AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-23%
Le deal à ne pas rater :
-300€ sur ce PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
999 € 1299 €
Voir le deal

(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 2:29)

ella blake
There’s a shadow hanging over me.

Nom blake, le nom de son père, simple, efficace, elle y tient à ce nom, parce que son père, c'était son héros. Prénom(s) ella, pas compliqué non plus, c'est même pas un diminutif, c'est juste son prénom et elle l'aime bien ; elle aime qu'il soit court, qu'il soit simple. Âge vingt-cinq ans, le quart de siècle et déjà le poids du monde sur ses épaules, c'est ce qu'elle pense en tout cas. Naissance le 20 janvier 1994, c'était l'été en Nouvelle Zélande, le pays dans lequel elle est née. Une belle journée pour une belle petite fille. C'est à Wellington qu'elle est née, Ella. Nationalité Néo-Zélandaise, pure souche, elle est née et a grandi dans ce pays, elle a souvent rêvé d'ailleurs, mais elle est toujours resté, parce qu'ici, c'est la maison, après tout. Origines Néo-Zélandaises, ce n'est pas très exotique, mais sans doute qu'il y a plus de sang anglais dans ses veines que maori, la faute de la colonisation. Statut civil en couple, un désastre auquel elle s'accroche la brune. Ils se font du mal Oz et Ella, ils sont coincés dans cette prison qu'ils se sont construit, elle ne cherche même pas à fuir, peut-être persuadée qu'elle le mérite, son désastre. Orientation sexuelle bisexuelle, libérée des préjugés et des regards de travers, elle s'assume la brune et lève les yeux au ciel devant ceux qui se permettent de juger qui est-ce qu'elle est censée aimer. Occupation vétérinaire, elle a obtenu son diplôme il y a environ un an, elle était à deux doigts d'abandonner quand elle est tombée enceinte, en se disant qu'elle n'aurait de toute façon pas de boulot après et que se concentrer sur son bébé, c'était le plus important. Finalement, on l'a convaincue de continuer, elle a trouvé un job et elle s'y accroche la brune, c'est la seule chose bien qu'elle ait dans sa vie ces derniers temps.Argent classe moyenne, elle gagne un peu mieux sa vie maintenant qu'elle a terminé ses études, avant, elle avait ses stages et elle faisait du soutien scolaire, ici et là, ça aidait à compléter un peu le salaire d'Oz. Caractère douce, sensible, altruiste, dynamique, sociale, ambitieuse, déterminée, empathique, une fille gentille, avec un sourire d'ange qui se donne les moyens de réussir. C'était ce qu'on disait d'elle avant. Depuis qu'elle a perdu son fils, elle est brisée, froide, pessimiste, colérique, explosive, blessante, avec Oz plus qu'avec les autres. Elle perd facilement patience, elle est souvent inattentive à ce qu'on peut lui dire, le regard dans le vide, les pensées ailleurs. Elle a besoin de se recentrer, de se concentrer, c'est pour ça qu'il n'y a que lorsqu'elle bosse qu'elle arrive à bien gérer, le reste du temps, on a souvent l'impression qu'elle est à l'ouest, pas vraiment là, ou juste agacée au moindre truc. Elle essaie de faire mieux, Ella, mais c'est trop dur, elle est malheureuse, elle n'arrive pas à lutter contre la peine. Groupe control freaks, avec ce besoin de tout garder sous contrôle qui lui vient aussi de la mort de son fils, avant elle était souple, maintenant, elle planifie, elle gère, elle ne laisse rien au hasard, le hasard l'angoisse, la rend folle, la fait exploser. The Fortune Teller libre, j'aime faire souffrir mes persos et j'assume. Avatar natalia dyer. (copyright:️️️️tumblr)

Yesterday love was such an easy game to play.
(un) Ses parents se sont séparés quand elle était jeune ; sa mère ayant rencontré un autre homme, elle est partie en la laissant avec son père. Son père, c'était son héros. Celui qu'elle voulait rendre fière Ella. Ils étaient proches tous les deux. Son père, il est mort quand elle avait seize ans. Il était pompier, il est mort dans l'exercice de ses fonctions. (deux) après la mort de son père, elle est allée vivre chez sa mère et son beau-père. Ce dernier ayant déjà un fils, elle se sentait moins seul. Mais elle ne s'entendait pas avec sa mère. Elle était tout ce qu'elle ne voulait pas être Ella. Une femme superficielle, qu'elle trouvait idiote. Elle lui en voulait pour l'avoir abandonnée, elle lui en voulait pour la mère de son père. Sa mère, elle a tout accepté, elle a fait preuve d'une patience en or, elle a pris coup sur coup et ce n'était pas qu'elle était idiote, c'était qu'elle voulait la laisser se défouler, qu'elle voulait l'aider à aller mieux, il lui aura fallu des années à Ella avant de comprendre ça et de tout pardonner à sa mère. (trois) elle a un petit frère né en 2010, Andy. Le fils de sa mère et de son beau-père. Elle l'adore ce gosse, elle était déjà grande quand il est né et même s'ils n'ont pas grand chose en commun, qu'elle a plus l'air d'être sa tante que sa sœur, Ella, elle l'adore ce gosse. Il est son petit rayon de soleil et ces derniers temps, elle a vraiment besoin de soleil dans sa vie. (quatre) étudiante brillante, Ella, ça a toujours été l'une des meilleurs de sa classe. Elle était attentive, motivée, pas une fille populaire, pas une victime non plus. Juste une fille sérieuse qui savait ce qu'elle voulait dans la vie. Plus jeune, elle voulait être médecin, finalement, les animaux ont gagné son cœur, elle a fait une école de vétérinaire et elle exerce depuis peu dans une clinique de Wellington. Son métier, c'est le seul truc bien de sa vie, le seul truc qui la motive. Ses patients ont plus de sourire de sa part que son petit ami. Plus de mots doux, aussi, à croire qu'elle gère mieux les animaux que les humains. (cinq) avoir des enfants, c'était un rêve pour elle. Elle a toujours cru qu'elle aurait une vie simple, normale, banale. Elle pensait rencontrer un type bien, un homme qu'elle aimerait. Elle pensait qu'elle se marierait, qu'ils auraient des enfants et qu'ils seraient au heureux pour toujours. Elle avait été naïve Ella. Elle a rencontré l'homme, elle l'a aimé. Ils ont eu un bébé, il a vécu cinq mois. Il y a toujours Oz, mais l'amour, elle ne sait plus. Elle se dit qu'on ne peut plus aimer de toute façon, quand on a plus de cœur et le sien, il a volé en éclats au moment où le celui de son fils s'est arrêté de battre. (six) elle est dépressive Ella. Elle voit un psy, elle prend des antidépresseurs, ça l'aide un peu, ça lui permet de garder le contrôle sur sa vie. Elle prend des somnifères pour dormir aussi, elle ne mange pas beaucoup, alors elle prend aussi des compléments alimentaires. Y a des flacons de pilules plein son armoire à pharmacie. Ça l'aide à tenir le coup, sans ces traitements, elle se serait flinguée, elle croit Ella. (sept) Parfois, la douleur physique ça aide, alors elle se fait du mal Ella. Discrètement, ça passe par le sport, trop de sport, des courses qui poussent son cœur à bout, de trop longues minutes en apnées dans le bain, les ongles qui s'enfoncent dans la peau, qui la gratte parfois jusqu'au sang. Rien de bien grave, pas de scarifications, pourtant, il lui suffirait de prendre un scalpel au cabinet. Avec Ella, c'est plus discret, c'est plus secret. C'est moral aussi,  c'est sa relation avec Oz, ce qu'elle lui dit, ce qu'il lui dit, tant de blessures causées par des mots plus aiguisés que n'importe quelle lame, ça fait mal et bizarrement, ça fait du bien. (huit) petite, chétive, fragile, c'est l'impression qu'elle donne et qu'elle a toujours donné Ella. Elle ne se laisse pourtant pas faire, elle sait se battre, elle sait se défendre, elle a pris des cours pour ça quand elle était plus jeune. Elle n'est pas une gamine sans défense, pas une proie facile, elle s'est toujours voulu forte et résistante, elle ne savait pas à quoi allait ressembler sa vie, parce qu'elle voit bien aujourd'hui, qu'elle n'est ni forte, ni résistante, mais juste une poupée brisée. (neuf) elle se ronge les ongles, les peaux autour des doigts, à s'en faire saigner. L'expression du stress depuis qu'elle est jeune, poussé à l'extrême ces derniers temps. Elle se met à envier sa mère et ses manucure parfaite. Elle se met à envier son physique impeccable, ses formes bien placées, son brushing impeccable, son maquillage parfait, sa peau rosée, le sourire qui n'a jamais quitté ses lèvres. Elle, elle est pâle, elle est mince, elle ne prend plus le temps de cacher les cernes sur son visage, elle ne supporte plus son image dans le miroir alors elle ne se maquille plus beaucoup. Se maquiller pour quoi de toute façon, pour qui ? Elle voudrait être aussi superficielle que sa mère, à ne pas se poser ce genre de questions, à juste vouloir être belle et plaire. (en vrac) elle chantait sous la douche, maintenant elle voudrait s'y noyer elle aime la vieille musique, les beatles notamment, qu'elle écoutait avec son père, dans les trucs plus récent, elle est fan d'imagine dragons elle voudrait des animaux, pour compenser sa peine, son besoin d'amour, y a Bowie, le pitbull, mais elle voudrait un chat Ella sa mère l'appelle Ellie Honey, pour la rime, elle déteste ça prudente au volant, elle ne dépasse jamais les limitations de vitesse sans avoir peur du feu en tant que d'elle, elle à très peur qu'un incendie se déclare chez elle, elle débranche toujours les appareils d’électroménager avant de partir et d'aller se coucher une vraie pro du bowling elle ne boit pas beaucoup d'alcool, elle ne le tient pas c'est une excellente cuisinière elle adore les thrillers et les films d'horreur elle lit beaucoup, des revues scientifiques, des romans, un peu de tout elle est fan des disney, les vieux classiques, c'est son truc elle aime passer des soirées tranquilles devant un film ou une série, plaid sur les genoux et un chocolat chaud entre les mains. elle rêve de visiter le sud de la France, les jolis coins de Provence, le chant des cigales, la lavande, ça lui donne envie vérifie toujours au moins trois fois que la porte d'entrée est bien fermée avant de partir elle gère sa vie grâce à un bullet journal, tenu à la perfection et aux post-il accrochés sur le frigo allergiques aux fruits de mer et aux piqûres de guêpes elle sait jouer du violon.

Pseudo/Prénom sweet poison, anaïs,  comme d'hab, ça change pas  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 41734297  Âge 26 ans, comme en témoigne mon répertoire musical des années 2000 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742 . Pays france, bientôt je quitterai mon centre pour l'île de france, j'en souffre  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 1846787581 . Connexion je me connecte après demain, mais attention, ça change selon si on le dit à la fin du mois. regardez kaamelott si vous comprenez pas, bande d'incultes  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 1557557204 Où as-tu connu le forum? à Ibiza, super DJ  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3810423794 . Personnage pré-lien d'@Oz Bertram, le magicien (srlsy, celle là, elle est plus vieille que moi (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742) Dernière bafouille c'est mon compte instagram, juste pour vous montrer mon bébé chat, parce qu'il est TROOOOP CUTE  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 107302656 Perceval de son petit nom, merci @Selina Acker pour l'inspi  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 1646603530 (le petit roux), le tigré, c'est Yoda  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3810423794 Admirez  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 1646603530 et bonne nuit  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3125347649
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 2:30)


15 mars 2010 (16 ans).
« Miss Blake, vous êtes attendue dans le bureau du directeur. » L’adolescente ne comprenait pas. Elle était sage, discipliné, elle n’avait rien fait pour qu’on la convoque comme ça. D’un coup, l’angoisse était montée en flèche. Qu’est-ce qu’il allait dire son père si elle se faisait punir ? C’était quelqu’un de bien son père, il faisait de son mieux pour élever ses trois gamins depuis que sa femme s’était barrée avec un autre type. Il voulait ce qu’il y avait de mieux pour ses enfants, il croyait en elle et elle ne voulait pas le décevoir. Elle s’était levée de sa chaise, un peu hésitante, ignorant les ricanements dans son dos, ses camarades qui se moquaient d’elle, de la sainte Ella, qui avait fait une connerie. Ce n’était pas drôle, peut-être que ça les gênait qu’elle soit trop sage, mais elle, elle le vivait bien. Elle n’avait rien fait. Qu’est-ce qu’on lui voulait. A peine arrivée dans le bureau, elle vit sa mère, ses beaux cheveux blonds retombant sur ses épaules dans un brushing parfait, ce maquillage impeccable, digne de la femme au foyer parfaite qu’elle était devenue avec cet autre type, qu’est-ce qu’elle faisait là. « Ellie chérie, viens t’asseoir. » Ça faisait des années qu’elle ne l’avait pas entendu l’appeler comme ça. Quelque chose n’allait pas. Elle s’installa sur la chaise, en face du directeur, sa mère lui attrapa la main d’un geste tendre qui ne lui ressemblait pas. « C’est ton père, il y a eu un incendie et … » Elle hésita, pourtant, c’était facile de comprendre. Son père était pompier. Son père n’était pas là. « Il a été gravement brûlé, il a été transporté à l’hôpital, mais il n’a pas survécu, je suis désolée. » Elle resta muette, la petite brune. Son père était mort, c’était ce qu’elle lui disait. Ce n’était pas possible. Qu’est-ce qu’elle allait devenir sans don père. Non, il allait rentrer à la maison. Il fallait qu’elle y soit aussi, pour l’accueillir et le serrer dans ses bras. Parce que c’était son père et qu’elle tenait à lui. « Faut que je rentre à la maison. » Sans un mot de plus, elle quitta le bureau, n’entendant même plus les voix autour d’elle. Elle allait rentrer et retrouver son père. Elle en était certaine et pourtant, elle passa des heures en silence, à attendre sur le canapé, à surveiller cette porte que son père ne passa jamais.

2016 (22 ans).
Pendant des années, elle avait détesté sa mère et son beau-père, Ella. Il n’y avait que son demi-frère qui semblait la comprendre dans cette famille. Il ne partageait pas le même sang, mais ils avaient passé pas mal de temps à se moquer de leurs parents tous les deux. Il l’avait aidée, quand elle avait dû s’installer avec eux, après la mort de son père. Elle se souvenait encore de leurs regards quand sept ans plus tôt, ils leur avaient annoncé qu’ils allaient avoir un bébé. Le soir, au lieu de dormir, ils avaient essayé de deviner ce que ça allait donner, un bébé avec ces deux personnes. Les années passant, Ella, elle avait fini par se dire que le mieux, c’était qu’ils soient heureux tous les deux. Maintenant elle avait un petit frère. Six ans et demi et déjà plein de choses à raconter. Elle avait pris l’habitude d’aller le chercher à l’école, après les cours, quand elle en avait l’occasion, quand elle ne travaillait pas. Au début, son seul intérêt, ça avait été son frère, Andy. Maintenant, c’était différent. Y avait ce prof qu’elle trouvait pas mal. Ses copines à la fac lui avait dit d’y aller cash, de l’inviter à boire un verre. Elle n’osait pas, pourtant, elle n’était pas la mère d’Andy, juste ça sœur, alors ce n’était pas censé poser problème. Elle avait peur de se faire rembarrer, de passer pour une idiote. Mais ça faisait des mois qu’elle venait, qu’elle lui lançait des coups d’œil plus ou mois furtifs. Ce soir, elle avait décidé qu’elle se lancerait. Elle s’était avancée, nerveusement. « Salut. » Elle avait esquissé un sourire, avant de se dire qu’elle était idiote, salut, c’était nul comme approche, en même temps, qu’est-ce qu’elle pouvait dire d’autre. « Euh, je suis la grande-sœur d’Andy. Andy Miller. Demi-sœur en fait, ma mère s’est remariée … Bref, je m’appelle Ella et je me disais qu’on pourrait peut-être aller boire un verre, un de ces quatre, ou un café, si tu veux, un de ces quatre. » C’était nul, mais c’était dit. « Enchanté, Ella, moi c’est Oz et un café, c’est une bonne idée. » Elle sourit de plus belle, la brune, d’un air idiot dans doute, contente d’avoir enfin pris son courage à deux mains. « Cool. » Encore nulle comme réponse. Elle lui dicta son numéro de téléphone, avant que son frère vienne la tirer par le bras. « Ella, faut rentrer ! Je vais louper Pat’Patrouille ! » Elle soupira, alors que l’enseignant en face d’elle rigolait. « Désolée, c’est Pat’Patrouille, je suis sûre que tu comprends. » Il était prof en primaire, alors évidemment qu’il devait comprendre. Elle le salua une dernière fois avant de partir avec son fils, loin d’imaginer de l’histoire qui allait se dessiner entre elle et Oz.  

juin 2018 (24 ans).
Elle était enceinte. Une nouvelle qui aurait dû être belle, joyeuse. De quoi se réjouir. Oz il avait toujours vu les choses autrement. Oz, il avait tout gâché, depuis le début, depuis le jour où elle lui avait annoncé qu’elle était enceinte. Elle voulait des enfants Ella et peut-être qu’elle était encore jeune, quelle devrait envisager de finir ses études avant d’avoir un enfant, mais il était là ce bébé, dans son ventre, alors, ce n’était peut-être pas le bon moment, mais il allait venir ce bébé. Il allait venir, quoi que puisse en penser Oz. Quoi qu’il puisse se passer après. Elle n’était pas médecin Ella, elle était vétérinaire, ou presque. Un diplôme en poche, dont elle ne faisait pas grand-chose pour l’instant. Elle s’y connaissait quand même un peu en biologie, en santé, en maladies, en discours médicaux. Elle avait compris ce que le médecin avait dit. Elle était une scientifique, elle avait entendu les statistiques, elle avait compris. Elle avait entendu. 5% de chance de survie. Ce n’était qu’une statistique, un chiffre. Elle avait vu dans le regard du médecin qu’il baissait les bras. Elle l’avait vu dans les yeux d’Oz. Maintenant, il lui suggérait de mettre un terme à cette grossesse. Elle l’avait giflé, elle avait claqué la porte de la chambre et maintenant, elle était allongée dans le lit, à étouffer ses larmes dans un oreiller. Une IVG maintenant, ça réduisait les chances de survie à 0%, c’était absurde non ? 5% ce n’était pas beaucoup, mais c’était 5%. Il avait ses chances. Elle ne pouvait pas renoncer à ces 5% de chance Ella. Elle voulait croire qu’il allait s’en sortir, parce que c’était son bébé. Les autres pouvaient baisser les bras s’ils le voulaient, ils pouvaient s’avouer vaincu, ne croire en rien. Elle, elle allait se battre. Elle avait cette petite vie en elle, elle allait faire tout ce qu’il fallait pour qu’il s’en sorte. S’il fallait qu’elle change de régime alimentaire, qu’elle reste alitée jusqu’à la fin de sa grossesse, qu’elle prie sans relâche jour et nuit, elle le ferait. On pourrait même lui dire d’aller assassiner quelqu’un pour que son bébé s’en sorte, elle le ferait sans hésiter. Elle allait se battre pour lui, puisqu’elle était la seule à y croire. Tout irait mieux, qu’elle essayait de se convaincre alors qu’elle pleurait à chaude larme au fond du lit, sa main posée sur son ventre arrondit, comme cherchant à rassurer ce petit bout de vie en elle.

novembre 2018 (24 ans).
Il était là son bébé. Si petit si fragile. L’accouchement avait été une véritable torture. On lui avait dit qu’il fallait qu’elle se prépare à l’éventualité qu’il soit mort-né. Elle s’y était préparée et ça avait rendu chaque contraction encore plus douloureuse, plus insoutenable. Elle avait tout donné Ella et au moment où elle avait entendu les pleurs de son fils, elle avait ressenti un infini soulagement. Ils avaient combattu une première statistique. On lui avait prédit un bébé qui ne vivrait pas assez longtemps pour prendre sa première bouffée d’air, mais il était là, dans ses bras, sa peau contre la sienne. C’était magique et elle n’avait déjà d’yeux que pour lui Ella. Il était beau, parfait et en cet instant, elle était persuadée qu’il aurait une belle et longue vie, peu importait ce que les médecins pouvaient raconter. Ça avait duré quelques instants avant que les médecins ne reprennent l’enfant, précisant qu’il avait besoin de soins en vitesse. Elle avait voulu s’accrocher à lui, le garder dans ses bras, mais elle était trop faible la brune. Elle avait supplié qu’on lui rende son bébé, qu’il avait besoin de sa mère, elle avait pleuré comme une gamine capricieuse. Elle voulait le serrer contre elle, elle voulait sentir la chaleur de sa peau contre la sienne et son petit souffle effleurer son épiderme. Elle voulait le protéger, elle pouvait le faire, elle était sa mère. Il avait besoin d’elle et elle avait besoin de lui. Ils étaient partis avec son fils, on lui avait dit de se calmer et au bout d’un moment, elle n’avait même plus eu la force de résister, elle était tombée de sommeil, sans même savoir si elle aurait l’occasion de revoir son fils.

avril 2019 (25 ans).
Il était parti Harrison, son bébé, son trésor et elle avait l’impression qu’il ne lui restait plus rien à elle. Elle n’avait plus qu’un ménage aussi brisé que son cœur. De vieilles promesses qui n’avaient plus de ses aujourd’hui, des mots d’amour qu’elle n’avait plus entendu depuis des lustres et qu’elle n’arrivait plus à prononcer. Ce qui lui restait à Ella, c’était sa peine, cette douleur lancinante au fond de son cœur. Une douleur qui ne dormait jamais, malgré les anti-dépresseurs qu’elle prenait. Parfois, elle regardait le flacon, avec l’envie de l’avaler en entier, avec une bouteille d’alcool pour s’assurer qu’elle s’endorme, une bonne fois pour toute, qu’elle ne se réveille pas, qu’elle retrouve son fils, parce que sa place était à ses côtés. Elle résistait Ella. Attachée à sa vie comme à sa douleur, comme si elle la méritait. C’était de la faute d’Oz, qu’elle répétait sans cesse. C’était ses gènes, sa maladie. Mais c’était elle la mère, elle qui l’avait portée, elle qui n’avait pas su contrebalancer les choses. Elle qui n’avait pas eu le bon gène pour venir inhiber celui maudit d’Oz. Elle qui avait été pleine d’espoir. Est-ce qu’il avait eu raison Oz ? Elle aurait dû avorter, condamné cette vie sans même lui avoir laissé une chance ? Est-ce que ça aurait été plus facile, moins douloureux ? Cinq mois c’était trop court, mais c’était mieux que rien. Cinq mois, ça avait été un peu de bonheur, beaucoup de malheur. Cinq mois, ça avait suffit pour qu’elle croit qu’ils avaient réussi, qu’ils tenaient le bon bout, qu’il allait s’en sortir. Cinq mois de naïveté. Elle était une gamine idiote Ella, enjouée, optimiste, elle croyait en la vie. C’était fini maintenant. Elle avait y avait cru à s’en briser le cœur. Elle s’était battue de toute ses forces, elle avait tout donné et maintenant, elle n’avait plus rien. Certains diraient qu’elle avait Oz, mais c’était fini. Ils n’avaient pas résisté à cette tragédie. Ils se faisaient du mal tous les deux et pourtant, ils restaient ensemble, désireux de souffrir un peu plus. Elle le blessait pour qu’il la blesse en retour, elle s’acharnait sur lui parce qu’elle avait besoin de s’en prendre à quelqu’un et elle voulait qu’il lui renvoie la balle, qu’il s’énerve, qu’il la blesse, qu’il la frappe s’il le voulait, parce qu’elle était persuadée qu’elle ne méritait plus que ça la brune. Une vie de souffrance pour avoir échoué en tant que mère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 9:15)
Mais elle a carrément craqué la fille (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742
Oh la la, elle est belle Ella, Phee elle est trop contente de voir sa copine débarquer (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2954587517
T'es belle comme un bébé chat, comme d'habitude enfin c'est bizarre de te voir avec une fille (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3694128851
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 10:55)
la plus belleeee (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3160988860 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3160988860 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3160988860 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 1106308784  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2223749420  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2804261376  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 365303401  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 384161441  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2276012357 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 723394982  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 585086537  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3616918677  (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4012901349
j'suis si heureuse/déprimée d'avance (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2224896922 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3740144490

et ils sont trop mignons tes chaaats (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4207362787
Revenir en haut Aller en bas
Gabbie Eades
carpe diem › admin mimi comme une souris
Gabbie Eades
carpe diem › admin mimi comme une souris


Who you are
› posts : 1608
› faceclaim : dianna agron, ©cosmic light (avatar)
› multinick : raphaël (m. huisman), louise (z. deutch), evan (c. evans)
› âge : vingt-huit ans
Bad Karma


https://www.thegreatperhaps.org/t4920-i-just-wanna-feel-something

(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 11:16)
la faiblesse, sérieux (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742
mais t'es canon, comme toujours. (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4207362787 hâte de découvrir ella. (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2227089788
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 13:21)
t'es faible, mais t'es belle (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 843243092 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 843243092 (j'aime trop ton kit btw (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4135354924)
percevaaaal (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4207362787 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4207362787 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 4207362787 non mais cette bouille là, il est trop mignon, je suis fan (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3838048998 puis maître yoda est canon aussi (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 1646603530 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 107302656
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 14:34)
Ce craquage (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742
Quel choix de scéna de fouuuuu (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2195293790

Les références à Kaamelott j'suis morte (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3529000111 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3529000111 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3529000111 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3529000111 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3529000111 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3529000111 Provencal le gaulois sort de ce corps (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 3782170742
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 20:41)
Re-bienvenue :D
Revenir en haut Aller en bas
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 1490
› faceclaim : lauren german + neverland.
› multinick : (sutton fitzgerald)
› âge : trente sept ans, elle approche doucement de la quarantaine.
(andrew + intrigue + jocelyn + isaac + phoebe)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité :
répertoire :

https://www.thegreatperhaps.org/t9887-emilia-i-ll-be-your-girl https://www.thegreatperhaps.org/t9891-emilia-be-strong-and-fight-back#427202

(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 22:02)
rebienvenue à toi (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2227089788


je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - (Dim 28 Juil - 23:46)
j'aime avoir des bonnes idées pour les noms des chats (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2195293790
rerererererererererebienvenuuuue (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 2211289881 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 613702535 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 613702535

(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 23662033 (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. 129507190
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma



(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. Empty
Re: (ella), yesterday, all my troubles seemed so far away. - ()
Revenir en haut Aller en bas
(ella), yesterday, all my troubles seemed so far away.
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers: