AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -35%
Charmast Batterie Externe 23800mAh 4 Sorties et 2 ...
Voir le deal
19.49 €

the rest is history. (gian)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



the rest is history. (gian) Empty
the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 16:16)
- Gian Bertinelli -

Sinful bloodlines.

Image 1 Image 2
nom : Bertinelli, puissante famille italienne exilée en Nouvelle Zélande. prénom(s) : Gian, peu commun dans le coin, facilement confondu à l'oral avec John, ce qui lui vaut quelques complications inutiles au moment de passer à l'écrit. âge : 23 ans. naissance : né le 8 avril 1997 à Wellington. nationalité : Italien de naissance, il a pu obtenir la double nationalité néo-zélandaise après quelques démarches, comptant faire sa vie ici. origines : Italiennes. statut civil : Célibataire. orientation sexuelle : Le rejet des étiquettes, caractéristique de sa génération. Il y a eu des filles, surtout, un mec une fois, juste pour s'amuser, parce qu'ils en avaient envie. Ça ne voulait rien dire, ça ne veut toujours rien dire. occupation : Il vend et répare des planches de surf, dans une minuscule petite boutique à la devanture colorée. argent : La richesse de son oncle l'a abandonné lorsque celui-ci a été arrêté et condamné. Gian vit plutôt simplement, grâce à ses revenus, et ça lui convient. En cas de problème, et pour les choses importantes, il tient un bel héritage de ses parents duquel on lui a toujours conseillé de prendre soin. caractère : Gian est une montagne de paradoxes. Attaché très fort à l'idée de la famille, et pourtant en quête d'indépendance et de liberté. Débrouillard, mature, mais borné comme un adolescent. Parfois naïf et influençable, et pourtant rebelle au point de se battre contre l'autorité. Il est perdu, paumé, en recherche d'identité. Deux figures paternelles dont il ne sait au final rien, et une figure de grand frère qui a tué sa confiance. Il se cherche. Et pour ça, il n'hésite pas à contourner les règles, faire des conneries et aller là où l'emmène son instinct. Bloqué dans une sorte d'adolescence traînante, il continue de vivre au jour le jour sans trop penser à l'avenir, préférant se faire plaisir chaque jour et saisir les opportunités. C'est quelqu'un de passionné, d'ouvert au monde. Il aime les petits plaisirs simples, traîner sur la plage, affronter les vagues, passer du temps avec ses amis. Un côté rêveur, peut-être même un peu poète parfois. A croire qu'il a été artiste dans une autre vie. Curieux, tête brûlée même, jouer avec le feu fait partie de ses occupations favorites. Il est déterminé, n'est pas du genre à laisser tomber avant d'avoir eu ce qu'il voulait. La famille Bertinelli est encore, à ses yeux, un immense lot de secrets qu'il lui reste à percer. groupe : Carpe diem. the fortune teller : Son travail, l’héritage de ses parents, son intégrité physique sur le long terme. avatar : Chase Stokes. crédit images : may.

let me know your darkest secrets

Partie anecdotes : Né à Wellington de deux parents Italiens, ces derniers étaient en vacances en Nouvelle Zélande, chez l'oncle de Gian, quand le gamin décida de pointer le bout de son nez avec quelques semaines d'avance. Il a donc vécu ses premières semaines ici, avant de repartir pour l'Italie avec ses parents. Pendant ses premières années de vie, les voyages entre Wellington et Naples n'étaient pas rares, et quand il se retrouva orphelin à l'âge de 5 ans, Gian vint vivre avec son oncle en Nouvelle Zélande. En grandissant, il a continué de voyager entre les deux pays de son cœur, mais Wellington est l'endroit où il se sent chez lui. # De cet endroit qui l'a adopté, il aime les grands espaces, l'océan, l'impression de liberté et la sensation de vivre dans un monde parallèle. Cette terre insulaire lui vend les rêves que l'Europe a depuis longtemps abandonnés. Ici, tout semble encore possible. Vivre sans se soucier de trop de choses, se laisser porter. # Quand il n'est pas au creux des vagues, il lit et vit des aventures par procuration. Parfois le stylo à la main, il s'essaye à l'écriture, mais ça ne va jamais très loin. C'est simplement pour se vider la tête. # L'assassinat de ses parents est le plus grand mystère de son existence. La question à laquelle on n'a jamais su répondre. Gian ne s'est jamais jeté à corps perdu dans une enquête chronophage, mais de plus en plus depuis quelques années, les choses se mettent à tourner dans sa tête. Il a l'impression de ne pas avoir toutes les clés de sa propre identité, que tant que les questions resteront sans réponses, il ne pourra jamais savoir exactement qui il est. Qui il est censé être. # Avide de liberté, et pourtant attaché avec force à ce qu'il lui reste de famille, Gian a toujours oscillé entre le respect des traditions et le besoin de s'émanciper. Etre le neveu parfait, faire la fierté de la famille Bertinelli, donner la bonne image en société. Mais aussi se mélanger à des personnes que son oncle ne voyait pas comme de bonnes fréquentations, fantasmer d'une vie plus simple et la mener, quand il échappait à ses obligations. Il faut dire qu'au-delà des quelques rendez-vous obligatoires, une fois l'adolescence entamée, Gian a commencé à mener sa propre petite vie. Vittore, son oncle, savait que lui mettre des entraves ne rimerait à rien, et il pouvait accepter le comportement de son neveu tant que celui-ci ne nuisait pas à l'image de la famille. Gian, il admirait Vittore et l'aimait profondément. Entre eux, il y a toujours eu une entente solide, une confiance aussi. Gian était autorisé à faire ses propres expériences, certainement parce que l'oncle savait que l'ado qu'il était, tel un navire revenant à son port, serait toujours et avant tout un Bertinelli. # Il a grandi ici, un pied sur terre et l'autre dans l'eau. Sur une planche de surf à l'assaut des vagues, à bord de différents types de bateaux. Une jeunesse clichée, sans soucis, digne d'une série télé américaine, faite de soleil et d'eau salée, comme un été sans fin. C'est comme ça qu'il a grandi, Gian, quand on le laissait s'exfiltrer de la maison familiale pour disparaître quelques heures, quelques jours. Il avait dix-sept ans quand il a commencé, pour se faire de l'argent de poche, à réparer des planches de surf, au noir. Trois ans plus tard, il récupérait une vieille petite échoppe en front de mer, laissée dans un état de quasi-abandon. Il retapa la devanture, aidé par des amis, et il s'y installa. Une petite boutique du nom de Valnino, contraction des prénoms de ses parents, Valentina et Nino. C'était par passion, pour s'occuper, pour faire sa vie et ne pas être vu comme un énième Bertinelli marchant dans la lignée de ses ancêtres. Aujourd'hui, c'est sa principale source de revenus, et il se félicite d'avoir eu l'audace de chercher à être indépendant, avant que son monde s'écroule. # Plus jeune, il rêvait d'être astronaute, puis de prendre la mer, d'une façon ou d'une autre. Les années ont passé, et il s'est pris de passion pour le surf, s'imaginant en faire son métier. Mais Vittore continuait de lui dire qu'un jour il reprendrait le flambeau, qu'il serait un des grands héritiers de la famille Bertinelli, qu'il était destiné à une grande école de commerce ou d'autres études brillantes. Au final, au moment de faire un choix, il se lança dans des études de sciences environnementales, mais ne fut pas un élève très assidu, plus occupé à lancer sa petite affaire et à traîner avec ses amis. Lorsque Vittore fut arrêté, il abandonna l'université pour se consacrer à sa boutique et ce qui l'intéressait vraiment. # Depuis le lycée, il a enchaîné les relations amoureuses sans lendemain, peu sérieuses et destinées à ne rien donner. Mais il y a bien eu une histoire de cœur qui a compté, première année à l'université, ils n'avaient rien en commun. Gian est tombé fou amoureux de cette fille, ils ont été heureux... ça a duré un an et demi. Et puis, ils se sont éloignés, ont compris qu'ils n'arriveraient à rien ensemble. Partiellement aussi à cause de Vittore, une fois de plus, qui n'était pas enchanté par cette relation et a trouvé de bons arguments pour convaincre Gian. Ce que Vittore n'a jamais su et ne saura probablement jamais, c'est que Gian a donné un de ses reins à la jeune fille qui était atteinte d'une maladie chronique, détail qui ne regarde qu'eux et les lie à jamais.

behind the screen

pseudo/prénom : Maaya. âge : 24. pays : France. connexion : disons 5/7. où as-tu connu le forum ? : je le survole depuis longtemps, cette fois-ci c'est PRD qui m'a reconduite jusqu'à lui  the rest is history. (gian) 2201629221  personnage inventé/scénario/pré-lien : prélien de @Mike Walker  the rest is history. (gian) 1979559171  dernière bafouille : hâte de jouer avec vous  the rest is history. (gian) 2675816969
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 16:17)


Il a la sensation que la réalité lui échappe, la vie lui glisse entre les doigts, les points cardinaux s'inversent. Naviguer sans boussole sur une mer agitée, en pleine tempête. Le ciel trop nuageux pour se fier aux étoiles. Il regarde la photo de ses parents qui trône à côté de son lit, se demande si eux auraient une réponse à lui donner, des éclaircissements, quelque chose. Il aimerait pouvoir faire parler les morts.

Sa première famille, fauchée par les balles. La seconde, déchirée par le mensonge et le procès. Et comme on dit jamais deux sans trois...

Vittore derrière les barreaux aurait peut-être quelque chose à lui dire, détient peut-être les clés à ses mystères. Mais est-ce que faire confiance à quelqu'un qui a passé plus de vingt ans à lui mentir est une bonne idée ?

Il vogue à l'aveugle alors, essayant d'occuper ses jours avec le présent sans se poser de questions, sans se laisser le temps de trop se perdre dans les méandres de ses réflexions.

###

Il n'y a plus de famille Bertinelli. Le nom auquel ils s'étaient tous, Gian y compris, accrochés ne renfermait plus aucune promesse. Le domaine de son oncle, la superbe maison dans laquelle Gian avait grandi, les entreprises et investissements. Il avait comme grandi dans un palais en sucre, avec une histoire familiale à laquelle se raccrocher et des traditions bien ancrées. Etre un Bertinelli, en adopter les codes et le style. Comme une marque déposée. Et pourtant, il s'était battu contre cette étiquette maintes et maintes fois. Cherché à s'en découdre, pour y revenir ensuite. C'était le cocon, la racine. Un petit cercle fait pour ceux dont l'avenir est déjà tout tracé, mais qui ont avant tout et surtout le luxe d'avoir un avenir assuré dans cette ville. Petit cercle matérialisé par les réceptions estivales organisées dans les jardins luxuriants des beaux quartiers. Tenue de cocktail et verre à la main.

La trahison avait un goût amer. Gian avait aimé Vittore comme un père, lui avait offert une confiance aveugle en échange de son accueil. Il l'avait défendu corps et âme, et l'aurait fait encore et encore, à tout prix. Mais la vérité eut l'effet d'un coup de poignard. Tout l'univers doré qui l'entourait depuis l'enfance était la matérialisation de l'argent sale qui coulait entre les mains de son oncle. La réalité avait du mal à prendre forme, parce que c'était si énorme, c'était si loin de ce qu'il avait imaginé. Et pourtant, les signes avaient été là, il avait simplement été naïf et confiant. Vittore avait toujours tout su de lui, il avait été à la fois le père et l'oncle, la figure d'autorité et le lien de complicité. Dès son plus jeune âge, il l'avait emmené à bord de son bateau à moteur, l'avait fait voyager lorsqu'il se rendait à l'étranger pour son travail, et un millier d'autres choses. Il lui avait offert l'enfance de rêve que ses parents n'avaient pas été en mesure de lui donner. Il l'avait compris, avait été son oreille attentive lorsque, entrant dans l'adolescence, Gian s'était mis à questionner la mort de ses parents, sa propre identité, sa place dans cette famille. Assis dans le bureau de l'avocat, il se demandait alors qu'est-ce qui avait été vrai, dans tout ça. Comment est-ce qu'on peut avoir l'impression d'être si proche de quelqu'un, pour au final découvrir que la confiance n'était pas mutuelle, que la gentillesse dissimulait la violence la plus crue. Parce que la violence viscérale en tant que pulsion, il pouvait la comprendre, d'une certaine façon. Mais quand celle-ci était calculée, réfléchie, pensée, qu'elle faisait partie d'une machination, quand elle était un moyen, une facilité, Gian n'arrivait pas à l'excuser. Ça ne fonctionnait pas, ce n'était pas acceptable, les morceaux n'allaient pas ensemble, il ne pouvait pas comprendre. Jouer avec la vie aussi facilement, comme on prend les paris à une table de jeu, pour quelques billets de plus. Parce que ça se résumait à cela, au final. L'argent. Debout dans la maison Bertinelli, il regardait autour de lui. Est-ce qu'il y avait besoin de plus, encore plus ?

Ce n'était pas que Vittore, car la trahison était double. Triple, peut-être même. Celui qui était entré dans leur petit monde, quand Gian avait tout juste seize ans, lui aussi avait su cacher ses intentions avec talent. Il s'était attaché à Mike dès le début, avec facilité. Il l'avait vu comme une sorte de grand frère, une nouvelle extension à sa drôle de famille ô combien soudée, ô combien fondatrice pour celui qu'il essayait de devenir. Adopté par les Bertinelli, comme Gian l'avait été, d'une certaine façon aussi. A l'époque de cette adolescence, un peu rebelle parfois, un peu chaotique, Gian avait cherché un nouveau point de repère, une alternative à Vittore, une façon de tracer sa propre route. Mike était arrivé au bon moment. Avec lui, Gian ne se sentait pas jugé pour ses écarts de conduite, il n'avait pas l'impression de décevoir lorsqu'il passait plus de temps sur la plage avec ses amis qui ne plaisaient pas à Vittore, et moins de temps à revoir ses cours d'Histoire et à entretenir ses relations avec les gosses du quartier promis à un avenir brillant. Ses élans bagarreurs étaient plus facilement excusés, compris, tout comme les quelques violations de propriété qui marquèrent la fin de son adolescence. Sans doute qu'il faisait partie de ces mômes qui se provoquent des montées d'adrénaline pour essayer de découvrir qui ils sont. Mais au moment où tout tomba, quand Gian aurait pu espérer trouver du soutien auprès de Mike, il apprit que le mensonge venait de lui aussi. Que tout avait été basé sur un mensonge. Et si les fondations sont fictives, comment croire une seule seconde que ce qui a été construit au-dessus puisse tenir bon ? Alors non, tout s'écroula de ce côté là aussi. Emportant par la même occasion avec lui le lien pourtant inébranlable qu'il avait avec Francesca, sa cousine, sa sœur. Un an passe. Francesca ne fait plus vraiment partie de son paysage. Elle a quitté les lieux du crime. C'est bien à elle que Gian en veut le moins. Elle aussi, après tout, n'a appris la vérité qu'après avoir été manipulée, mais a visiblement trouvé la force de passer au-dessus pour faire ce qui était juste. Il aurait aimé être mis dans le confidence, Gian, et ne pas tout découvrir d'un coup, au moment où la maison entière s'effondra.

###

Il est temps de tout remettre en question. Valentina et Nino Bertinelli, ses parents, tués par balle quand lui-même avait cinq ans. La thèse officielle a toujours été celle d'un vol qui aurait mal tourné. Dans les rues de Naples, ça semblait si facile de trouver des prétextes à la violence. Mais Gian avait commencé à se poser des questions dès l'adolescence, avant de se dire que non, ça ne servait à rien de fouiller ainsi dans le passé, de vouloir déterrer des cadavres. Un vol à main armée, rien de plus. Pourquoi vouloir chercher plus loin. Mais l'arrestation de Vittore, les révélations sur sa famille, les mots crime, mafia. Et tout à coup le vol à main armée peut si facilement devenir autre chose. Alors Gian se met à fouiller. Mais les réponses sont absentes, peut-être que Vittore en a à donner, mais il ne veut pas le voir, ne veut pas se résoudre à lui demander de l'aide.

Mais s'il y a une hérédité, quelque chose de génétique, un clan Bertinelli dont son ADN ne peut s'extraire... Si son père, frère de Vittore, avançait lui aussi dans les rues sinueuses du crime organisé, qu'est-ce que ça veut alors dire au sujet de Gian ? Qu'est-ce que ça raconte de lui, vestige de sa lignée ? Il ne se sent pas l'âme d'un mafieux, d'un criminel, mais sa curiosité est parfois plus grande que lui. Et flirter avec la légalité a toujours été une de ses façons de tuer l'ennui. Derrière lui, il a laissé la grande demeure, le monde des affaires, les rêves ambitieux que son oncle avait toujours eu pour lui. La moitié de tout ça a de toute façon été saisie. Gian a préféré s'éloigner, ne pas suivre de trop près ce que devenait l'empire de son oncle. Il a sa boutique, sa petite activité, son appartement attenant, qui n'a rien de luxueux et ressemble plus à une chambre d'ado qu'autre chose. Il lui reste l'héritage de ses parents qu'il ne compte pas dilapider dans des conneries, sa voiture, et son petit bateau à moteur, premier achat conséquent, premier investissement fait à l'âge de dix-huit ans. Le reste, c'est de l'histoire ancienne, entachée de trahison. Jusqu'au jour où, peut-être, il aura assez pardonné pour rouvrir les annales de la dynastie Bertinelli.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste
Emilia Kennedy
positive minds › je suis un optimiste


Who you are
› posts : 1490
› faceclaim : lauren german + neverland.
› multinick : (sutton fitzgerald)
› âge : trente sept ans, elle approche doucement de la quarantaine.
(andrew + intrigue + jocelyn + isaac + phoebe)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité :
répertoire :

https://www.thegreatperhaps.org/t9887-emilia-i-ll-be-your-girl https://www.thegreatperhaps.org/t9891-emilia-be-strong-and-fight-back#427202

the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 16:50)
bienvenue à toi the rest is history. (gian) 2227089788


je t'ai cherchée partout, même ailleurs. je t'ai trouvée, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seul, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Jocelyn Kelley
cape diem › je suis un audacieux
Jocelyn Kelley
cape diem › je suis un audacieux


Who you are
› posts : 348
› faceclaim : caitriona balfe + ©schizophrenic
› multinick : millie (N. Dobrev)
› âge : trente-huit ans
CLOSED : (emilia) # (andrew) #(callum) # (isaac) # (kelley's family)
Bad Karma

Across the universe.
disponibilité : i am open !
répertoire :

https://www.thegreatperhaps.org/t10270-meme-quand-on-l-a-perdu-l- https://www.thegreatperhaps.org/t10382-jocelyn-skinny-love#439898 https://www.thegreatperhaps.org/t10420-jocelyn-s-phone#440933

the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 17:07)
bienvenueeeee sur le forum the rest is history. (gian) 180640823


when
integrity has gone.

Le monde fleurit par ceux qui cèdent à la tentation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 19:55)
très bon choix de prélien. the rest is history. (gian) 4207362787 the rest is history. (gian) 4207362787
bienvenue par ici, n'hésite pas si tu as besoin de quoique ce soit. the rest is history. (gian) 2201629221
Revenir en haut Aller en bas
Avery Thompson
carpe diem › admin jazzy comme un grizzli
Avery Thompson
carpe diem › admin jazzy comme un grizzli


Who you are
› posts : 5120
› faceclaim : boyd holbrook ©zuz'
› multinick : liam , noor
› âge : trente-trois ans
Bad Karma


https://www.thegreatperhaps.org/t1155-maybe-we-found-love- https://www.thegreatperhaps.org/t1165-close-your-eyes-and-lose-the-feeling-that-s-been-sinking-avery

the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 20:08)
bienvenue parmi nous the rest is history. (gian) 3838048998 the rest is history. (gian) 2150563227


-  i can't tell you why, but i'm trapped by your love and i'm chained to your side.

the rest is history. (gian) 1318934201:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nina Constantine
cape diem › je suis un audacieux
Nina Constantine
cape diem › je suis un audacieux


Who you are
› posts : 80
› faceclaim : alessandra mastronardi
› âge : 32 ans
Bad Karma


https://www.thegreatperhaps.org/t11060-nina-it-s-all-coming-back- https://www.thegreatperhaps.org/t11064-nina-the-last-thing-i-need-is-that

the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Ven 1 Mai - 22:17)
le bébé frère de mon ancien perso the rest is history. (gian) 1846787581 the rest is history. (gian) 1846787581 the rest is history. (gian) 1846787581 the rest is history. (gian) 1846787581
meilleur choix de lien sur terre ♥ Mike est le best partenaire de rp ♥


❝ wild beasts wearing human skins❞ heavy breathing and delicate soul. i'd love to save your world.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Who you are
Bad Karma



the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Sam 2 Mai - 19:29)
merci beaucoup à vous tous the rest is history. (gian) 180640823 the rest is history. (gian) 843243092
@Nina Constantine  oooh the rest is history. (gian) 2221190684  j'espère faire honneur à la famille alors the rest is history. (gian) 1947200625
Revenir en haut Aller en bas
Nina Constantine
cape diem › je suis un audacieux
Nina Constantine
cape diem › je suis un audacieux


Who you are
› posts : 80
› faceclaim : alessandra mastronardi
› âge : 32 ans
Bad Karma


https://www.thegreatperhaps.org/t11060-nina-it-s-all-coming-back- https://www.thegreatperhaps.org/t11064-nina-the-last-thing-i-need-is-that

the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Sam 2 Mai - 22:07)
Gian Bertinelli a écrit:
merci beaucoup à vous tous the rest is history. (gian) 180640823 the rest is history. (gian) 843243092
@Nina Constantine  oooh the rest is history. (gian) 2221190684  j'espère faire honneur à la famille alors the rest is history. (gian) 1947200625

mais voui ♥ j'en suis sûre
on se trouvera un tit lien avec ce perso the rest is history. (gian) 1947200625 bon courage


❝ wild beasts wearing human skins❞ heavy breathing and delicate soul. i'd love to save your world.
Revenir en haut Aller en bas
Mike Walker
murphy's law › je suis un fataliste
Mike Walker
murphy's law › je suis un fataliste


Who you are
› posts : 560
› faceclaim : aaron tveit @lpraimfaya
› multinick : andrew kelley ; mike walker ; victoria deighton ; riley donovan
› âge : quarante-deux ans
Bad Karma


https://www.thegreatperhaps.org/t5062-mw-whatever-it-takes-cause-

the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - (Sam 2 Mai - 22:13)
@Gian Bertinelli Merci d'avoir craqué pour Gian !!!! Je pense que leur relation va être super à jouer !!! the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 the rest is history. (gian) 2221190684 Mille mercis!!!! the rest is history. (gian) 1832256333 the rest is history. (gian) 1832256333 the rest is history. (gian) 1832256333

@Nina Constantine arrête tu vas me faire rougir the rest is history. (gian) 3000536456 the rest is history. (gian) 3000536456 the rest is history. (gian) 3000536456 the rest is history. (gian) 3000536456


I'm gonna be myself
“Or I could be someone else, no one's stopping me now. I'm gonna skip my breaks. I'm gonna make mistakes. I just wanna feel alive” ▬ loving caliber  + faster car.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Who you are
Bad Karma



the rest is history. (gian) Empty
Re: the rest is history. (gian) - ()
Revenir en haut Aller en bas
the rest is history. (gian)
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers: