étendu mort et glacé.
Revenir en haut Aller en bas
(Avoli) hello stranger boy...

Sauter vers: